mardi 14 juillet 2015

La question se pose de continuer ce blog

tant il se passe de choses, de rencontres, d'aventures qu'il serait trop long de raconter ici, sans que je puisse en tirer autant d'intérêt qu'avant. 

Au début de ce blog, tout émerveillé que j'étais encore par les expériences sexuelles que je "découvrais", j'éprouvais le besoin de me répandre ici tant ce qui se passait chez moi m'était inconnu. Par la séduction et la pratique sexuelle, j'acquerrais une confiance en moi certaine, mais j'acquerrais sans le savoir, surtout et avant tout le goût de la liberté.

Le multipartenariat m'a libéré, et je m'en rends compte d'autant plus aujourd'hui, alors qu'un travail est manifestement achevé chez moi et que je ressens ces rencontres d'une manière davantage routinière.

Par la suite je ressentais intensément le besoin de laisser une trace pour plus tard, pour me rappeler, lorsque je serai vieux ou malade, immobilisé ou impuissant, de ces innombrables frissons ressentis, de ces amours éprouvées, du désir que j'ai suscité. Je voyais chacun de mes articles comme une infime partie d'un pyramide de cristal du haut de laquelle je pourrais, une fois que tout sera dit, contempler ce pan de ma vie, fut-il outrancier et immoral.

Cette sensation est toujours présente, mais je me demande aujourd'hui, alors que les visages et les lieux s'estompent, que les souvenirs se multiplient, ce qui restera de cette accumulation. Si le récit de ces aventures sensuelles restent ô combien précieuses pour moi, je m'interroge à présent ce qui adviendra du récit de celles qui se répéteront à partir d'aujourd'hui. J'ai fini de faire le tour de la drague, des pratiques que je me sentais capable d'explorer, et même les nouvelles que je pourrais à l’avenir approcher ne rempliraient pas plusieurs dizaines d'articles par an, comme c'est le cas aujourd'hui.


Ces pensées viennent après deux événements récents, deux rencontres qui m'en ont rappelé d'autres passées.
Un dimanche soir récent j'étais au freedj, comme d'hab' me direz vous. Ce soir là je serai avec Jack, que je vois chaque weekend. Mon pote de sortie que nous devons rejoindra là bas me prévient : "- Je viendrai avec un pote" alors qu'il est de tradition que quand on apporte un mec le dimanche soir, c'est son casse-croûte perso. 
Et vlan, le pote me plaît, et je crois que c'est réciproque. Je savoure ces instants si rares où l'on est présentés l'un à l'autre et où l’œil de chacun trahit l'attirance immédiate, à l'insu des personnes alentours. Que j'aime ces regards attardés l'un sur l'autre pendant que d'autres parlent, comme si l'on s’enfuyait quelques secondes de la conversation.

Mon pote de sortie m'avait dit par sms que je pouvais le draguer si je voulais mais j'ai lu la jalousie -que dis-je, la panique- sur son visage lorsque nous avons eu ce dialogue :
Lui : "- Bon je vais rentrer"
Moi : "- On descend danser encore quelques minutes non ?
- Qu'est ce que tu fais si je descends avec vous ?
- Ce que tu veux !
- (dans un sourire) Ah oui ? (en tendant la main pour que je tape dedans) Vraiment ce que je veux ?..
- (en tapant dans sa main) Ce que tu veux."

Que raconter de cette rencontre ? Que dire davantage que ce que j'ai déjà dit d'autres, que j'ai dragués dans de même circonstances ? qu'écrire sur ce que cette expérience m'a appris, sur ce en quoi je vais m'améliorer ?...


La deuxième expérience est en revanche trop puissante pour que je la raconte (éventuellement) si tôt.
Une demande de dialogue sur Planet Romeo, photo où on ne voit pratiquement rien. Les rencontres par applis m'ennuient, je ne vois pas son visage, je ne réponds pas.
Jour après jour il insiste, je cède. Comme toujours.

regardez les dates, et la persévérance qui force l'admiration


Face à un garçon qui cherche tant à obtenir une réponse, sans jamais être lourd, je craque, obligatoirement.
Et j'ai bien fait. Lorsque je me suis approché de lui sur cette place, il était adossé à un arbre. J'étais à une vingtaine de mètres et j'ai déjà été sensible à une des choses principales chez un partenaire : sa silhouette.

C'est comme avec Nicklas, la première fois. Avant même qu'il enlève son casque et qu'il descende de son scooter, je ressentais déjà des choses.

Mais là, cet ex-hétéro, 26 ans, qu'on nommera Madan, fraîchement arrivé de province qui a "bloqué sur [ma] photo", et qui a voulu a tout prix me rencontrer, est loin d'être un top model. C'est le type de gars basique que personne ne trouvera ni beau ni moche. Il est passe-partout. Je n'ai pas l'habitude, et ça me plaît. Le plus ? Ses petites lunettes qui lui donnent ce côté nerd qui m'excite.
Dans son attitude, ses regards, sa proximité, je le sens très attiré par moi. Trois minutes après son arrivée chez moi c'est lui qui entreprend, et de quelle manière. Très excité, sexe conséquent et large, gland magnifique, il est aussi bien actif que passif.

Une osmose sexuelle rarement ressentie. Flip-fuck interminable qui se termine en apothéose. sms de part et d'autre, encore sous le choc de ce qui s'est passé des heures après et même le lendemain au réveil.

Mais là encore, que raconter de cette rencontre ? Que dire davantage que ce que j'ai déjà dit d'autres, que j'ai fréquentés dans de même circonstances ? Qu'écrire sur ce que cette expérience m'a appris, sur ce en quoi je vais m'améliorer ? D'ailleurs, cette expérience précise m'a t-elle enseigné quoi que ce soit que je ne savais déjà ?

La question se pose...

... peut-être rien, juste poser ici un nouveau moment de vie par définition unique, et qui me consolera peut-être un jour, en me disant
que j'ai vécu.




17 commentaires:

  1. Arrêter ou non ce blog?
    Je le dis clairement : OUI !!!! Terminé! Plus de blog!

    Comme ça... je ne suis plus un lecteur de ton blog... et n'ayant plus cette qualité : je peux envisager de réaliser mon souhait de baiser avec toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mdr Ca me faisait la même chose en lisant les livres de Guillaume Dustan, jusqu'à ce que je vois à quoi il ressemblait...

      Supprimer
    2. Marrant en effet, je ne l'avais pas vu sous cet angle là ! On peut prendre un ticket ? Ça pourrait faire un nouveau blog "à la recherche de mes lecteurs éperdus"...

      Supprimer
    3. Tu ne crois pas si bien dire, dans mon prochain article je donne un moyen de me rencontrer et de coucher avec moi !

      Supprimer
    4. Bah ! Et ça va marcher à tous les coups ?

      Supprimer
    5. lol après ce sera question d'affinités ^^

      Supprimer
    6. C'est pas open bar non plus ^^

      Supprimer
    7. je suis certain de ne pas être déçu...

      Supprimer
    8. Si ça se trouve c'est déjà fait depuis un moment...

      Supprimer
    9. Il m'étonnerait, même si je privilégie des mecs pas trop vieux pour mettre dans mon lit d'homme mûr, que nous nous soyons déjà croisés!

      Supprimer
  2. Forcément quand tu en auras fait le tour, tu vas t'arrêter... En attendant, tu trouves bien d'autres façons, avec d'autres rythmes, de venir dire, ou redire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, mais je vois de moins en moins la forme et le style que mes récits peuvent prendre à l'avenir...

      Supprimer
    2. Ah ça, si on savait de quoi sera fait demain !

      Supprimer
  3. Prends des vacances et vois pour la suite. C'est clair qu'à te lire, tu as l'air super blasé en ce moment niveau sexe. Forcément, ça doit moins inspirer pour écrire. Sinon, deviens moine !

    RépondreSupprimer
  4. Avez-vous pensé à écrire vos histoire à la troisième personne plutôt qu'au ''je'' ? Par expérience, je sais que ça peut être inspirant et même plus si vous voyez ce que je veux dire. Notre esprit devient plus libre d'explorer tous les phantasmes et c'est très agréable de se laisser guider par notre personnage.

    RJ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai pensé au début et j'ai rapidement abandonné l'idée... Il s'agissait d'un bloc et traditionnellement cela s'écrit a la première personne. D'autre part je voulais assumer le genre littéraire autofiction, duquel je m'inspire. La troisième personne fait penser au roman, et aurait encouragé a m'éloigner de la réalité.

      Supprimer