mercredi 14 février 2018

C'est la fête des amoureux

pour moi aussi aujourd'hui, malgré mon éloignement de Madan et de ma terre natale. Je suis en déplacement professionnel pour trois semaines et cela me donne l'occasion de faire une petite pause dans cette relation dense mais quelque peu épuisante.

Je vous racontais il n'y a pas longtemps combien je poussais les limites avec Madan. A la fois celles des pratiques sexuelles, mais aussi celles de mon rapport à la jalousie, à la possession, voire à la frustration ou à l'humiliation. 
Madan est toujours en contact avec mon ex, Bastien. Il se sont rencontrés il y a quelques mois chez le deuxième et comme je l'avais raconté, Madan l'a bien baisé. Et pire : ils se sont câlinés sur le lit de longues minutes après ça. Moi qui souffre au plus profond lorsque je suis éconduit, comment endurer que ces deux là s'empalent en mon absence ? Sans doute parce que je sais que j'ai été désiré par les deux, que je le suis peut-être encore... Mais il y a autre chose, et je ne sais pas quoi.

Bastien relance Madan fréquemment, squatte son profil Planet Roméo en permanence, le chauffe avec des message très très entreprenants, et Madan y répond souvent, lui promettant de remettre ça, avec un troisième de surcroît, et Bastien me de me faire entrer dans le jeu... Ce n'est plus du sextotage, c'est les Feux de l'Amour.

Mon jeu avec Madan va jusqu'à lui demander des captures de son dialogue avec ses amants (qu'on nomme "tes putes"), en l’occurrence Bastien :




La prochaine fois ça poussera le bouchon un peu plus loin, Madan invitera Bastien chez lui. Je les imagine déjà en train de se câliner sur son lit, et ce que je ressens est un mélange entre l'excitation sexuelle et un autre sentiment mi-agréable mi-désagréable que je ne saurais pas nommer.

Pour pousser encore un peu plus loin, je lui ai glissé l'idée de revoir Bastien aujourd'hui 14 février, soir de Saint-Valentin, chez lui, et -pourquoi pas- de passer la nuit avec lui, dans "notre" lit. C'est glauque, c'est tordu, c'est tout ce qu'on veut, mais je crois que Madan et moi ne pouvons fonctionner que comme ça. Sur l'arête de la falaise, sur la lame du rasoir. Dangereux, mais grisant.
J'irai aux nouvelles demain, ou après-demain, enfin quand je serai près à entendre ce qui s'est passé. Car tout ça n'est quand même pas si anodin qu'on peut le croire. Si dans notre relation nous sommes excités de savoir l'autre désiré et capable de prendre du plaisir avec d'autres, il faut qu'on soit lui et moi dans une certaine disposition pour en parler. Tout un art. 

Savoir mon copain dans les bras de mon ex le soir de la fête des amoureux c'est un kiff. Humiliation maximale, plaisir cérébral total. Allez comprendre.

Peut-être un début de réponse dans la bande-dessinée "La Nuit mange le jour" de Hubert et Paul Burckel, où le héros parle à son nouveau petit copain de ses plans à trois qu'il faisait avec son ex. J'ai feuilleté cette B.D. chez mon ami Xavier sur les hauteurs de Nîmes où il organisait une nouvelle partouze il y a deux semaines (on était 19, c'était pas mal du tout mais j'étais pas très en forme).
Cette phrase, dans laquelle je nous ai totalement reconnus Madan et moi, je la lui ai envoyée sans commentaire, car contrairement à notre relation, elle se suffit à elle-même :



"Mais d'une certaine façon, les autres n'étaient que l'instrument d'un truc juste entre nous deux.  C'est comme s'ils n'étaient pas là."






17 commentaires:

  1. À ce stade, vous êtes quasiment devenu un trouple. Tu as lu des choses sur le sujet ? En tous cas, l’expérience est assez passionnante.
    Et sinon, où il se confirme par l’expression d’un tiers que tu es vraiment « bonne bite », si l’on en doutait...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai très peu lu mais j'ai une connaissance qui vit en trouple,et ça m'a toujours un peu fasciné, voir tenté...
      On est un peu un trouple oui, mais d'un nouveau type, qui ne se rencontre jamais tous ensemble.
      Et pour la "bonne bite", tout est question d'appréciation.. ^^

      Supprimer
    2. Le problème avec les trouples, couples libres et autre, c'est que j'ai l'impression que vient inévitablement le moment où l'on se demande ce que l'on fait ensemble, et que l'on se dit que l'autre est juste devenu un super bon pote, et que ce n'est même pas avec lui que l'on baise le plus souvent ?

      Supprimer
    3. Oui c'est vrai, c'est le gros danger. Pour l'instant on y échappe, mais pour combien de temps encore ?...

      Supprimer
    4. Je ne saurais le dire... Mais je pense que c'est encore plus rapide lorsque l'on ne vit pas ensemble.

      Supprimer
  2. Un trouple quantique schrödingerien ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saisis pas très bien le concept...

      Supprimer
    2. Quand tu auras trouvé le concept, tu verras que la comparaison est assez percutante^^

      Supprimer
    3. Si je comprends bien chacun de nous prend du plaisir dans ce trouple car il est absent lors des rapports des deux autres ? Si jamais il voyait ce qui se passe (comme si on ouvrait la boîte pour voir le chat), le trouple se désintégrerait aussitôt ?

      Supprimer
    4. Voyons ce qu’en dit le Matoo ^^

      Supprimer
  3. Je crois au contraire que les autres sont bel et bien là et même un peu trop.

    RépondreSupprimer
  4. "mon ami Xavier sur les hauteurs de Nîmes où il organisait une nouvelle partouze il y a deux semaines "... ton ami Xavier me fait furieusement penser à Pascal Cardonna aka Babybel ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah oui mais non vraiment rien à voir ! Xavier est vraiment plus hot ^^

      Supprimer
  5. ah oui ? D'expérience les amphitryons de ce genre de soirées sont souvent aussi peu consommables que consommateurs

    RépondreSupprimer