lundi 29 décembre 2014

C'est devenu la tradition

que de faire le bilan de l'année passée. 2014 s'est allégée me direz vous. Non seulement parce que j'ai été enfin pris par un -vrai- travail, et peut-être aussi parce que je me calme... C'est arrivé à un instant très précis, ce calme. Peut-être qu'on vieilli, forcément... 
L'année de tous les vices était 2012 : le plus de partenaires, le plus de nouvelles expériences. Bon 2013 c'était pas mal non plus, mais 2014 n'a pas été pour autant de tout repos... Passage en revue des aventures marquantes de cette année.

Au niveau nouvelles expériences sexuelles, il y a eu le sandwich, c'est à dire me faire prendre pendant que je prenais un autre mec. Sensations mitigées, car j'ai découvert qu'on peut difficilement se concentrer sur deux points de plaisir simultanément.
Sinon, baiser dans un train je l'avais déjà fait (attention, parfois ça marche pas). Mais cette année, ce fut avec un prisonnier tout juste sorti de taule. Incroyable expérience, mais mitigée également.
Toujours aussi extraordinaire également les mecs pêchés dans des soirées pro et ramenés à la maison par la seule force de la séduction.
Amusant et inattendu aussi, que de se taper son pote qui dort à côté, simplement parce qu'on est sur-excité sans savoir pourquoi.

Pas de grands lieux de drague découverts, il y a toujours le sauna Sun city, le Carrousel du Louvre et le square de Croix Rouge, les soirées du club Church d'Amsterdam et nuits mousse de Arnhem, les sex clubs russes, le Cap d'Agde et ses perversions SM, certes, mais rien de très nouveau, même si je découvrais en tout début d'année le très beau Boiler, à Berlin, et le mythique Berghain. Il y eu aussi cette soirée spéciale "jeunes" à la rentrée de septembre, à laquelle j'ai finalement décidé de ne pas retourner.

Et puis il y a enfin eu la découverte des partouzes. Géantes, en plus. Même s'il m'a fallu attendre la deuxième fois pour m'y sentir à l'aise et pouvoir y exprimer toute mon audace... Au point d'ajouter aux nouvelles expériences le fait de sodomiser un mec en embrassant un autre mec qui se fait lui même sodomiser. Exquise sensation, croyez moi.

Côté échecs et râteaux : le plan à 3. Complètement raté à côté de chez moi, mais intégralement réussi à Marseille. allez comprendre ! Peut-être car c'était plus ludique à Marseille... Amusant aussi ce plan à trois prémédité mais quand même un peu improvisé entre potes.
La routine et le manque de charme des applis, les mecs qui font pas trop envie, et encore d'autres qui font encore moins envie... Les types qui mentent sur leur physique aussi. Et les potes qui se tapent juste à côté de toi le mec que tu convoitais....
Ah ceux que tu convoites... On a tous un mec hyper beau et inaccessible qui ne t'offre que son amitié, et pour lequel on est prêt à se ridiculiser.
Le plus dur c'est les mecs qu'on a laissé partir par timidité ou manque d'envie. On finit toujours par le regretter... quelques secondes trop tard. Bon, des fois on les laisse partir parce que y'a pas moyen, hein... Trop de travail pour convertir un hétéro en deux heures seulement. Et encore moins en Russie avec ses potes à côté.

D'une manière générale s'il y a une chose que j'ai terminé d'apprendre cette année, c'est que la beauté des garçon n'est en rien dans le plaisir sexuel que je peux prendre avec eux. tout est une question de circonstances, de scénario dirons-nous.

Côté amours me direz vous ? Et bien rien de très nouveau, elles stagnent... Il y a toujours Wilfrid, cet homme de ma vie lointain pour lequel mon coeur bat toujours autant. A part ça ? Pas grand chose, un certain Jérôme rencontré il y a un peu plus d'un an qui s'emballait un peu vite et avec lequel ça s'est terminé de manière un peu glauque...
Il y a aussi Salvadore, que je ne vois plus, que j'ai décidé de virer une bonne fois pour toute. Ceci dit j'ai reçu il y a quelques jours un message de lui me disant qu'il était hospitalisé, qu'il avait un cancer. Que faire ?...
Je vois toujours Bastien, rencontré à la soirée "jeunes" décrite plus haut, histoire sans histoires. Pas assez, peut-être... Car à côté il y a Jack, rencontré dans un sauna et avec lequel l'histoire n'est faire que de séparations et de retrouvailles.

Et puis il y eu l'idéal masculin, dont je vous rabats les oreilles ces derniers temps, même si les avis sur lui sont mitigés.

Des mecs qui me plaisaient il y en a eu d'autres, je peux même dire qu'il y a eu du Trophée de chasse italien cette année ! Et même du russe ! Il y a ceux qu'on croise dans les transports et auxquels on a pas accès, Jared Leto également... Et puis il y a les mecs pas très beaux, plutôt moyens, mais qui cachent une bite énorme sans en faire de publicité (un peu comme certains asiatiques d'ailleurs, insoupçonnables).

Mais ça n'a pas été la plus grosse excitation. Ce que j'ai découvert cette année était une circonstance hypra excitante, qui continue de m'affoler aujourd'hui, près de six mois plus tard : le candaulisme. Et ce plan cul en Irlande qui dévia sur un pilonage de mec devant son petit copain.
A ranger au palmarès de mes grandes sources d'inspiration d'excitation, à égalité avec certains souvenirs d'adolescence, qui décidément ne me quittent toujours pas...






7 commentaires:

  1. avec tout ça, le temps perdu n'est-il toujours pas rattrapé ?

    Stef_dgcab

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus en plus honnêtement. Et Ça turlupine un peu moins...

      Supprimer
  2. Eh bah mine de rien le temps passe vite… déjà un an à lire tes aventures :-) toujours aussi drôle et percutant. Je me demande ce que nous réserve 2015. biz
    Fareed

    RépondreSupprimer
  3. peut-être une exploration plus poussée du côté du candaulisme ?

    stef_dgcab

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça sera avec plaisir ! Mes les mecs qui prêtent leur petit copain, ça court pas les rues...

      Supprimer
    2. ça rend la chose d'autant plus excitant ! 8D

      stef_dgcab

      Supprimer
    3. (Quand je vois ce qu'écrit mon correcteur ça me fait peur... Il faut vraiment que je relise mes commentaires)

      Supprimer