vendredi 26 août 2016

Tadadim ! Retour au Cap d'Agde

cette année pour quoi ? La cinquième fois ?... Sixième fois en fait. Premier séjour à l'été 2011, alors que ce blog n'existant pas encore. Le premier article sur le sujet date du 15 août 2012.
Comparativement à celui ci, bien évidemment, l'excitation s'est émoussée, là aussi on commence à avoir fait le tour de la question. Une fois qu'on a vu les gens baiser sur la plage, qu'on l'a fait nous même, qu'on voit les gens partouzer dans les dunes, qu'on l'a fait nous même, qu'on a titillé de l'hétéro convertible, qu'on est sorti dans les boites pourries du village naturiste et qu'on y a franchement déconné, qu'on a baisé sur la plage en pleine nuit, ou en plein milieu du camping, qu'on a reproduit cette ambiance une fois rentrés à Paris lors de soirées diapo mémorables, que faire de plus ?

Bah tout le reste. C'est à dire encore et toujours les grasses mat', les petits-déjeuners sur la terrasse où on débrief' la soirée/nuit de la veille, les siestes, les petits dîners. Et puis nouvelles têtes arrivant sans cesse, on est jamais à l'abri de surprises, et de bonnes rencontres.

Depuis l'année dernière nous sommes des "habitués du Cap", nous y sommes connus. C'est grâce à ça que nous avons commencé à nous rapprocher des grandes figures locales, et notamment des maîtresses dominatrices avec leurs esclaves en dog-training. Leur confiance gagnée, nous avons commencé à être invités dans leurs soirées privées, dans des immenses riads cachés dans le village naturiste. Patios arabisants, piscines à débordement, Champagne qui coule à flot. 
ainsi, la patronne des lieu (dont j'ai anonymisé le pseudonyme dans les articles des années précédentes) donnait toujours ses pool parties que j'avais décrites par le menu l'année dernière. Très hétéro tout ça.

Cette année nouveauté. C'est chez "Le Commandant" que nous sommes invités à quelques uns. Ce fétichiste dominateur donne un soir sur deux une grande soirée à thème dans son riad. Petite originalité par rapport aux pool parties de la patronne (d'ailleurs présente ce soir là) : c'est bisexuel. Le Commandant étant homosexuel et les habitués du Cap d'Agde majoritairement hétéros, le calcul est simple : Si tu es un homme et que tu veux profiter des femmes des soirées du Commandant : laisse toi abuser par les gays présents. Et ça marche ! trankilou, sans forcer...

Il n'y a d'hétérosexualité que de circonstance.

Moi-même, et à ma grande surprise et alors que je faisais ça pour la première fois, je n'éprouvais aucun dégoût à sucer la queue d'un mec en même temps qu'une femme et à lui rouler des pelles alternativement, sous les ordres du commandant qui se situait au dessus de nous. Je dirais même qu'il y a un moment que je n 'avais pas fait sexuellement quelquechose d'aussi amusant.
"- Suce le aussi, vas-y, t'es une bonne salope toi" lançait-il à la fille, que visiblement il avait déjà pratiquée.
A se projeter, je pense même à présent que je serais capable d'aller plus loin avec une femme dans ce contexte, c'est à dire très ludique, en publique et sans pression autre que celui du jeu qu'on veut pousser au plus loin.

Thème de la soirée : uniforme.
Je m'étais donc simplement vêtu d'une espèce de pantalon de treillis de camouflage moulant de marque Addicted qui descendait jusqu'aux genoux avec pull-up et lacet. C'est tout.

C'est ainsi que je vivais un grand choc esthétique dans cette soirée bi-fétiche-sado-maso.
Alors que le "Commandant" donnait ses ordres, les femmes couchées sur dos avec képi sur les yeux et cravache dans la bouche continuaient de se faire fouetter en cadence par les hommes en uniforme de parade sur la musique militaire assourdissante. Magnifique ! Cinématographique !

Une heure du matin, silence. Tout le monde cesse ses ébats dispersés pour se rassembler dans le patio central. Musique de parade militaire. Le commandant en uniforme noir, toutes médailles accrochées au buste, fait défiler au pas derrière lui un quinzaine de femmes nues en position de salut. Deux tours de patio et bye bye. Silence à nouveau. Puis simultanément aux ébats ici et là, la musique reprend, et pas n'importe laquelle : "La Marseillaise" de Serge Gainsbourg.

Moi qui ne place rien au dessus de la mise en scène, j'étais aux anges. 
Je n'ai pas pu participer à la dernière soirée de l'année du Commandant, la fameuse "Jet Sex", où tout le monde est en blanc. Pas le bon look, j'ai préféré ne pas tenter. Et là bas ça ne rigole pas sur le dress code : à la soirée Uniformes, le Commandant me disait avoir refusé 40 personnes.

C'est décidé, l'année prochaine j'apporte la totale.






5 commentaires:

  1. C'est du clédalisme à ce niveau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas le mot, qui s'applique parfaitement aux 120 journées de Sodome, de Sade !...et aux soirées du Commandant le cas échéant ;)

      Supprimer
  2. C'est marrant, mais si je pense être assez open, sans y être allé j'ai une mauvaise image des endroits comme le cap d'Agde. Essentiellement car j'ai en tête des hétéros un peu beauf la soixantaine, et des partouzes entre les ventres bedonnants, les crânes dégarnis et les seins qui tombent (c'est grosso-modo le milieu naturiste en France à l'heure actuelle, où l'on trouve beaucoup de soixante-huitards !)
    Ce n'est donc pas le cas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet le cas sur la plage, la plupart du temps, comme je l'ai expliqué dans de nombreux précédents posts. Je parle ici de soirée privées, où les gens entrent sur invitation personnelle.

      Supprimer
  3. Excuse-moi ! J'ai sûrement lu les messages, mais les articles sur le cap d'Agde ne sont pas ceux que je préfère sur ton blog ;)

    RépondreSupprimer