mercredi 23 mai 2018

Je deviens enfin libre,

peu à peu. Non je ne l'étais pas auparavant, trop hanté par la peur d'être éconduit, par la honte d'être délaissé pour d'autres. (d'où vient cette peur ? Je n'en sais rien. D'aucun m'enverrait et chez le psy, non merci j'ai franchement autre chose à foutre) .

Ça faisait un sacré moment que je n'avais pas remis les pieds dans un sauna, et la manière dont j'ai conduit cette soirée là au Sun à Lyon, mi-novembre, contredit tout ce que je m'étais interdit jusqu'alors. 
Je commençais à me faire chier dans les saunas, c'est pourquoi depuis plus d'un an je n'y étais pas retourné. Fais le tour du concept, pas assez d'exhib, trop de one-to-one enfermés dans une cabine. La preuve : j'écris ce texte au sauna Cargo à Marseille, où je me fais royalement chier devant 4 Phocéens un peu flasques. 

Mais là j'avais décidé de dévergonder Quentin, minet de 18 ans rencontré 3 mois auparavant à Bourgoin. Il est en stage à deux pas du sauna Sun, et j'ai peu hésité avant de lui proposer cette sortie, nouvelle pour lui. Le danger on le connaît : qu'il se sente immédiatement comme un poisson dans l'eau et qu'il me délaisse pour partir batifoler avec des bombasses bien plus hot que moi, et plus jeunes, évidemment. D'autant plus que ce mardi soir (jour de gratuité pour les moins de 26 ans), le Sun ressemblait à un CROUS. 
(Pas comme ici au sauna Cargo donc, quasiment désert à part une espèce de bombasse au muscles de rêve qui vient de me passer devant en souriant). 

Et bien ça n'a pas manqué, c'est moins d'une heure après notre arrivée qu'il cherchait à "aller faire un tour tout seul". Il y a encore peu de temps, j'en aurais été malade. Ma soirée aurait été foutue, j'aurais gaspillé toute mon énergie à masquer les effets de ce que j'aurais considéré comme un râteau, et j'aurais galèré pour chercher un autre mec que je n'aurais de toute façon jamais trouvé à cause de ma tête de perdant. 

Bon, je ne vous dis pas que j'ai pas accusé le coup, surtout quand je l'ai vu sortir d'une cabine avec un autre mec, heureusement beaucoup moins bien que moi. 

(Tiens d'ailleurs, la bombasse de tout à l'heure ici au Cargo pointe son nez dans l'embrasure des piliers pour me regarder... Auparavant j'aurais à peine osé répondre à son oeillade, aveuglé que j'étais par mon sentiment d'infériorité. Tiens il vient de partir vers les douches...)

Quentin à 18 ans, tout ça est normal. Mais lorsqu'il est revenu tout penaud vers moi, je lui ai simplement dit que j'avais besoin de prendre encore un peu de temps seul à mon tour. Le temps de me faire sucer puis de me donner corps et âme dans un 69 avec un jeune Noir, pour me sentir à égalité avec son incartade. 

La soirée a pu reprendre comme si de rien n'était, avec Quentin cette fois, que je n'ai quand même pas réussi à faire partouzer.

Ce qui a changé ? Peut-être davantage de confiance en moi, me dire plus ou moins consciemment qu'il n'y a aucune raison qu'on me délaisse pour d'autres, et que je n'ai à souffrir d'aucune comparaison. 
"Voilà, on est quit ?" lui ai-je demandé, signifiant par la même la règle qui vaudrait dans la suite de notre relation. Donnant-donnant. Au moins j'arrête d'abandonner à la première vexation, j'apprends à me battre davantage, et surtout : j'arrive finalement, et malgré tout à obtenir ce que je veux. 


Et justement, à propos d'obtenir ce que je veux, après avoir écrit ce que je viens d'écrire, je reviens d'un moment passé avec la bombasse marseillaise du Cargo. Il m'a sucé avec application, avant de se jouir dessus au bout d'une poignée de minutes.

Ne souffrir d'aucune comparaison, comme nous disions. 







9 commentaires:

  1. Bonjour Quentin, Comme d'habitude voici un très beau billet. Bravo ! J'ai fini la lecture de ton blog que je te disais le 23 avril dernier. C'est formidable ta vie ....bien que cela soit pour toi un combat. Merci pour ces bons moments que tu m'as procuré à te lire. Et continue régulièrement à nous entretenir sur ton beau parcours de vie ....Bises
    Georges

    RépondreSupprimer
  2. Un optimisme pas si courant chez toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être ni optimiste ni pessimiste, simplement voir la vérité comme elle est )

      Supprimer
  3. Tu te balades au sauna avec ton téléphone ou tu avais un bloc ? :)
    Sinon, c'est bien que tu arrives à ce détachement. En tout ton blog m'auras aidé à y parvenir également. Merci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien ! Si en plus j'ai réussi à être utile... ^^

      Supprimer
  4. Je croyais avoir commenté et j’ai dû me prendre les doigts dans le clavier. Tu n’imagines pas comment tu m’as aidé à prendre confiance ... respect Quentin !
    Et sinon, sincèrement tu écris au sauna !? Tu le mets où ton phone ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah il est avec moi, au Cargo y'a tellement pas un chat que ça dérange personne...

      Supprimer
  5. Bel exercice. Que de vice toutefois pour ce pauvre jeune Quentin de 18 ans. Ne le brise pas. Enfin... t'as compris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ça risque pas, il vient de se mettre en couple et veut rester fidèle ... Allons bon !

      Supprimer