jeudi 28 août 2014

La rentrée est un peu dure

je ne vais pas le cacher.
Reprendre une routine de dix heures de travail par jour et rentrer harassé à la maison en s'écroulant devant n'importe quelle connerie, mangeant un bout et aller s'effondrer dans son pieu, ça me fait pas particulièrement bander.

C'est extrêmement rare, mais dans ce spleen post-vacances, je souffre de solitude, moi qui est tant solitaire. J'ai besoin d'une petite histoire d'amour. Pas chiante, pas longue, assez superficielle. Pas passionnelle du tout, non non, juste un truc simple du genre "on se plait, on baise bien, on se voit un soir sur deux on se fait des petits plats on mate un film et on va se pieuter l'un contre l'autre, au bout d'un moment tu me saoules un peu et on admet qu'on est mieux séparés, mais on reste bons potes".

Je pense que je trouverai assez rapidement. La dernière fois ça n'avait pas traîné. Ça avait été bref, s'était fini un peu violemment mais avait été grisant à vivre.

Dans ce cas là on prend la mauvaise habitude de regarder dans les garçons qui nous ont tourné autour, lequel pourrait bien faire l'affaire. Là je pensais plus particulièrement à un plan d'il y a trois semaines, mec simple, pas top model mais super bien monté, avec lequel je ne pense pas que je m'ennuierai sexuellement. N'habite pas loin de chez moi, fini le travail tard comme moi, bonnes conversations, bon contact.

Erreur : il faut quelqu'un de neuf complètement neuf. Pas de pré-histoire, construire les bases de la relation sur un terrain vierge. 
De toute façon le mec en question a remis ça avec son ex. Il est trop tard.

plus de réponse après ça

Il faut alors rencontrer, dans l'océan de "suceurs" et de "plans directs". Pas simple. 

Par paresse ou par peur, j'ai trouvé la tâche trop ardue. Ah si j'ai eu un bon contact avec un Italien habitant non loin de chez moi, qui était prêt à m'inviter directement chez lui vendredi soir pour 
boire un verre. 

ouch


Bon après ça difficile d'insister dans les recherches pour la soirée. Je suis pas forcément fier mais j'ai choisi la facilité en bougeant au square de la Croix rouge, fameux lieu de drague parisien s'il en est.
Du vent, petit crachin qui menace de tourner à l'averse, pas grand monde exceptionnellement. On aurait dit qu'une bande de skinheads venait de faire une descente dans le coin.

Étreinte cependant très chaude sous un arbre avec un ivoirien visiblement en manque. Queue courbée vers le bas, très très dure, sensations inédites.
Il parle peu français, est arrivé récemment en passant par l'Italie. Je crois comprendre...
Je lui demande comment ça se passe pour rencontrer des garçons à Abidjan, pourquoi il sodomise des mecs mai refuse de les embrasser sur la bouche...
J'ai la confirmation de ce dont je me doutais lorsqu'il s'arrête net le regard terrorisé. Une voiture de police est stationnée juste en face du chemin sur la place Edouard Renard. Il faudra attendre qu'elle parte avant que je le raccompagne au métro.

C'était bien sympa mais on va quand même éviter de se replonger à corps perdu dans les lieux de drague sous éclairés pour trouver un crush. On est pas forcément près de trouver.

Ça va pas être simple dans les jours qui viennent, une soirée très spéciale étant prévue samedi...





15 commentaires:

  1. Monstrueux de vouloir délibérément utiliser qqn comme ca davance avec date de peremption comme un putain de yaourt. Cest trop facile de vouloir le.beurre et l'argent du beurre comme ca, il faut assumer tes choix de vie et ce manque en fait partie toute façon personne ne doute que tes vieilles habitudes reprendront le pas mais pas la peine de mêler qqn a tes etats d'âmes apres tu iras encore te plaindre qu'on te harcele avec des chauve souris ...

    RépondreSupprimer
  2. Excellent billet si on le comprend tel qu'il doit être compris selon moi, c'est-à-dire un chapitre d'un roman autobiographique en temps réel.

    Vraiment, je radote là mais alors que j'ai repris ma lecture de l'Éducation Sentimentale, je te trouve vraiment des airs de son héros, Frédéric Moreau. Dans cette manière de faire les choses parfois avec facilité, mais en ayant parfaitement conscience que tu les fais avec facilité. Bon la grosse différence avec lui c'est qu'il fantasme pendant 200 pages sur une femme que tu aurais sautée au bout de 5 pages :p

    Merci de réussir à continuer d'écrire malgré ton boulot, merci de cette limpidité qui donne l'impression d'entrevoir les tréfonds de l'âme, même ses plus sombres, et de peindre, au bout du compte, avec une certaine universalité certaines caractéristiques de la nature humaine, comme son rapport à la solitude, l'égoïsme, etc.

    Et bravo pour le côté feuilleton de tes posts, j'attends avec impatience de savoir ce qu'il se passera samedi !

    Quant à la critique haineuse consistant à te faire passer pour un monstre déshumanisé qui joue avec les gens, elle reflète une vraie incompréhension de ton blog, et c'est bien dommage.

    contro-un-cor

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Dans cette manière de faire les choses parfois avec facilité, mais en ayant parfaitement conscience que tu les fais avec facilité." >>> C'est un peu ça oui ^^ Je n'ai pas lu ce Flaubert, la honte ! il va falloir que je m'y mette !

      Pour le fantasme de se taper une personne sans pouvoir l'assouvir, mon prochain post sera là dessus justement...
      Plus Frédéric Moreau que jamais ;)

      Supprimer
    2. Cool, hâte de lire ton prochain post !

      Juste deux fautes
      -rentré harassé à la maison en s'écroulant--> rentrer harassé à la maison en m'écroulant
      -J'ai la confirmation de ce que je me doutais--> de ce dont je me doutais

      Au plaisir,

      contro-un-cor

      Supprimer
    3. "Quant à la critique haineuse consistant à te faire passer pour un monstre déshumanisé qui joue avec les gens, elle reflète une vraie incompréhension de ton blog, et c'est bien dommage. " ==> je ne vois pas de haine ds ce commentaire, de la sensibilité et de l'empathie si la personne s'attache et développe des sentiments a la rigueur... faut pas exagérer, compréhension un peu sélective

      Supprimer
    4. C'est corrigé, merci beaucoup ))

      Supprimer
    5. Pour le commentaire de 3:03,je ne suis pas à l'abri de m'attacher aussi.. Bien malin serait celui capable d'une telle distance dans ses rapports affectifs...

      Supprimer
  3. Une histoire "d'amour"?? C'est pas ca l'amour. .. expert sexuel mais pas dans ce domaine. Une relation suivie ok mais tu peux pas parler d'amour c'est trop galvaudé

    RépondreSupprimer
  4. Histoire d'amour?? Je pense pas qu'on puisse parler d'amour... une relation éphémère un peu suivie ok... mais on peut pas employer le mot amour pour "ca", désolé mais c'est trop galvaudé la...

    RépondreSupprimer
  5. Histoire d'amour?? Je pense pas qu'on puisse parler d'amour... une relation éphémère un peu suivie ok, mais on peut pas employer le mot amour pour "ça"... désolé mais c'est trop galvaudé la...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si, je pèse mes mots, histoire d'amour. Rencontrer un être avec qui on ne s'ennuie j'allais, être en admiration permanente, ne voir que lui et ressentir le manque, être dingue de son corps et que ce soit réciproque, que ça dure une semaine ou des années, ça s'appelle une histoire d'amour. J'aurais pu nommer ça une passion oui, mais j'ai bien peur qu'il s'agisse, au fond, de la même chose.

      Supprimer
    2. Lol bah désolé Quentin mais c'est pas parce que tu persistes à affirmer quelque chose que c'est pour autant vrai. Si tu ne t'ennuies JAMAIS, et est en admiration PERMANENTE avec qqn bah en l'occurence oui ca ne devrait en toute logique pas donner une relation éphémère.

      Ca m'aurait étonné que tu parles de passion après avoir écrit "Pas chiante, pas longue, assez superficielle. Pas passionnelle du tout"

      Par ailleurs, "au bout d'un moment tu me saoules un peu et on admet qu'on est mieux séparés, mais on reste bons potes" me paraît fondamentalement contradictoire avec ton commentaire... sur l'aspect "permanent" et le "on s'ennuie "jamais" (vu qu'il te saoulerait)

      Désolé de devoir en venir à l'éxégèse de tes propos avec une démonstration basique un peu lourde mais ca arrive de faire un usage exagéré des mots, c'est pas bien grave, mais l'Amour... ne peut pas se réduire à ca... non...

      Supprimer
    3. Lorsque je parle de "petite histoire d'amour" je pense à celle de mai 2013, que j'évoque au paragraphe d'après.

      Dans ce que je décris auparavant, j'explique ce dont je me contenterais volontiers, même si j'avoue que ce n'est pas très clair et que j'aurais du mieux articuler mes propos.

      Cette courte passion avec ce Niklas est bien ce que j'appelle "une petite histoire d'amour", c'est même la dernière en date que j'ai vecue...

      Supprimer
    4. Oui voilà, une amourette, une aventure, une liaison à la rigueur :)

      Supprimer
    5. Infatuation is the state of being carried away by unreasoned passion or love. It consists of people thinking they are in love but when indeed it is just a deep lust or like for another person. There is a difference between love, Infatuation and lust. "L' infatuation est lorsque vous trouvez une personne qui est parfaite. L'amour est lorsque vous réalisez qu'elle ne l'est pas, mais cela n'a aucune importance..."

      Supprimer