mardi 13 octobre 2015

Le pouvoir de Ken sur moi

est resté intact. Pourtant un an s'est écoulé depuis ma désastreuse nuit avec lui où, à défaut d'avoir été désiré, empli d'une frustration crasse, j'allais me consoler dans la pièce d'à côté.

Je le revoyais ce soir là, après quelques signes d'allumage en règle qu'il m'avait envoyés les semaines précédentes. Par exemple ce mms reçu sans commentaire, qui en revanche en attendait un de ma part.



Bien sûr le bronzage n'était pas du tout en jeu, il s'agissait seulement de me montrer son petit corps incontestablement à croquer. Ce à quoi j'ai répondu en lui envoyant le miens... afin de comparer nos bronzages évidemment.

Il se trouve que d'autres fois, le jeune homme me raconte aussi ses rêves érotiques me mettant en scène...




Difficile pour une personne normale (et sensible, bien sûr) comme moi de ne pas interpréter ça -outre les nombreuses fautes d'orthographe- comme des signes.

Bref, ce soir là donc nous nous retrouvions pour boire des verres au Tropic Café puis au Quetzal, et passablement bourrés je lui proposais non sans arrière-pensée de lui faire visiter vers deux heures du matin le lieu de drague du square de la Croix rouge.

Plutôt à l'aise, il arpentait les sentiers obscures et un peu saoul, n'était pas avare de commentaires sur les mecs rencontrés. Pourtant on entreprit rien. Tout juste rencontrions-nous l’Israélien avec lequel j'avais fauté une fois précédente, et j'avais émis l'idée de le ramener chez moi, technique aussi valable qu'une autre de me taper Ken sans le faire.

Ken au départ était assez chaud à cette idée, puis l'Israélien demandé à ce qu'on amène aussi son pote, alors ça commença à devenir compliqué, et finalement nous ne sommes rentrés que tous les deux chez moi. Sur le trajet il réfléchissait à voix haute : 
"- Mais nous sommes amis, on se parlerait plus pareil après (...)
- Je pense que je serais capable de sucer un mec devant toi (...)
- J'aurais bien fait un truc avec lui dans les bois, là, mais chez toi sur un lit, bof"

Toujours est-il que nous sommes allés nous coucher et que cette fois j'ai tenté plusieurs trucs, de l’enlacement à la caresse -à chaque fois repoussés- après un certain temps. Excité que j'étais après qu'il m'ait montré une photo de lui en érection sous son boxer, je considérais la méchanceté de la nature qui octroi dans sa grande injustice à un garçon aussi beau que ça, en plus de sa beauté, un sexe aussi considérable.

Peu de sommeil comme la dernière fois, le même sentiment d'avoir été éconduit le lendemain. Mal. Très mal.

Je ne saurais expliquer l'état dans lequel me met ce garçon, l'état de fascination qu'il exerce encore sur moi et les situations pathétiques dans lesquelles je peux me mettre pour l'obtenir.

En remontant le fil des événements, en rassemblant le faisceau d'indices, j'en suis venu à la confirmation qu'il me menait bel et bien bateau, qu'il m'allumait, bref, me prenait pour un con.

Comme je réalise, sans être parvenu à en connaître les raisons exactes, que je ne me le taperai jamais, je décide donc de décrocher.
Mais comment décrocher lorsque des pervers narcissiques comme celui là peuvent vous faire flancher à la moindre prochaine œillade ?

En décidant de ne plus le voir, tout simplement.





5 commentaires:

  1. Surtout "qu'après", il faudrait parler ou même s'écrire... Et là en effet côté orthographe... moi ça me bloque d'emblée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est parce que tu l'as pas vu en sous-vêtements.

      Supprimer
  2. De toute façon c'est du "jetable" lol donc pour le temps que ca dure... la relation serait pas épistolaire. La chair aussi au passage ca dure pas tant que ca...

    RépondreSupprimer
  3. Le mec c'est Christopher c'est ça ? (******* sur gayromeo ou bien ********* sur ma-q).
    Effectivement dans le caleçon c'est considerable...
    (Je me le suis tapé 2 fois moi hé hé - mais il y a quelques années - maintenant, bien conscient de son énorme succès il devient très compliqué...).
    Je suis un lecteur assidu de ton blogue et ce n'est pas le premier mec que je reconnais parmis tes conquêtes / fréquentations!
    On s'est déjà vu aussi toi et moi en 2014 dans la réserve du blagnas mais on ne s'est pas parlé. La prochaine fois que je te croise je me présenterai :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non c'est pas du tout ça cette fois ! Ah ah (en relisant l'article de 2014...)

      Supprimer