samedi 20 décembre 2014

Je suis venu à Marseille

​le week-end dernier parce qu'au creux du mois de décembre il fait 17°C et un grand soleil. Ici les Marseillais portent manteaux et écharpes comme s'ils ne se rendaient pas compte qu'en fait chez eux c'est toujours l'été indien. Je suis venu pour me balader sur les plages du Prado dans ces conditions, visiter le MuCEM et passer sur la passerelle qui survole face à Notre Dame de la Garde. Je suis venu pour les petites calanques désertes du quartier d'Endoume, où on serpente entre les rochers sur un sentier tout mince. Je suis aussi venu pour les pelouses du parc du Pharo, où on voit la nuit tomber sur le Vieux Port qui s'illumine...
Et puis aussi, je suis venu parce les Marseillais c'est vraiment des gros baiseurs, pas compliqués, avec des bites de ouf.

D'ailleurs le choix est tellement vaste qu'il faut bien mener les prospections pour pas foirer sa nuit. C'est pas la première fois que je viens et je n'ai encore jamais foiré mes nuits blanches. J'ai retrouvé Christophe, mais malheureusement je ne reverrai le fameux Donatien, désormais en couple, qu'à travers la vitrine de sa boutique.

Vendredi soir j'ai certes mis un bout de temps pour me décider. Crevé par le taf, les trois heures trente de voyage et la traversée de la ville à pied, j'ai fini par me déplacer vers le cours Lieutaud pour un mec mignon de 21 ans qui restait chez lui pour faire de la broderie. Courte conversation téléphonique avant de partir. Il me parle de son job, de son week-end, me propose un kir royal chez lui. Je le sens pas super chaud mais justement, je me dis comme d'habitude que s'il se passe quelque-chose ça en sera d'autant plus fort.

C'est sur le trajet qu'un mec connecté tout près de mon hôtel me relance, photos -très généreuses- à l'appui. Dilemme. Stratégie de la non-reponse comme si je n'avais pas vu le message. On sait jamais, ça peut servir pour plus tard...
Et en effet, j'ai eu du flaire.

Arrivée en bas de l'immeuble du brodeur. J'appelle : pas de réponse. Check sur grindr : déconnecté. Étonnant, le mec n'avait pas du tout le profil du mytho. 
J'ai presque plus de batterie, saisis ma chance, fais demi-tour et part en direction du mec près de mon hôtel en même temps que je valide le rendez vous.

J'éteins le portable pour économiser les 3% de batterie qu'il me reste et ne le rallume que vingt minutes plus tard, arrivé devant chez lui. Le premier mec, le brodeur, a essayé trois fois de me rappeler, et celui que je m'apprête à voir ma envoyé trois messages :
1. Il a une malformation d'un pectoral et espère que ça ne me gêne pas 
2. Il compte prendre des chems et me demande si ça me branche 
3. Il fait venir un 3ème mec, passif, dont il ne me montre pas la photo, et me dit que si ça me gène il l'annule.




Ça fait beaucoup pour moi. Le pectoral non, je m'en fous, le film de boules aussi ; mais j'ai déjà fait un plan avec des mecs sous chems et c'était catastrophique, c'était à Nice et je me suis dit que jamais je ne recommencerai.

Les plans à trois c'est la même chose. Le dernier en date à deux pas de chez moi ne brille pas dans mon souvenir, n'étant même pas parvenu à soutenir une érection correcte.

Mais en même temps fuck ! On est à Marseille quoi, je le suis pas tapé 800 bornes pour me masturber dans ma chambre d'hôtel, et je n'aime pas rester sur un mauvais souvenir. Donc ok à tout ce que j'ai autrefois foiré. 

Les chems pour le coup c'est de la MEF. Le type me dit qu'il aime pas trop qu'on le regarde en prendre alors je lui propose d'en prendre avec lui. La première fois de ma vie. Il faut dire que, pour la première fois aussi, j'avais pris de la mdma à l'anniversaire de Ken le samedi précédent. 
Plutôt déçu par les effets de la md (ça coûte quand même 70€ le gramme la blague!) , ils n'avaient fait que décupler ceux de l'alcool avant de me donner l'envie de faire des gros calinous à coups de sms à tout mon entourage.
Pas indispensable.

En ce qui concerne la MEF, "- sniffe-la ça fera effet plus vite", je n'ai rien remarqué de particulier, à moins que ce soit grâce à elle que je dois la réussite de ce plan. 

Le troisième mec arrive, un rebeu baraqué de vingt ans venu directement des quartiers nord de la ville qui a l'air d'être hetero, et visiblement super chaud. Son regard ardent, vif, et qui déshabille tout ce qui l'entoure, le montre. 
Et plus que la MEF, je pense que c'est lui qui m'a mis à l'aise. Souriant, déconnant avec moi très aimablement sur le parisien au milieu des Marseillais, m'embrassant ma caressant la cuisse (mon point faible, zone hérogène trouvée) et me désirant du regard, j'étais bien. 
Il faut dire que comme prévu, c'est notre hôte, addict aux fameux "chems",  qui a eu du mal à faire durcir son considérable gourdin... Le cercle vicieux du type qui prend de la drogue pour se désinhiber mais arrive mal à bander donc est encore plus mal à l'aise donc reprend de la drogue pour se désinhiber etc...

La réussite du plan vient d'une part de ces prélimiaires, du fait qu'on se déshabille les uns les autres (très important), et justement de la redistribution des cartes par rapport à ce qui était initialement prévu, moi que rien n’excite plus que l'imprévu. 
Le rebeu devint actif avec moi et chacun désirait les autres de manière équitable.

Avant de partir, je prenais mon préservatif restant, le seul qu'aucun de nous n'avait finalement utilisé : 
"- Je risque d'en avoir besoin, le week-end n'est pas terminé...

Et le rebeu qui enfile son blouson de répondre :
"- Ah non, c'est sûr que tu vas encore en avoir besoin mec. Je te texte demain."

Brr, j'ai peur.







8 commentaires:

  1. sympa comme revirement de situation, arriver a trouver une perle au milieu du sable :)
    du coup tu vas essayer de rebroder avec le rebeu baraqué ?

    @+
    Stef du grand coup à boire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pas revu finalement. Il ne m'a pas écrit, et de toute façon je préfère la nouveauté ;)

      Supprimer
  2. Les marseillais ont une bite de ouf? Genre ca depend de la ville lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah c'est chelou mais à Marseille je tombe toujours que sur des gros gourdins

      Supprimer
    2. C'est qu'ils te voient venir, Grindr doit être complètement infiltré par la mafia des gros gourdins...

      Supprimer
  3. A midi quand j'ai voulu choisir un fruit il y avait des bananes énormes et c'est con les associations d'idées, j'ai pensé à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah... Euh... Ça fait plaisir.. Merci ^^
      Je passe vraiment pour une souillon.

      Supprimer
    2. Faut dire qu'avec tout ce que tu racontes ici... c'est pas très étonnant :)

      Supprimer