lundi 6 juillet 2015

C'est un mec particlulier

que je m'apprêtais à rencontrer mon dernier soir à Bourgoin-Jallieu. Comme à chaque fois, et malgré les nombreux tchats les jours précédents, c'est le dernier soir de mon voyage que ma libido se réveille vraiment et que je me décide à rencontrer quelqu'un.

On parlait depuis la veille, au milieu de tous les minets en chaleur prêts à sucer le premier mec à tablettes qui passerait. Il a vingt huit ans, grand et très mince, blond les yeux bleus, porte des dread locks jusqu'au boule, vit dans un camping car sur un terrain à une vingtaine de kilomètres de Bourgoin, retape une grange qu'il vient d'acheter pour une bouchée de pain. En général ce genre de mec, babacool, habillé de haillons et un peu margnal est rarement homo... Et c'est, bien évidemment, justement ce qui fait son intérêt.

Jeudi soir, 21h00. C'est à ce moment là qu'on devait se voir pour boire un verre dans son camping car. sms.



Bon dans ce cas là il faut la jouer fine. Ce qu'il ne sait pas c'est que j'avais déjà contacté ce garçon à Noël alors que j'avais une autre photo de profil peut-être moins à son goût, et il ne m'avait pas répondu. Là il risque fort de me glisser dans les mains une nouvelle fois définitivement si je ne la joue pas finement. D'autant plus que je pars le lendemain, et lui aussi, pour une longue période.

Petite hésitation toutefois, en repensant aux mecs déjà décrits plus haut et mignons comme tout, qui sont plus proches et prêts à donner de leur personne. Et eux paraissent davantage fiables...

Mais non, c'est lui que je veux. Alors bien choisir les photos que je lui envoie, opération retournage de cerveau, changeage d'avis.



Préparation pour l'expédition. J'adore ce moment là, celui où je me prépare pour rencontrer un garçon dont je n'ai vu que des photos, et en l’occurrence qu'une seule.

Ce moment où je tente, d'après son look et ses goûts, de lui correspondre.

Pour un tel qui semble plutôt branché minets je me raserai, me coifferai de manière une peu nette, avec une noix de gel, un t.shirt et un jean pas forcément très larges, avec un sweat un peu flashy.

Pour un autre plutôt branché mecs virils, je ne me raserai pas, j'attendrai même d'avoir une semaine de barbe pour le rencontrer, mettrai de la cire coiffante dans mes cheveux pour maintenir l'effet décoiffé, et m'habillerai sans couleurs prononcées, avec un sweat a capuche noir sous un blouson en cuir.

J'espère tomber juste... Pour ce Yann j'avais choisi un T.shirt marron assez large aux nombreux motifs noirs, sur un jean noir reconverti en bermudas. Sobre et décontracté.


Le soleil se couche lorsque j'entre sur le petit chemin de cailloux qui mène à sa grange. La température est tout aussi douce que la lumière, je plonge une nouvelle fois vers l'inconnu, j'adore cette atmosphère, je ne me lasse pas de ces moments.




Lui est comme je l'avais imaginé, encore plus grand et plus mince peut-être. Habits amples. Ses yeux bleus ressortent dans la nuit. Une bière dans son camping car, un rapprochement rapide, il embrasse beaucoup, mais ferme les yeux presque tout le temps, dommage. Caleçon large, je m'en serais douté, longue bite qui descend le long de sa jambe.
Étreinte courte, malheureusement
"- Je suis désolé, c'est parce que t'es étroit"

Bon c'est peut-être pas faux mais là c'était quand même très très court...
Pas grave, quelque minutes en compagnie d'un mec si différent, ça peut suffire à mon bonheur.





13 commentaires:

  1. Voici un post fort intéressant où le lecteur, toujours avide de renseignement sur l'auteur, apprend, sans trop savoir qu'en penser, que l'auteur est étroit...
    Mais étroit de où ? Il faudrait des précisions, tout de même ! D'après le contexte et la brièveté de la rencontre, on n'a pas l'impression qu'une quelconque pénétration ait été tentée, ni dans un sens ni dans l'autre. Etroit de la bite alors ? On ne trouve nulle trace de cela dans les autres posts. Amis fidèles, rassurez moi, quand même pas étroit d'esprit !!!
    Victor

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Précisément la brièveté de de l'étreinte devrait aiguiller le lecteur sur la localisation de l'étroitesse du narrateur...

      Supprimer
    2. Ah, j'adore, on va y penser toute la nuit ! :)

      Supprimer
    3. Euh quand même pas les oreilles ? :-D

      Supprimer
  2. Je penche plus pour le nombril ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bonne vanne ! S'il était étroit je j'écrirais pas ici ^^

      Supprimer
  3. Je crois deviner. Le mec est fin, très fin même. Il a envie d'une grosse étreinte avec un mec baraqué. Mais Quentin est tout fin aussi, étroit du bassin, étroit des épaules. Le mec fin, avec ses longs bras (longs bras, longue bite) il a déjà fait deux fois le tour de notre Quentin. Alors ça le fait pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais la finesse de son corps n'était pas sa seule caractéristique. Elle contrastait avec une autre particularité, pour le coup incompatible avec ma soit disant étroitesse...

      Supprimer
  4. Je crois que je commence à comprendre... et dans de pareils cas, je recommande toujours la patience (et un bon lubrifiant). Avec un peu de doigté, on obtient des élargissements spectaculaires qui finissent par contenter à peu près toutes les morphologies ! Victor

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème n'étant pas l'entrée en matière, mais plutôt les frottements, qui ont accéléré la montée du partenaire...

      Supprimer
    2. Il ne t'a donc pas repoussé, bien au contraire :)

      Supprimer
    3. Et comme quoi, tous les précoces ne sont pas surdoués (après avoir écouté Inter ce matin de 9 à 10 h).

      Supprimer