samedi 20 septembre 2014

Je savais que ma libido

fonctionnait en dents de scie. Mais depuis quelques mois, les pics dans un sens comme dans l'autre sont davantage prononcés. Je peux être capable de trois semaines d’abstinence et d'un jour à l'autre, avoir besoin de baiser chaque soir sans quoi je n'arrive pas à trouver le sommeil.

Là ça fait trois semaines que j'ai le feu au cul, car depuis l'orgie à 130 mecs d'il y a bientôt trois semaines, ma libido n'est toujours pas redescendue. Le matin même de ce jour de mercredi, je faisais venir un Nicolas, qui habite non loin de chez moi, marié avec deux enfants, qui n'avait jamais trouvé à se libérer depuis des semaines. On avait profité de ce mince créneau entre son départ du foyer familial et son bureau pour se voir, moi qui pourtant n'ai besoin que d'une seule chose le matin : mon lit.
Pour y dormir évidemment...

Si je me mets à rencontrer des mecs même le matin, c'est vraiment que j'en peux plus. Et je passe les érections intempestives dans les transports, au boulot, dans les commerces, dans la rue...

Samedi soir, alors que j’hébergeais chez moi David, un pote d'Orléans, on rentrait d'une soirée vers une heure du matin, complètements crevés par notre journée, et nous apprêtons à nous dormir. Sous la couette et assommé par la semaine, il a suffit d'un petit tour sur les applis pour que je tombe sur un mec open, et que je reparte traverser Paris pour le rejoindre à Porte Maillot, sachant très bien que ça me ferait rater le dernier métro pour rentrer.





Ensuite on s'étonnera que je tombe de fatigue le reste de la semaine...

D'ailleurs si j'avais su je serais resté dormir. Les mec se vendait comme un asiatique de 25 ans vraiment super bien monté, ce que ses nombreuses photos confirmaient. La curiosité m'avait poussé à aller le rejoindre à l'hôtel Hyatt Etoile, où nous nous enfermions dans les toilettes du 33eme étage. 
Soit c'était un as du photoshop, soit un pro de la prise de vue en contre-plongée.
En tout cas on était loin de ce qui était vendu sur le prospectus... Mais une fois parti, dur de m'arrêter.
En plus Monsieur se faisait sucer mais refusait de sucer, ou alors avec un préservatif... Mais une fois parti, dur de m'arrêter.
Et aussi, une fois qu'il eut éjaculé, il remballa et ne s'occupa plus du tout de moi. Mais une fois parti, dur de m'arrêter.
Mais là je m'arrêta, et retournais me coucher.

Et au dessus de tout ça, planait Bastien. Je ne l'avais pas vu depuis trois jours, et alors que nos emplois du temps respectifs nous empêchaient de nous voir ces jours ci, les traits de son visage commençaient déjà à s'effacer dans ma mémoire. Un petit coucou par sms, des questions sur ce qu'on a fait la veille au soir, une attente non dite de pouvoir se revoir, une entente tacite d'affection mutuelle.

Et puis un sms, anodin, mais qui pour moi fait tout basculer.


Ouais c'est mon tel de rechange, j'ai encore des problèmes avec mon htc
un connard a déclaré par erreur mon téléphone volé donc
je peux plus m'en servir, il est bloqué et comme personne
l'a vraiment déclaré volé à la Police, elle peut rien faire, et
quand je demande à mon opérateur il bref on s'en fout.

C'est rien du tout, juste une invitation à aller au cinéma. 
Mais en vérité elle signifie bien plus pour moi. Ça veut dire que je suis un peu plus qu'un bouche-trou momentané pour mec en manque d'affection ponctuelle.

Là, subitement, mes idées que nous cessions de nous voir d'un jour à l'autre sans explication se sont atténuées.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire