lundi 3 novembre 2014

Qu'imaginent-ils,

tous mes potes ? Ceux qui se plaignent de n’attirer que des connards, des mecs superficiels, et de pas rencontrer de garçon valable pour se mettre ne couple ?

Ce qui me fait penser à ça, c'est la question qu'un lecteur m'a posée en commentaire sur le fait que je succombe, ou non, aux canons habituels de la beauté. Je ne sais pas si je lui ai répondu clairement, mais il est dur de répondre totalement non à cette question.

Les potes dont je parle paradent, avec leurs Ray-Ban et leurs polos Ralph Lauren ou Fred Perry. Qui espèrent-ils attirer ? Se sont-ils interrogés sur l'image qu'ils envoyaient d'eux-même, sur la base des critères de séduction prêtés à leurs prétendants ?
Ne viendront à eux que des mecs sensibles à ce genre de paraître, et ce sera mérité. Eux-même sont déjà blasés, choisissent davantage leurs mecs pour ce qu'il paraîtront à leurs côté que par leur instinct propre.

Moi, à côté ? Je m'étonne encore, malgré l'expérience qui s’épaissit, de me trouver devant un garçon inconnu et de poser ma main sur lui. Embrasser un garçon, poser mes lèvres sur les siennes, m'est encore anormal et reste toujours un moment magique.

Longtemps je m'étonnais auprès de ces connaissances de ne rencontrer essentiellement que mecs intéressants, ouverts, prêt à aimer de n'importe quelle manière que ce soit, normaux et désintéressés.

J'aime à croire que porter des polos Célio et des t.shirt Russh n'y est finalement peut-être pas pour rien.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire