mercredi 24 juin 2015

Bon, me voilà à Mâcon,

en Bourgogne, pour des raisons que j'expliquerai probablement dans mon prochain post, et qui ont un rapport avec un article assez ancien publié l'hiver dernier.

Au départ gare de Lyon à Paris tout à l'heure il y avait Jack, ce minet qui boosta ma période hivernale, avec qui j'ai partagé des moments plutôt sympas, et qui resta jusqu'au départ du train à me faire des grimaces depuis le quai pour me voir partir. Un peu pot de colle, mais touchant.




Pour l'heure je suis donc arrivé dans le centre ville de Mâcon, dans le quartier piéton plus particulièrement. Je passais rue Carnot avec ma valise quand je tombe sur ça :


C'est évidemment le genre d'apparition qui me fait stopper net ce que je suis en train de faire, quoi que je fasse.
Comment peut-on porter cycliste aussi moulant et clair lorsqu'on est monté comme ça ? Mystères combinés des looks et de l'exhibitionnisme. C'est l'exemple de pensées qui encombrent mon esprit confus jusqu'à l'explosion, en tout cas jusqu'à ce que sa copine-collègue-camarade-jesaispas sorte du commerce pour prendre son vélo et emmener ce big paquet loin de mon champ de vision.

Le mec était assez distrait, et n'avait pas remarqué ma présence à quelques mètres de lui. Mais dans ce genre de situation je ne me force pas nécessairement à être discret, et suis plutôt pour la provocation assumée. Soit le mec n'est pas réceptif et je laisse tomber, soit le mec l'est et devient peu à peu très mal à l'aise dans ses habits serrés...

Bon là, il a préféré ne pas me voir, et se barrer. C'est loin de fonctionner à tous les coups.






8 commentaires:

  1. C'est toujours amusant et excitant de voir comme le mode sportif frise facilement l'impudeur, quelques exemples agréables ici : http://chrisandpics.blogspot.fr/2013/04/emotions.html?m=1

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lol oui mais pour Djokovic c'était ses balles de rechange dans sa poche ^^

      Supprimer
  2. Le nom même de la ville de Macon me rappelle ce mot délicieux de Sacha Guitry qui passait en train par la Bourgogne avec sa jeune épouse : elle s'écrie " Regarde, Macon ! ". " Eh oui ", répond-t-il, " on dit bien Sacha ! "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis 3 minutes à comprendre.

      Supprimer
    2. Même après 3 minutes, ai toujours pas compris...

      Supprimer
  3. Moi aussi ! Mais ça me rassure ce n'est pas mon âge donc... :-)

    RépondreSupprimer
  4. Toute la subtilité est dans ces trois minutes, précisément. Si on comprenait tout de suite, ce serait beaucoup moins drôle...!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai mis plus de 3 mn mais ça y est !

    RépondreSupprimer