dimanche 20 mars 2016

Bastien m'avait regardé chelou

​​à mon retour de la salle de bain ce matin là. Il voulait encore dormir mais avait chaussé ses lunettes, qui dépassaient avec ses cheveux derrière la couette. Étrange...
Le train qui m'enmenerait pour une semaine de ski à la Plagne partait une demi-heure plus tard, et je me souviens qu'il marqua un délai avant de m'embrasser pour me dire au revoir.

C'est une fois monté dans le train que j'appris par un sms ce qui clochait. Pendant que j'étais sous la douche Bastien avait fouillé dans mon téléphone portable que j'avais laissé sur la table de chevet. Il eut le temps de lire mes derniers échanges avec les mecs que je fréquentais les derniers jours, concertations messenger sur Facebook, des sms, celui ci particulièrement :


l'objet du délit


Un extrait de ce sms était cité dans le message que je reçu de Bastien.


Aïe

Son message est parfait, ses doutes légitimes, sa réaction normale. C'est moi qui ne le suis pas. Il me fallait répondre, mais je devais prendre du temps. À lui qui venait de découvrir ma vraie vie sexuelle, comment pouvais-je lui dire qu'il était préférable de tuer immédiatement toute illusion d'avoir des excuses, un changement de comportement, un renversement de situation. En jouant la montre, par exemple, sous un prétexte non pas fallacieux mais opportun.


une défense comme une autre


Et c'est vrai. Jamais aucun code de verrouillage sur mon portable, jamais aucune conversation effacée, celui qui veut avoir des infos sur moi peut tout à fait avoir ce qu'il veut. 
Ce bref échange me laissait en tout cas le temps de réfléchir à la réponse, de peser mes mots. Je ne voulais surtout pas, par messages interposés, faire exploser une relation qui mériterait d'être sauvée. Ou pas. En tout cas il ne fallait pas m'exprimer sans réfléchir. Je retrouvais surtout Ben au ski et notre amie commune, qui m'aideraient à formuler correctement ce que j'avais à dire. La vérité c'est que je ne savais plus à ce moment là où j'en étais. J'étais quelquepart persuadé qu'il savait, qu'il faisait peut-être de même, mais qu'on ne parlait de rien.
Après plusieurs jours de réflexion, je répondais ça. 



Je me suis dit que c'était simple, sincère. Ça ne fermait aucune porte pour la suite, ne posait aucune interrogation sur ses intentions futures, rupture ou pas, laissait la balle dans son camp. 
Sa réponse vint une heure et trente minutes après.




Le gros problème c'est ça, et je le comprends : je ne le baise plus. En fait je ne l'ai pas baisé très longtemps, ça a duré quelques semaines, au tout début. C'était la première chose que je faisais quand je le voyais. Je me souviens même d'une fois où il avait changé de pièce en se déshabillant. Il m'avait lâché :
"- J'ai vu ton regard d'obsedé sexuel là" à demi pour plaisanter.

J'ai encore consulté mes potes avant de lui répondre. Le but : axer ma réponse sur ce que j'aime chez lui, donner de la reconnaissance, montrer mon affection, démystifier la liaison avec le mec dont il a découvert le sms (un minet de 22 ans bien en chair qui me plaisait guère au final et que je n'ai jamais eu aucune intention de revoir), tout en rappelant qu'il n'était pas dans mon habitude de coucher pendant de longues périodes avec les garçons, quels qu'ils soient. Pour ça, notre amie au ski me suggéra la phrase parfaite : 
"- Dis lui qu'en revanche, pour le sexe, tu aimes bien expérimenter"
Expérimenter. c'était ça.





Cosmos, c'est le livre de Michel Onfray que je lis ces temps ci.
Depuis, plus de réponse sur le fond. Tout juste m'a t-il envoyé deux jours après une photo de lui avec sa nouvelle coupe de cheveux, et la phase suivante :
"- Adieu cheveux"

Comme si de rien n'était ?
Comme le premier jour, un an et demi déjà, ce garçon est un mystère...







33 commentaires:

  1. Tu joues les super cool, les mecs détachés,les types francs qui assument ...mais bon, au fond tu ruses, tu mens par omission...tu arnaques des gens...tu vas t'en défendre mais tu sais au fond que tu laissais planer des doutes, que tu laissais l'omission volontaire mentir pour toi...
    Enfin, au moins te rends tu compte que tu ne sais pas vivre en couple, que tu as un problème psychologique qui t'empêche d'associer sexualité épanouie et couple , qui t'empêche de considerer la monoandrie comme source d'épanouissement... Au moins tu avances dans ta tête... d'ici quelques années sans doute, pris par la solitude, confronté à la réalité qui se dessine déjà pour toi(entretenir un semblant de relation pour ne pas être seul,comme l'a subit Bastien) de nombres d'homos jouisseurs de l'instants et incapables d'investir dans l'Humain à long terme, et qui l'âge venant, les avantages s'amenuisants s'obligent à investir dans soit une sorte de pute à demeure , soit se mettent en ménage (c'est la seule expression correspondant) avec un semblable, histoire de ne pas être trop seul en cas de coups durs... Souviens toi quand tu avais 4 ou 5ans... ça te semble hier non? He bien dans le même laps de temps tu seras confronté à la vieillesse, sans doute comme nous tous, hommes de moins de 35ans a un cancer ou pour d'autres une MST, bref, réagis et changes le fond du problème que tu vois, tu le sais, caché au fond de toi...sinon je crains que tu ne fasses pitié dans quelques années ...et ce serait triste pour quelqu'un qui prétend vivre comme un magnifique de la renaissance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mgr Barbarin.
      Encore une fois (la dernière ?) je vais essayer de faire l'effort de faire abstraction des insultes contenues dans le commentaire qui m'apostrophe.
      Ai-je reconnu quelconque problème psychologique ? Ne pas considérer forcément la "monoandrie comme source d'épanouissement" en est-il un ?...
      J'admets juste ne pas être "normal", c'est à dire ne pas fonctionner comme la majorité. Rien de plus.
      Quant au reste du fiel mêlant putes à demeure, homos jouisseurs et MST, je n'y ai foutrement rien compris !

      Supprimer
  2. Et un de plus bousillé, un! Assez monstrueux tout ca...

    RépondreSupprimer
  3. Arrêtez de vous identifier les gars, vous vous faites du mal..

    RépondreSupprimer
  4. Que quelqu'un puisse avoir envie de fouiller dans des affaires qui ne sont pas les siennes me paraît insensé, qu'il le fasse est insupportable. Ça ne se fait pas, c'est tout. Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Argument dérisoire au regard de la situation et de la souffrance de la personne qui en est victime... mais qui en dit long!

      Supprimer
  5. Qu'est ce qui est le plus choquant : fouiller dans les affaires de son mec tout simplement parce qu'on a des doutes légitimes et qu'on sent bien que quelque chose cloche ou maintenir pendant plus d'un an une relation basée sur le non dit ?
    Je ne vous connais probablement ni l'un ni l'autre mais visiblement tu tiens assez à ce garçon pour avoir maintenu cette relation et il est visiblement très malheureux ce qui se comprend assez bien alors montre lui qu'il n'a pas complètement perdu son temps avec toi (et toi avec lui) en lui expliquant autrement que par sms interposés ce que tu aurais dû lui dire dès le début de votre relation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci (enfin!) pour ce post mesuré, qui ne me ménage pas pour autant ^^

      Supprimer
  6. "En effet, car je ne cherchais pas à dissimuler quoi que soit"
    (...)
    "Et c'est vrai. Jamais aucun code de verrouillage sur mon portable, jamais aucune conversation effacée, celui qui veut avoir des infos sur moi peut tout à fait avoir ce qu'il veut."

    Ce passage est gênant. Vous n'êtes honnête avec votre partenaire en fait ? Pourquoi ne pas lui dire la vérité depuis si longtemps au lieu d'avoir cette excuse surréaliste : "mes PC, smartphone, tablettes etc. n'ont pas de code : il ne pouvait que le savoir !"

    En fait, vous n'êtes pas un couple libre. vous trompez votre partenaire, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui nous sommes un couple libre. il ne me reproche pas d'aller voir ailleurs, il me reproche d'aller voir ailleurs alors que je ne couche plus avec lui. Ce n'est pas tout à fait la même chose.

      Supprimer
  7. Je verrouille rien donc je ne cache rien. Mais quand le téléphone non verrouillé est consulté on sen sert comme diversion pour louvoyer sur le vrai problème ou on s'en pseudo-offusque (typique) Diversion similaire au" Arrêtez de vous identifier les gars, vous vous faites du mal..." on fait comme on peut... c'est vraiment triste pour lui et pour toi aussi dans un sens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette remarque serait légitime si je m'étais contenté de cette réponse. Mais peut-être n'avez-vous pas lu mon article jusqu'au bout...

      Supprimer
  8. Si je peux me permettre, Quentin, la question qui se pose dans cette histoire, c'est la nécessité du lien. Il semble que tu ne souhaites pas rompre avec ce garçon, sans non plus pouvoir lui donner ce qu'il réclame. C'est peut-être le fondement de ce lien, ou la rencontre de vos trajectoires qu'il faudrait interroger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ma réflexion actuelle. J'avais mesestimé que Bastien puisse être malheureux dans cette relation. Je pensais qu'il s'accomodait de ce fonctionnement. À quoi bon continuer cette relation s'il y est malheureux.

      Supprimer
    2. Un déséquilibre à ce point et le fait de privilégier son propre plaisir et intérêt aux dépens de l'autre rend rarement un partenaire heureux... j'ai l'impression dun déni. ..

      Supprimer
  9. Si je peux me permettre, Quentin, la question qui se pose est celle de la nécessité du lien. Tu ne sembles pas vouloir rompre avec ce garçon, sans non plus pouvoir lui donner ce qu'il réclame. C'est la rencontre de vos deux trajectoires qu'il faudrait interroger peut-être.

    RépondreSupprimer
  10. Toujours cette sacralisation du sexe dans le couple... Et si on ne couchait pas forcément dans son couple, du moins pas tout le temps ? Il y a de la théorie et du déni possible dans toutes les positions qui s'expriment ici. Je n'ai pas moi-même de vérité à opposer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne ne prétend détenir de vérité mais je pense que ce qui s'exprime est aussi une indignation à la souffrance de l'autre. Évidemment qu'on ne couche pas tout le temps dans le couple... mais 6 mois... et en parallèle de ca avoir une activité sexuelle notoire avec d'autres, évidemment que ca ne peut qu'être blessant et entraîner de grosses remises en question de soi et du couple, même pour un couple libre. Il y a un minimum de respect de l'autre, de compassion, de prise en considération de la souffrance potentielle de l'autre et de sa propre responsabilité là dedans vis a vis de l'autre ... d'humanité quoi! enfin moi ca me paraît aller de soi... je suis peut être trop bisounours... mais j'excecre faire souffrir par égoïsme. Sinon autant rester célibataire. .. "l'amour supporte mieux l'absence ou la mort que le doute ou la trahison" même si amour est peut être un bien grand mot dans ce cas là, ou est unilatéral...

      Supprimer
    2. C'est pénible de ne pas savoir à qui on parle (est-ce que l'anonyme de 11:49 et celui de 01:11 ? j'ai l'impression que non)...
      Mon commentaire ne portait que sur un point exprimé et n'apportait pas de caution particulière à Quentin. Pour le reste, je partage bien sûr la question d'humanité, essentielle en tout, mais ce qui me chiffonne alors c'est ce qui semble nous échapper de ce couple pour réellement comprendre ce qui se passe. Car Quentin n'est pas dépourvu d'humanité, sinon nous ne serions pas là, sinon à le lire, du moins à commenter (ce serait en particulier peine perdue pour les anonymes de tout poil).

      Supprimer
    3. Au fait, signer ses commentaires serait un sympathique témoignage d'humanité !

      Supprimer
    4. Et non je ne suis pas celui de 1.11 lol

      Supprimer
    5. D'où l'intérêt de signer même si la différence de style était assez criante, ça ne te gêne pas de risquer d'être confondu ?

      Supprimer
    6. Honnêtement non ca me dérange pas plus que ça, tant que je sais où est la vérité. .. c'est plus que j'y pense pas et ai la flemme ... et de savoir que fabien julien ou maxime a écrit cela n'a somme toute que peu d'importance, on donne des avis et des réflexions ce ne sont que des opinions qui valent ce qu'elles valent, c'est comme les trous de balle, tout le monde en a un(e) er certain(e)s puent plus que d'autres lol. Pour ce qui est de l'humanité, il est de bon ton de ne pas faire d'amalgame donc je ne généralise pas mais quand je vais sur grindr ou autre je trouve que bcp ont l'humanité a géométrie variable. .. voilà chacun son avis :) Julien *je me soumets aux diktats* lol

      Supprimer
  11. Que sur un point... mais c'est un tout. .. tu ne peux pas désolidariser ou isoler un point aussi consubstantiel de l'épanouissement et de la pérennité du couple (même libre, même si la forme de fidélité est "autre"...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si car ce point est important car il conditionne beaucoup les perceptions et les fonctionnements. De lui découle tant de choses.

      Supprimer
    2. Oui donc il s'inscrit dans un tout... donc peu de sens a l'isoler en faisant litière du reste

      Supprimer
  12. qu'est ce que c'est que ce blog?
    un ramassis d'articles qui n'ont rien à faire sur la sphère quasi-publique (des sms d'un amoureux qui est mal tombé et qui n'a pas compris que toi tu n'étais qu'un de ces mecs qui ne pensent qu'au sexe et que ne jure que par ça dans la vie).
    Pense juste que le respect de la vie privée concerne aussi les autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si ce que tu penses on s'en balançait ?...
      Les prénoms ont été changés, l'anonymat des personnes préservé, va te faire enculer.

      Supprimer
    2. Et si ce que tu penses on s'en balançait ?...
      Les prénoms ont été changés, l'anonymat des personnes préservé, va te faire enculer.

      Supprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai déjà connu un type comme toi. Tu joues avec le sentiment de l'autre. Le sms envoyé à ton copain est affreux. Comme tu n'assume pas tes actes, tu renvoies toujours la responsabilité à l'autre - ayant comme but de le culpabiliser. L'histoire de la découverte des sms et ta réponse est un exemple de cela. C'est que tu fais, c'est de ma manipulation. Tu me sembles être un vrai manipulateur. Je trouve cela tellement moche. Pauvre de ce garçon qui apparemment t'aime sincèrement. Car en lui culpabilisant à chaque fois, tu réussis un coup: créer un sentiment de manque de confiance chez lui... c'est que lui rends encore plus dépendant amoureux de toi. C'est dommage!!!!

    RépondreSupprimer