mardi 5 mai 2015

Une proposition comme ça se refuse t-elle ?

​Alors que je passais ces deux jours dans la ville de Québec, j'étais coincé par la pluie au musée des beaux arts (qui est pas terrible au passage). Le train qui me ramène à Montréal est annoncé à quinze heures et il me reste trois bonnes heures à tuer. Heureusement que j'ai visité le vieux Quebec et la promenade des gouverneurs la veille car avec ces averses ça aurait été impossible aujourd'hui.

3 jours d'abstinence depuis un plan pas terrible à Montréal m'avait laissé un goût amer, le type m'ayant volé 20 $CAD dans ma chambre quand j'avais le dos tourné. Billets que j'avais laissés en évidence sur le meuble de la chambre, il faut dire que sur le coup j'ai pas été très malin...

Musée des beaux-arts, Grindr derrière la baie vitrée. Un minet à lunettes habitant à 139 mètres est peu expérimenté, hyper motivé, mais sans lieu à proposer. J'ai hésité à lui payer l'entrée aux Beaux-arts pour le coincer dans ses spacieuses toilettes, mais non. Cyprien lui n'aurait pas hésité, mais j'ai situation bien plus excitante qui se présente...

Un homme de 35 ans sans photo m'avait proposé illico, la veille au soir, de lui vendre mon boxer dans lequel je me serais masturbé.
Original.





Un fétichiste donc.
La situation, inédite pour moi, m'excitait raisonnablement. Je dormais alors chez un hôte airbnb et je me voyais mal seulement me branler et me rendre à l'hôtel Hilton le lendemain pour me séparer sèchement et contre rétribution de mon boxer maculé. Je m'endors.

On parle le lendemain, et là, alors que dehors tombe la pluie, arrangement est pris de me rendre dans sa chambre et de me masturber devant lui, sur son lit, jusqu'à ce qu'orgasme s'en suive. 
Cette situation m'excitait bien davantage, et je ne demandais pas de photo à l'homme en question, cet anonymat complet ayant de surcroît l'avantage de ne pas me décevoir sur son physique que je présumais difficile...

Il proposait la veille 80 $CAD, et vu qu'il dort à l'hôtel Hilton, je me doutais que l'argent pour lui n'était pas un problème. À mon âge, le fait de me faire payer pour une prestation où je n'ai pas à donner de ma personne est assez exceptionnel, et même si je n'ai pas besoin de cet argent, le prendre fait partie du délire.

Le type a perdu sa carte bleue, il ne peut me laisser que les espèces qu'il a sur lui, c'est pas grave, la motivation n'est pas financière.



Il m'attend à l'ascenseur du 20ème étage. Il n'a pas 35 ans comme annoncé mais plutôt 42. Petit Londonien un peu rouquin aux yeux bleus, physique très anglais, pas top. Ce qui m'excite c'est le trip, pas lui.

Avant mon départ pour le Canada un photographe parisien faisant une série sur la masturbation et l'éjaculation m'avait demandé de me donner à son objectif. J'hésitais, me demandais si je serais capable de tenir jusqu'au bout, et me suis dit que cette exhibition devant un inconnu pourrait tenir lieu de bon entraînement.

Panorama imprenable sur Quebec-ville et les plaines d'Abraham. La hauteur de la vue que m'offre ma perversion du jour me rappelle celle de Dubrovnik, en Croatie. Entièrement nu, je prends une photo.



En effet, l'expérience fut bonne, un peu laborieuse car le regard de l'autre est assez perturbant, mais très valorisante. Il me laisse finalement repartir avec mon sous-vêtement, ayant peu le confort de partir le soir même en avion pour New-York.

Je ressors de la chambre. La somme de billets représente 40€. Je prends une photo en attendant l'ascenseur.





J'ai pris mon pied, je rentre dans mes frais, je trouve ça fun. Sans plus.
J'avais fait un trip semblable dans le bois de Vincennes lorsque j'avais vingt deux ou vingt trois ans, et un fantasme, ça ne se réalise qu'une seule fois.






1 commentaire:

  1. Moi, je trouve ça plutôt une belle histoire. Entrer dans le fantasme de l'autre, n'est-ce pas finalement le début d'un vrai contact ? Ou pas ?
    Victor

    RépondreSupprimer