mardi 27 septembre 2016

C'était les vacances scolaires

et Matt me proposait de se retrouver au freedj pour danser ce dimanche soir. Bonne idée, de toute façon j'y suis presque chaque semaine.

Matt c'est ce jeune black de 18 ans (19 à présent je crois) que j'avais rencontré lors d'un après-midi Aquaboulevard avec des potes, et que j'avais revu quelques semaines après chez moi. Je ne mourrais pas d'envie de recoucher avec lui. Trop jeune, trop inexpérimenté, quelques blocages de son âge, et comme chacun sait, j'aime la nouveauté. On allait danser, et ce serait bien assez cool comme ça.

Il était là avec un pote, grand mec de près de deux mètres de haut, de son âge, que j'avais déjà vu une fois précédente. Jambes fines interminables, jean slim, vanilles, lèvres ourlées, extraverti au possible, et j'imagine volontiers insupportable pour beaucoup. 
Je ne sais pas comment se passe la soirée, mais on part ensemble de la boite et un prend un bus de nuit qui nous amène devant chez moi. Deux heures du matin à Paris, avec deux mecs qui vivent en Essonne, évidemment je leur propose de passer la nuit chez moi, n'imaginant pas de me taper l'un devant l'autre. D'autant plus que Matt a un léger flash pour moi.

Et bien bim! Sitôt couché la grande perche m'ambrasse et y va franco, Matt tente de s'activer mais n'arrive pas au niveau. Cette grande folasse hyper efféminée est une espèce de bête sexuelle hyper active, hyper passive, hyper endurante, hyper tout. Matt tente encore une fois d'être à la hauteur, de s'insérer, dans tous les sens du terme. Le vague projet de double pénétration en même temps que son ami ne sera pas mené à son terme, et il finira par se retourner pour -j'imagine- faire semblant de dormir.

Les minutes -que dis-je- les heures passent, les positions s'enchaînent et les rôles se répartissent assez clairement : passif de réputation -selon Matt- ce mec est un actif insatiable. Charme du contraste entre son physique androgyne, expressions bitchy et look de princesse, et sa bite hyper dure, ses coups de boutoirs qui ne ménagent rien et son manque total de doute dans le sexe. Pas dans le comme il d'ailleurs, puisqu'il s'écroula sitôt sa prestation achevée.

On remettra ça quelques semaines plus tard, en suivant le même scénario. freedj, bus, sexe à 2,5, nuit à 3.

Comment on peut nommer ça ? Ce que j'ai fait ce soir là ? Pute à blacks ? Ouais ça me semble assez proche de la réalité.







5 commentaires:

  1. "Pas dans le comme il d'ailleurs" ?

    RépondreSupprimer
  2. Et alors ? Cueillir le moment quand il vient tant qu'on peut ! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Non. Une pute à blacks elle montre directement qu'elle est passive, et elle aime les blacks virils et dominateurs. Pas vraiment ce que tu décris ici ^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi diable une pute n'aimerait que les mecs virils et dominateurs ?

      Supprimer
  4. ... et surtout, une pute, ca se fait payer :-D

    RépondreSupprimer