vendredi 13 juin 2014

Au passage je me suis bien

fais chier en Irlande. Sexuellement j'entends. Parce que c'était magnifique bien sûr, les grandes étendues vertes, les îles perdues, les plages immenses, les rochers, les lacs du Connemara, mais côté mecs, après quelques brèves étreintes à Belfast, c'était nada. 
Evidemment, qu'est ce que tu vas rencontrer au fin fond de la presqu’île de Dingle ?

Alors avec mes deux potes on faisait quoi, en attendant Dublin ?
Non on couchait pas ensemble. 
Non, on se masturbait pas le soir, cherche encore.

Bah on faisait rien en fait. On était simplement en chiens, sans pouvoir vraiment fantasmer sur les Irlandais qui, il faut bien le reconnaître, ne sont pas exactement tous des top models...

Alors voilà, on en arrivait à fantasmer sur les touristes de passage. Et on était tellement en manque (parce que bon, pas une seule branlette en 10 jours quoi, au bout d'un moment...) qu'on en venait à abattre les objectifs de nos appareils photo sur le premier touriste bien gaulé qui passait, pour mieux l'enrober de nos commentaires de voyageurs frustrés.

Vous savez, pivoter l'appareil du paysage vers le beau mec qui passe juste devant, c'est tellement vite fait...

Allez, je vous montre le meilleur, cette petite bombasse anglaise croisée avec sa nana en train de visiter les falaises de Moher.




Inutile de s'éterniser sur le carré des épaules, la largeur du cou, le creux de la cambrure et la rondeur des fesses. Non, ne nous éternisons pas... 
mais quand même.

On a hésité à pousser sa nana et à le séquestrer dans notre petite ford jusqu'au prochain Bed and Brekfast...
Et puis non, on est restés sages. 
Trop sages ?






2 commentaires:

  1. Ca fait pas de mal, ca permet d'apprécier d'autant plus quand on reprend. C'est comme les vacances, on les apprécie car on.bosse la plupart du temps. Sinon ca serait lassant... comme le sexe s'il est permanent...

    RépondreSupprimer
  2. "Le désir s'accroît avec l'attente"

    RépondreSupprimer