samedi 19 septembre 2015

Coopté,

j'étais bel et bien coopté à ce qu'on appelle ici au Cap d'Agde une "pool party", c'est à dire une espèce de cocktail privé, crapuleux en plein après-midi, à l'heure de la sieste plus précisément, dans un luxueux riad du Centre naturiste.

J'en ai déjà parlé ici les années précédentes, à maintes reprises. C'est sans doute pourquoi cette fois ci on m'a intimé l'ordre de rester secret sur ces après-midi orgiaques du Cap d'Agde, en lieu privé. Comment a t-on pu m'identifier ? Aucune idée, mais nous savons déjà qu'ici, année après année, tout le monde connaît tout le monde.

D'ailleurs j'ai du anonymiser complètement les descriptions faites de ce qui se passait ici dans mes précédents articles. J'utilisais notamment le pseudonyme de la patronne de tout ça, celui ci n'étant plus mentionné ici.

Cette année j'étais donc invité via un de mes amis qui avait sympathisé avec l'un des chiens de la patronne. Je débarquais donc dans une grande fête sur une terrasse avec piscine à débordement, à manger à boire, un musicien qui joue du tam tam relié à la table du DJ, et qui joue sur le mix. 

Bien évidemment -et c'est bien dommage- je n'ai pas (plus) le droit de dire de ce que j'y ai vu. Mais disons pour rester bref que jamais je n'ai été spectateur de telles performances sexuelles à base d'accessoires...

Pour vous dire, c'est un peu comme les méga-orgies organisées que je raconte parfois ici, mais en version hétéro et sans les baisers, sans les préliminaires. Ici ça pilonne, ça fouette, ça griffe. Et le tout en musique.

Ici et là des "ateliers" un peu spéciaux, animé par une figure locale, pour les femmes qui aiment les sensations un peu... spéciales.

Malheureusement, et contrairement à ce qui était prévu au départ, nous nous retrouvons les deux seuls gays perdus là au milieu. Les cinq qui paraît-il avaient été invités ne sont pas venus.

Inutile de m'étendre sur la frustration ressentie devant tous ces hétéros virils -et très bien montés- qui pilonnaient autour de nous en pleine puissance de leur corps. Impossible de savoir si le casting avait été fait sur la taille de la bite, mais toujours est-il que mon copain et moi étions limite complexés de nous mettre nus afin d'aller nous baigner dans la piscine.

Me regardant plutôt amusé, un grand hétéro baraqué aux cheveux rasés mais au regard en amandes très sympa reste là à mater les autres mains ne fait pas grand chose. Pourtant, j'ai bien vu plus tôt lorsqu'il n'avait pas son short qu'il n'avait pas du tout de quoi complexer...

L'après-midi avançant j'ose enfin lui adresser la parole. Ce Vincent prend rapidement soin de me préciser qu'il est attiré par les femmes (j'imaginais bien), mais on discute quand même, et je finis par le draguer assez ouvertement. Il répond classe, avec le sourire, no drama.

J'imagine bien que même si ce Vincent était tenté d'essayer les mecs, ce n'est surement pas sous les yeux d'une cinquantaine d'autres (qui le jugeront peut-être -même ici-) et surtout pas avec autant de femmes à disposition, qu'il franchira le pas. J'arrive quand même à prendre son numéro de téléphone, sans savoir ce que je vais bien pouvoir en faire...

Viencent me dit que si, il a bel et bien baisé une nana pendant l'après-midi mais en haut des escaliers, à l'abri des regards, goûtant peu l'exhibitionnisme. En effet, j'ai bien peut que ce mec ne soit vraiment pas pour moi...






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire