mercredi 31 août 2016

Le Cap d'Agde post-attentats

c'est pas particulièrement fameux. Il y a certes du monde mais on enlève un degré dans le délire... et dans les beaux mecs aussi. La boîte Le Pharaon, de joyeuse mémoire, a été désertée des mecs à peu près potables qui la peuplaient jusqu'à l'année dernière. Ô symbole, même son nom à changé, et se nomme désormais d'un explicite OQAKC...

Oui vous avez bien décodé, c'est bien ça.

Dans les dunes c'était pas folichon non plus... Peut-être est-ce parce que je fréquente en ce moment Madan, un garçon qui me convient tout à fait physiquement, que je déclasse ainsi les autres garçons et que je refuse de me "brader" ainsi pour eux...

Pour la première fois, il a fallu que je me déplace pour trouver partenaires à mon goût. Un jeune garçon de 18 ans, plutôt mignon, sur Grindr, me proposait une espèce de partouze à Marseillan, ville balnéaire facilement joignable depuis le Cap d'Agde en 30 mn par la plage.




Comment pouvait-il savoir qu'il n'y avait pas de moche alors qu'il n'avait pas de photos ? On s'en fout. J'étais un peu obligé de le croire sur parole, et de toute façon j'étais pas d'humeur à pinailler sur chaque participant. Il m'annonçait qu'ils seraient entre 7 et 10, que le rendez-vous était pour 15h00, je verrai bien.

Je me prépare, prends quelques affaires légers dans un petit sac, que j'enfilerai lorsque je franchirai la limite de la plage naturiste, puis je me mets en route. Sur le chemin paf ! Deuxième minet, 19 ans cette fois çi, actif (je le saurai après) qui me propose une partouze. On en fait des touzes à Marseillan dis-donc !



Bon il s'agit de la même partouze évidemment. Les mecs en questions sont là avec leurs parents respectifs et ont prétexté qui un (long) coup de fil à une copine, qui la visite d'une amie pour s'y rendre. Ça s'annonce bien, même si j'arrive dans une grande villa et que le maître des lieux est un quadragénaire gros et sans plus beaucoup de cheveux. Les minets sont déjà là et s'affairent dans la chambre du fond à droite avec trois mecs d'environ 27 ans.

Partouze comme on les aime, ça tourne, c'est chaud, c'est équitable. Le maître des lieux est cool et pas insistant, il a un large sourire qui montre le plaisir qu'il a à voir ce petit monde baiser chez lui, ce qui visiblement suffit à son bonheur. Il veut sucer à droite et à gauche mais c'est lui qui organise l'orgie, alors on se laisse un peu faire et c'est bien normal.

Le passif de 18 ans m'a tout l'air soumis aux participants, mais les autres ne semblent pas trop en profiter. On le fait sucer gentiment, il s'execute. J'y décèle une douce envie de se faire dominer, que j'utilise, boosté par le regard des autres devant lesquels je vais pouvoir m'exhiber et l'exhiber. Après l'avoir mis debout, c'est face contre l'armoire que je l'ai bloqué, passant mon bras droit sous son épaule, écrasant sa tête contre la porte de l'armoire avec ma main.
Grands vas-et-viens.

Pendant encore 10 mn tout le monde suce et embrasse à peu près tout le monde. Alex, un Suisse à long sexe fin éjacule à grands flots sur mon torse et mes épaules, tandis que l'actif de 19 ans a l'air très excité par le tableau. Au creux de l'oreille il me demande si je ne suis qu'actif... Bon vous connaissez la réponse donc inutile de vous conter la suite immédiate des événements.

Un des trois mecs de 28 ans, n'était pas particulièrement vigoureux, mais suçait qui voulait bien depuis le début de la partie. C'est pourtant lui qui lécha le sperme de chacun d'entre nous, au fur et à mesure des orgasmes de chacun.
Quand je vous dis que c'était chaud...

Autre bon moment qui n'arrive pas souvent, la demi-heure de discussion/convivialité après la partouze, où chacun se présente enfin. Sentiment étrange et léger. 
Retour tranquille en direction de la plage naturiste du Cap d'Agde, après avoir fait un tour dans Marseillan où je n'avais pas remis les pieds depuis des vacances lorsque j'avais 16 ans. Je mange une glace et je me remets en route...

Quand on vient été après été au Cap d'Agde, dans une atmosphère de dépravation générale, où le sexe avec qui que ce soit est relativement dédramatisé, on ne se rend pas bien compte de ce qu'on fait, ni qui avec qui exactement on le fait.
La réalité de la situation jaillit d'un coup lorsque je marchais le long du rivage de Marseillan-Plage. Le mec de dix-huit ans est là, à quatre pattes dans le sable en train de tripoter je ne sais quoi au sol. J'esquisse un signe, un salut, avant de me rendre compte que juste derrière lui, sur des serviettes, me regardaient passer ses parents. J'ai rangé ma main vite fait, et j'ai continué ma route sans me retourner en réalisant à ce moment là l'originalité de la situation :

Le minet que je baisais sauvagement contre une armoire voilà une demi-heure à peine est en train de construire gentiment un château de sable sur la plage devant ses parents. Choc.

Arrivé au bungalow du Cap je débrief à mes potes, qui évidemment ne bloquent que sur un seul détail : pourquoi ne les ai-je pas invités à cette fameuse partouze de minets ! D'autant plus que notre groupe est composé d'une bonne tripotée de Jean-Marc Morandini...

Quelques heures plus tard un message sur grindr :


Le Cap d'Agde, encore et toujours.





2 commentaires:

  1. Ah ! Voilà qui me donne davantage envie d'y passer les vacances :D

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que 18 ans c'est un peu jeune qd meme... quand on a la trentaine passee... ca me fait penser au neveu de mon ex qui a 19 ans la et que j'ai connu quand il devait en avoir 16... ca me traumatise d'un côté lol...

    RépondreSupprimer