dimanche 22 mars 2015

Au fur et à mesure de mes virées

à la plage de la Souris Chaude, sur l'île de la Réunion, je constatais l'effervescence au coucher du soleil. Mon erreur, les premiers jours, était de m'éclipser une fois le soleil couché, croyant que tout le monde faisait de même.

Et non ! C'est un de ces soirs, où le soleil une fois couché, je regagnais la route abandonnée où j'avais garé ma voiture, que j'ai vu une citadine blanche se garer juste devant moi. Sortant, un grand black d'une cinquantaine d'années. Vous savez, ce genre de grand noir baraqué avec un visage trahissant son âge, mais un corps à la peau nickel, des fesses rondes et des biceps qui serrent à vous faire craquer les os ? Il sortait avec sa serviette, en t.shirt et en slip. Et là : énorme paquet !
Là les images fusent et se mélangent : le t.shirt qui saute, les biceps en action, les pectoraux qui s'activent et le quinquagénaire bodybuildé qui s'éclate à éclater un blanc. La machine à fantasme quoi... D'autant plus que vous connaissez déjà mes fantasmes quasi-gérontophiles


Malheureusement tout cela tourna à vide au bout de quelques secondes... Alors que je tardais à monter dans ma voiture, tergiversais à plier ma serviette de plage que je roule d'habitude toujours en boule, il posa rapidement les yeux sur moi avant de partir sans se retourner en direction de la plage.

Quand c'est comme ça faut pas hésiter. Si t'as envie de sexe et que tu quittes un endroit où tu as des chances de le pratiquer, tu fais demi tour. Mon pote Cyprien fait ça. Quittant le sauna, rhabillé et passant par l'entrée, il croise une bombasse du regard et hop! Il fait demi tour et redescend se dévêtir au vestiaire pour le tenter...

J'ai fait demi-tour. Je le cherchais un peu, sur les deux kilomètres carrés de la plage d'herbes et de rochers, mais sans trop y croire. Il m'avait regardé sans s'attarder sur moi et je me disais que je ne lui plaisais manifestement pas. Seulement ça m'avait chauffé et je m'étais simplement remis en quête d'un partenaire. Jusqu'au moment où, debout en haut des rochers, il était là, mais sans son slip. 

Evidemment, sur une plage naturiste j'aurais pu m'attendre à le voir sans son slip autrefois si rempli. Ô surprise il me regarde, et j'ai l'air de l'intéresser. Il  ne tarde pas à le montrer en faisant (volontairement ou non), grossir son sexe dont la largeur devient progressivement de moins en moins... praticable. Puis il me contourne et va se loger à l'entrée des fourrés, face à moi. Petit signe de la tête il me dit de venir.
J'ai eu du taf je vous le cache pas, et à genoux, je me suis appliqué. Le jeu était de la faire grossir au maximum, de l'exciter à fond en faisant jouer alternativement les deux mains, puis simultanément, le regardant dans les yeux, les testicules les cuisses etc... enfin vous connaissez le truc, le pack "total accro".

Je ne sais pas d'où ça me vient, mais faire jouir et entendre gémir un mec bien plus âgé que moi, ça m'a toujours plus excité que de provoquer un orgasme à un plus jeune.

Pratiquement tous les soirs, à l'heure du coucher du soleil, j'y suis resté, avec plus ou moins de fortune, et de "coups" dont je vous passe ici l'énumératione t la description.
Alors que je m'apprête à m'envoler vers la métropole, je passais une dernière fois à la souris chaude samedi soir. J'avais rendu les clés de la maison où je séjournais, et le check out ayant pris du temps, j'arrivais bien après le coucher du soleil.
Quelle ne fut pas ma surprise de voir le parking plein, voitures allant et venant. Étonnement de voir l'esplanade donnant sur la mer surpeuplée, une bande de jeunes gays posés avec des bières dans un endroit stratégique pour voir les passages.
Seul la lumière de la lune éclaire les scènes, les visages qui se croisent, les silhouettes s’enfonçant dans l'obscurité.

L'ambiance lieu de drague à la plage tel qu'on l'imagine. Si d'aventure vous faites un tour à la Réunion, ne ratez pas la Souris Chaude, ça vaut franchement le détour.






8 commentaires:

  1. Petite faute de frappe : "J'avais rendu rendu les clés de la maison..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est corrigé, c'est ça d'écrire au correcteur dans l'avion ;)

      Supprimer
  2. "Je ne sais pas d'où ça me vient, mais faire jouir et entendre gémir un mec bien plus âgé que moi, ça m'a toujours plus excité que de provoquer un orgasme à un plus jeune."
    Euh rêve que ton père t'ai vraiment aimé peut-être?
    Que tu ais su le satisfaire et qu'il te l'ait exprimé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, heureusement qu'il existe toujours cette escroquerie de psychanalyse pour expliquer ce genre de trucs

      Supprimer
  3. Marrant. J'appartiens à la même génération que ton grand gaillard et je m'étonne toujours d'intéresser de plus en plus des types dont l'âge doit tourner autour de 26/30 ans. Ce qui a priori de m'attire pas plus que ça car un corps tout lisse m'ennuie un peu. Mais il faut reconnaître que ça fait plaisir. Ca reste très physique car en général je ne comprends rien à ce que raconte le gars qui de son côté ne comprend rien à ce que je raconte... Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah ! C'est très bien résumé ! :)

      Supprimer
  4. Que tu fantasmes sur la jouissance que tu pourrais donner à un bien plus âgé est une chose mais peut être pas à n'importe lequel... Par exemple, je me vois bien faire un truc avec Robert Redford, moins avec Clint Eastwood et pas du tout avec Christian Clavier...
    L'histoire du père ça me fait bien sourire aussi. J'ai eu une aventure avec un gars qui avait 22 ans de moins que moi (je le croyais plus vieux) et j'ai eu un peu peur de représenter l'image du père, ça l'a fait bien rigoler, son père avait 20 ans de plus que moi...
    Je crois qu'il y a bien d'autres paramètres :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes non, pas n'importe lequel ! Du genre de celui que je décris dans l'article par exemple ^^

      Supprimer