samedi 22 août 2015

Épuisé Bourgoin

et ses mecs plutôt pas mal, surtout en ce mois d'août où beaucoup sont partis en vacances.
Heureusement il y a le mec de Mâcon dans les parages et qui fait étape à Bourgoin en attendant de descendre dans le sud.



Comme la dernière fois, rendez-vous sur le parking d'Intermarché de Domarin. Et contrairement à notre première rencontre du mois de janvier où il m'avait emmené dans les hauteurs pour nous raconter nos vies, cette fois il gère. Direction Tireluc (non le nom ne s'invente pas) sur les hauteurs de la ville, dans un pré sous lequel brille les lumières de la ville et au dessus duquel passent les étoiles filantes. Ici même, sous un cerisier, il y a des dizaines d'années, mes grands-parents maternels se rencontraient. Il
 déplie une couverture qui était entreposée dans le coffre et y pose deux grandes serviettes de plage.

Le sexe avec lui est encore plus puissant que la fois précédente, dans les faibles lueurs de cette nuit d'août, je devine les traits fins de son visage et la douceur de sa peau, laisse glisser mes doigts sur le plat de sa joue creuse et traîner ma main sur la taille particulièrement marquée.

Contrairement à la dernière fois il me regarde de bout en bout. Sous la basse lumière, je ne peux que deviner le bleu de ses yeux. Assis, couchés, nous faisons l'amour, alors qu'autour les cris de bêtes de la nuits ne nous arrêtent pas. Je me lève, lui prend les deux mains pour qu'il se lève aussi.

Nous sommes tous deux nus, là au milieu de ce champ. Je l'embrasse puis me retourne contre lui.
Je pense n'avoir jamais connu garçon aussi jeune faisant aussi bien l'amour.








3 commentaires:

  1. C'est mignon. Très bon post. J'adore te lire tous les jours !
    T'es au Cap là ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis revenu, les articles arrivent...
      Merci ))

      Supprimer