vendredi 28 août 2015

Les faits relatés

dans mon dernier article daté du 25 août 2015 ont eu lieu autour du 8 août, quelques semaines avant la publication.

Je ne savais pas encore, en dialoguant avec ce jeune homme, que je perdrais deux semaines plus tard une lointaine connaissance, Kevin, 32 ans, des suites d'une maladie contractée à cause du sida.

Sur Kevin, les traitements tri-thérapiques n'ont jamais vraiment fonctionné, il a été victime d'un syndrome de Kaposi, avec ces taches noires dignes des malades du sida des années 80.

Ce jeune garçon Berjallien avec lequel je dialogue ne le sait probablement pas, mais oui, on meurt encore du sida en 2015.

Kevin a été incinéré mercredi après-midi au cimetière du Père Lachaise, et un des intervenants durant la cérémonie signalait qu'au même moment à Paris, on enterrait un autre jeune homme mort du sida la même semaine.




5 commentaires:

  1. Triste réalité, triste nouvelle
    Protégez-vous pour vous et pour les autres

    RépondreSupprimer
  2. J'avais déjà eu l'occasion de te dire tout le bien que je pensais de ton blog (j'avais même eu le privilège d'être "cité" dans un de tes articles) et ce billet ne fait que confirmer ce que j'y disais.
    Même dans ce qui est un moment difficile tu arrives à donner cette justesse à tes mots.
    Tu as mille fois raison d'évoquer ici la mort de Kévin Gagneul mais aussi celle de cet autre jeune homme. Il faut continuer inlassablement de dire que le virus du SIDA continue de tuer même ici en Europe et arrêter de laisser croire que ces seules victimes ne seraient que des peuples lointains et désoeuvrés.
    D'ailleurs c'est une fort bonne chose que tu évoques à chaque fois ton intransigeance concernant le port du préservatif, c'est un message très utile notamment pour les plus jeunes d'entre tes lecteurs qui n'ont pas eu à vivre les sinistres années SIDA et qui sont même trop jeunes pour cotoyer celles et ceux qui les ont traversées. Puis ta vie sexuelle est ce qu'elle est mais même en ayant une activité moins dense que la tienne il est bon de rappeler qu'il faut totalement déconnecter une vie sexuelle riche et le risque de transmission du virus. Chaque rapport même très occasionnel peut avoir ces conséquences irréversibles.
    C.

    RépondreSupprimer
  3. Kevin avait 32 ans pour être précis.
    Bon article sur la réalité du Sida, encore aujourd'hui :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entendu, je corrigerai dès que possible, merci

      Supprimer