lundi 8 décembre 2014

Autant me l'avouer,

​je me fous au final d'entretenir des relations, que ce soit avec Dima ou même avec Denis, qui pourtant a réclamé à me revoir jusqu'à mon départ.

Le seul que j'ai plaisir à revoir est Bastien, qu'il me tarde même de retrouver après ces dix jours en Russie. Toujours plutôt silencieux, simple, peu possessif, c'est exactement le genre de garçon qu'il me faut en ce moment.

J'ai peut-être moins apprécié la Russie que les fois précédentes c'est vrai, peut-être à cause de ma fatigue. Peut-être aussi à cause des gens que j'y retrouve chaque année, et si cette fois n'ont pas changé. Je n'ai pas de nouvel ami russe, et c'est peut-être ce qui a manqué à mon voyage.

La fidélité en amitié des russes m'étonnera toujours. Je rentre à Paris avec livres de photos et boîtes de caviar qu'ils m'ont offert.

C'est seulement les deux derniers jours que je le suis vraiment réveillé côté nouvelles rencontres, réalisant qu'en définitif, en ce qui concerne le sexe, seules les situations m'excitaient. Comme ce Vladi, mec très mince de vingt quatre ans avec de grands yeux bleus, pêché sur grindr à minuit trente et convoqué dans mon appart sans qu'on ne se soit échangé d'autres photos que celle de notre profil. Pas de question, de préférence, de "trip" (je déteste ce mot), il est venu et on a improvisé. Là seulement j'ai retrouvé l'ivresse de la découverte du sexe à la russe. Le contraste entre la sagesse de l'attitude, la froideur du regard, puis l'explosion de sensualité une fois la chose entamée. Les yeux qui se révulsent le souffle chaud haletant sur le visage, les mains partout en même temps.

Autre situation à quelques heures de mon départ, vers cinq heures du matin ce dimanche, au terme d'une nuit improvisée avec Dima au club Cabare. Ce taïwanais de vingt deux ans en voyage linguistique était prêt à traverser la ville pour une simple mastication avec moi, soit disant fasciné part mon sexe. 




Récemment arrivé sur Saint-Petersbourg, il me dit n'avoir été habitué avant son départ qu'aux sexes de petite taille. Et voilà une nouvelle situation excitante. C'est en rentrant du Cabare qu'on s'est retrouvés chez moi. Et la situation de départ qui était tripante le devint encore plus.
S'en rendait-il compte ou pas, il avait un sexe bien plus massif que le miens, ce qui fit que la situation se retourna complètement, et que ce fut à moi d'être à bloc sur lui.
Inutile de préciser sur qui j'ai enfilé la capote.

En fait peu importe presque le physique de mes partenaires de passage. Ils n'ont pas besoin d'être des tops models à partir du moment où la situation ou le postulat de notre rencontre sont excitants. 
Seulement il n'est pas aisé, surtout en Russie, de trouver ce genre de situations, à moins de les créer soit même, ce qui est passablement risqué.

C'est bien pourquoi je me retrouve en ce moment, pour un long transit à l'aéroport de Zurich, en train d'écrire certes, mais surtout en train d'errer dans les couloirs et recoins du terminal en quête d'un partenaire de jeu, et de sensations fortes. 






1 commentaire:

  1. Je partage ce que tu ressens, il y a ceux avec lequel j'ai une relation très particulière et à coté les autres rencontres parfois totalement improbables pour ce que je parais être mais dont le sel provient essentiellement de la situation. Curieuses machines aux carburants variés...

    RépondreSupprimer