jeudi 1 octobre 2015

Retour sur la plage du Cap d'Agde

et ses filles qui sucent les mecs à la chaîne. Voir tous ces garçons se masturber côte à côte, au comble de l'excitation, se jouir quasiment les uns sur les autres, quel spectacle unique.

Un peu en retrait un mec pas mal du tout regarde la scène et parle avec le vieux gay sympa que j'avais rencontré la veille. Il porte un maillot de bain, c'est le seul ici, et exceptionnellement on lui fiche la paix car il ne s’approche pas trop près des scènes...

Je vais me mêler à leur conversation. Le mec dit qu'il vient de Reims, est en vacances avec sa sœur à Marseillan et qu'il est venu par curiosité, mais que jamais il ne se mettrait nu. Son nom est Fred, 24 ans, bi-sexuel mais d'aspect très hétéro, son regard s'attarde parfois sur moi... Comme les hétéros c'est mon truc en ce moment, je peux bien commencer par un bisexuel, ce sera déjà pas mal. Et lui me plait bien avec sa musculature apétissante, malgré le fait que son maillot de bain noir ne laisse pas présager d'un sexe à la taille considérable...

On parle du Cap d'Agde le soir, de l'ambiance différente mais tout aussi décadente qui y règne. Je lui propose donc de venir me rejoindre le soir afin que je lui fasse découvrir les occupations qu'on peut y faire la nuit tombée...




C'est là que je l'attend, il vient de marcher trente bonnes minutes sur la plage dans la nuit noire en provenance de Marseillan, et il débarque en short et tongs. Je le préviens immédiatement que c'est foutu pour sortir dans les boîtes et dans les bars du Centre Naturiste dans cette tenue. Il a l'air déçu mais pour ma part je ne suis pas mécontent, et je vais pouvoir comme je l’espérais me le taper sur la plage et sous les étoiles.

Et c'est donc là, abrité derrière les premières dunes que ce garçon discret se révèle en bête sexuelle. Timide le jour, furie la nuit. Sexe gros et dur, finalement, ce qui donne ce genre de coup de fouet qu'on ressent dans ce genre de découverte insoupçonnée.
Rien que pendant les préliminaires on enchaîne les positions, il y en a tellement que je ne pourrais m'en souvenir.
Je me rappelle juste d'un certain moment d'un position abracadabrante où tenant sur mes pieds et mes mains mais face contre le ciel, il se tenait à quatre pattes membres tendus sur moi alors que nous nous faisons un anulingus mutuel. Position totalement spontanée au gré des mouvements de chacun, et complètement inédite !

Je demandais illico à le revoir le lendemain, ce qu'il accepta sans hésiter. Moi qui n'espère rien de plus pendant ces voyages d'y avoir un amour de vacances, je pense l'avoir trouvé. Le but du jeu étant de le tenir suffisamment hors de portée des autres affamés du bungalow, évidemment.



3 commentaires:

  1. Bah non enfin, tu es pour le partage et la non exclusivité étant clairvoyant sur ce que sont les hommes er ce quelque soit la durée : amour de vacances, ou relation plus durable, donc cette dernière phrase détonne un peu, non? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, à partir du moment où mes potes en question, eux, ne partageraient jamais.

      Supprimer
    2. Non, à partir du moment où mes potes en question, eux, ne partageraient jamais.

      Supprimer