jeudi 14 août 2014

Dès mon arrivée dans le camp naturiste

je retrouvais immédiatement l'atmosphère habituelle. Arrivé au bungalow à treize heures, six mecs dormaient encore, certains affalés sur la banquette du salon. Le bungalow est prévu pour quatre personnes seulement, et c'est ça qui est bon.

Il va falloir que je trouve de la place pour ranger mes vêtements et mettre mes courses au frais.  Le frigo déborde de toutes les victuailles de mes colocataires et des pots de bolognaise entamés de ceux qui m'ont précédés. Ça tombe bien,  Xavier part à seize heures et on pourra jeter des trucs, mais sera remplacé par un jeune Quentin magnifique qui débarquera le soir même, et sur lequel 96% des mecs se retourneront pendant toute la soirée.

Ça se réveille doucement. On dit "naturiste" mais en fait on est à poil qu'à la plage.

On m'annonce les nouvelles des premiers jours sans que j'aie à les demander. Serguei a fricoté tout le séjour avec Xavier, qui a commencé à tomber amoureux, le con. A. a passé la nuit dernière dans le bungalow de nos potes ukrainiens qui l'ont sauté jusqu'à cinq heures du matin.
Mais le plus incroyable c'est R. le jeune aristo à côté duquel je m'étais mis à me branler en Italie le mois dernier et que je surnomme "la jeunesse U.M.P" depuis notre première rencontre ici au Cap d'Agde il y a deux ans.
J'avais senti dès le début qu'il avait des propensions à la soumission, et je l'écrivais même ici.
Derrière ses bonnes manières et son rang, il restait convenable et mystérieux. Mais cette année il s'est totalement lâché et a trouvé sa voie. Il s'est fait dégoter par
 deux maîtres qui l'ont tenu en laisse pendant trois jours. Inimaginable. Il rentrait parfois au bungalow désemparé en lançant :

"- Tu te rends compte mon maître m'a dit que j'étais moche et que ressemblais à une pute"

tout en jouissant de se sentir ainsi humilié. C'est dingue ce que la fréquentation de cet endroit peut faire ressortir comme fantasmes chez les gens. Moi-même, il m'aurait été inimaginable, et même horrifiant de faire du sexe en extérieur devant d'autres personnes. Et pourtant...


Il y avait beaucoup de vent aujourd'hui et la plage n'offrait pas ses plus beaux spectacles d'exhibitions habituelles d'après dix huit heures. Tout juste me suis-je fait sucer dans les dunes par un garçon aux yeux d'un bleu incroyable, ce qui n'a pas grand intérêt il faut bien le reconnaître. 
Pour parvenir à m'exciter, j'ai focalisé sur un type sur-membré qui se tripotait en nous regardant. Je crois que ça y est, j'ai maintenant fait le tour de ce genre de plan pas folichon en public qui m'amusait tant l'année dernière.

[passage supprimé à la demande de l'intéressé]

Quand je vous disais qu'au Cap d'Agde rien n'est jamais perdu.




1 commentaire:

  1. Très alléchant, tout cela. Tâche de nous envoyer une petite photo du joli Quentin qui débarque, ça fera une belle illustration pour ton article...

    RépondreSupprimer