dimanche 3 août 2014

Donc je suis de retour

sur Paris, suite à ces 250 km à pied en Bourgogne. 
Et frustration aidant je suis méga chaud, évidemment, même si je suis plus tout à fait en état physiquement : coups de soleil avec démarcations, épaules qui pèlent, éraflures dues aux passages de ronces et de barbelés... 

Quant aux pieds, je vous raconte pas évidemment à quoi il ressemblent après 250 kilomètres de marche. C'est pas particulièrement le moment de faire un plan avec un fétichiste des pieds. Je devais m'y attendre, ils ressemblaient déjà à ça lors de mes dernières randonnées. Dommage, j'ai maintenant des mollets super musclés et j'ai perdu les deux kilos qui m'encombraient depuis quelques mois. L'ascension du Mont Beuvray ça affine.

Je me suis mis alors à sortir tout azimut. Revenu jeudi soir à la gare de Bercy, dès la nuit tombée j'étais déjà au square de la Croix Rouge (où comme les années précédentes, il s'en passe des vertes et des pas mûres).

Vraiment curieux ce lieu de drague. Toujours aussi fréquenté. alors que le Carrousel du Louvre est devenu un repère trop connu, à la végétation trop clairsemée, qui attire nombre de curieux et de touristes venus pour voir plus que pour choper. 
J'y ai parlé avec ce black qui se dit complètement hétéro, mais qui vient se faire sucer ici, et uniquement ici, parce que "c'est trop compliqué d'arriver à se faire sucer par une femme".
Et je réalisais en effet la misère sexuelle de ces jeunes blacks de banlieue, sans le sous, méprisés par les parisiennes et sur lesquels aucune ne pose jamais le regard.

J'étais donc là, assis sur un tronc d'arbre mort, à me faire sucer par un mec très baraqué qui venait de me tourner autour pendant vingt minutes. 
Oui je sais c'est long, mais ce jeu de cache-cache dans ce labyrinthe de végétation est peut-être aussi ludique que l'acte sexuel en lui-même. 

Dès le lendemain matin j'étais à Jussieu pour un trip dans les toilettes avec un rebeu tout fin qui bosse à l'accueil (hôtesse comme il se présente lui-même). Au départ il m'avait proposé un simple plan chez lui ou chez moi, ce qui m'exaspère à présent. Mais j'étais près à accepter tant c'était mon genre de mec. Puis il a émis l'idée de faire dans l'enceinte même de la fac, où il s'en passe paraît-il habituellement, en particulier dans le sous-sol, niveau -2 de la tour 56. La légende dit même qu'on trouve un glory hole (rarissime à Paris) dans les toilettes au bas de la tour 65. Légende urbaine qu'il faudra bien aller vérifier un jour où l'autre...


Conclusion : il faut que j'arrête de me forcer à me taper des beaux mecs. Enfin je veux dire ces mecs qui sont beaux "unanimement". Grands, musclés, virils, d'allures sportives, et de préférence latino. 
J'avoue les trouver beaux aussi, et ne pas me lasser de les regarder. Esthétiquement ils sont très attirants, mais sexuellement force est de constater qu'ils ne m'attirent définitivement pas.
Non, il n'y a pas de corrélation entre le physique de ces garçons dont j'admire la beauté, et le plaisir sexuel que je ressens à coucher avec eux.
Non, il faut que j'admette une fois pour toute que c'est pas mon truc. Et je me demande si je suis le seul dans ce cas là, ou si c'est un sentiment relativement partagé.

Alors que ce mec blond et musclé me taillait une pipe sur mon tronc d'arbre, j'ai du puiser des ressources intellectuelles certaines pour parvenir à jouir. Pourtant tout était là. En revanche, à âge égal, le rebeu avec son polo bleu ciel et ses lunettes de geek m'excitait affreusement. Autant les biceps et les pectoraux conséquents du premier m’indifféraient presque, autant la taille ultra mince du second et sa petite taille me grisaient.

C'est pas simple de céder à la dictature de la beauté. Aussi peu pour soi que pour ses propres conquêtes. 
Je pense être quelqu'un de plutôt libre, mais force est de constater que j'ai encore du mal, par fierté ou par peur du remord, à éconduire un garçon que tout le monde trouvera "unanimement" bandant... sauf moi.





4 commentaires:

  1. Mon Dieu... Alors que j'ai les deux pieds dans le monde de la recherche et que je vais assez régulièrement à Jussieu, j'en apprends de belles grâce à ton post !!

    Et non tu n'es pas le seul dans ce cas, pense à ces êtres merveilleux (de mon point de vue de nounours) que sont les "chasers" ou les "admirers" :) Plus généralement, je crois que tu as montré plusieurs fois cette hésitation sur les garçons "unanimement beaux" et ceux "que tu aimes".

    Et si tu arrives maintenant à te détacher de la dictature de la beauté pour les autres, ça serait intéressant de savoir ce qu'il en est de toi... C'est vrai, et c'est même assez fou, tu ne parles que très peu de toi dans ce blog, tu coup on ne sait pas si physiquement tu fais tout pour te plier aux canons de la beauté masculine.

    contro-un-cor

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et non. Je m'entretiens physiquement et essaie de paraître jeune, mais je n'essaie pas de prendre de masse musculaire et ne porte jamais d'habits de marque...

      Supprimer
    2. Ok, quelle réactivité dans les réponses :)

      contro-un-cor

      Supprimer
  2. tu n'es pas le seul, moi aussi le mec musclé me fait fantasmer, mais force est de constater que lorsque je m'en suis tapé c'était toujours déceptif tant au niveau fantasmagorique qu'au niveau de leurs manières d'agir lors de l'acte, du toucher etc..

    RépondreSupprimer