vendredi 26 septembre 2014

J'ai fini par virer ce connard.

Non, pas Bastien, que je revois toujours environ un jour sur deux, avec lequel nous partageons des cinés et des nuits enlacés. De ce côté là rien à dire, ça fait un bien fou.

Je parle de Salvadore. Mais si vous savez... ce mec black rencontré il y a quatre ans dans un sauna parisien et que je voyais fréquemment. On partageais pas grand chose, voir même rien, à part une attirance mutuelle indescriptible. Le sexe avec lui c'était génial, certes, et j'appréciais quand il me traitait comme une chienne au pieu, certes encore.

On a eu quelques différents par le passé, (bon, notamment quand -sans le savoir- je l'ai outé devant tous ses collègues de boulot...), mais on continuait de temps en temps à bien baiser. Enfin, il continuait à bien me baiser parce son cul a toujours été aussi impénétrable que le monastère de Grande Chartreuse.
Et puis ça a été plus rarement, il a plein d'enfants, moi plein de travail, et c'était pas facile de se libérer...

On devait se revoir lundi soir, il devait passer la nuit chez moi, et au téléphone, vers 16h00, il me dit juste qu'il commencera tôt le lendemain matin. Je lui demande juste s'il est nécessaire de faire sonner son téléphone quatre fois de suite en guise de réveil, ce qui a pour effet de m'empêcher définitivement de me rendormir.
Pas de réponse claire, mais c'est pas très grave, ça se négociera ce soir pensais-je...
Jusqu'au soir-même, où : 



Voilà. Il ne m'a pas suffit de plus pour le virer. Il a assez annulé de rendez-vous au dernier moment pour de bonnes raisons (enfants malades, lui malade, pas de garde possible...) pour qu'il se permette d'en sortir une de plus juste par simple caprice.
Il m'a envoyé d'autres sms, plus ou moins provocateurs pour que je sois tenté d'y réponde, il a bien essayé de me rappeler, mais j'ai pas répondu. S'il insiste j'essaierai de lui dire assez clairement d'aller se faire foutre.
Si ce mec là avait réellement envie de me voir, il serait venu ce soir là, alors que rien ne l'en empêchait.

J'admets que si je ne voyais pas Bastien ces temps ci, et s'il ne comblait pas l'ardent besoin de tendresse que je ressens depuis quelques temps, j'aurais fait comme d'habitude et je l'aurais supplié pour qu'il vienne me voir, quitte à tout accepter.

Mais là non.

Mes soirées libres sont assez rares pour qu'on évite de me les gâcher le jour même à 20h27.







2 commentaires:

  1. Et toc :-)
    Surtout qu'il semble plus doué pour le cul que pour l'orthographe. Il y a des limites au style sms...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le niveau général en orthographe, j'ai cessé de m'insurger depuis un moment...

      Supprimer