lundi 16 juin 2014

Après tout qu'importe,

ces batifolages irlandais, ce mec à la peau et au visage si british chez lequel je me pointe à quatre heures du matin en sortant du George, la boite locale de Dublin, et qui se révèle être un simple Avignonais expatrié...

Qu'importe aussi ce mec au postérieur très affriolant (après dix jours d'abstinence sur les routes je vous raconte pas l'effet) rencontré au George, justement. Qu'importe l'étreinte brève et surchauffée dans les toilettes de l'étage. Qu'importent enfin et les messages de quasi-harcèlement qu'il m'envoie depuis.

(moi en gris)


Bon en fait il était Brésilien. tout faux.

S'en suivit une semaine parisienne douce et exquise avec Wilfrid. Sa fraîcheur et son désintéressement. Il prend en photo les fleurs et éclate de rire devant les âneries d'Hanouna. Il m'attend. Veut être avec moi et me suivrait jusqu'au bout du monde en fermant les yeux. Je l'aime.



Qu'importe le reste, c'est finalement ça qui restera.

Et puis départ pour Bourgoin-Jallieu chez la mère, pour deux jours improvisés.
On ne dira jamais assez quelle bonne idée c'est de décider de prendre le TGV un jour de grève. Ça permet des proximité inattendues et très inconfortables assis pendant deux heures et demi sur un escalier de rame bondé.



Justement je m'y suis posé avec Jason, qui a raté comme moi le TGV en partance de Marne-la-Vallée à 12h22. Billets non-échangeables évidemment, on a décidé de rentrer sur Gare de Lyon pour prendre un train à l'arrache, et on a bien fait. On sous-estime toujours la désorganisation dans les trains les jours de grève, et donc l'inutilité d'acheter des billets. Quel agent suicidaire pourrait contrôler les titres de transport dans des conditions pareilles ?

Bref. Jason est un rebeu acrobate professionnel qui mène sa petite carrière, ultra sportif et maxi viril, hétéro pur jus d'une bonté qui transpire de toute part, une montagne de muscles qui parle légèrement banlieue, soigne son vocabulaire, et s'habille hyper, mais hy-per-mou-lant.

Tellement moulant et transparent que j'ai pu deviner sans mal la corolle de ses tétons et la réussite de sa circoncision. Aucun sous-vêtement, c'est évident. A ce stade on appelle ça de l'exhibitionnisme y'a pas d'autre mot.
Et je passe trois heures à côté de ça, à essayer de restreindre mes érection intempestives que provoque mon imagination à peine suscitée et mes émois d'homosexuel charmé.

On parle beaucoup. De cinéma, de son métier de cascadeur qui le fait monter fréquemment sur Paris, de nos voyages aussi, de notre philosophie de vie, et de sa femme... hélas. Il me parle d'un petit film qu'il a fait avec des potes sur la musique de Drive et où il tient le rôle principal, et dont il me demande ce que je pense. Echange de contact pour cette occasion.
 Je m'interroge beaucoup sur son look. Pourquoi s'habiller aussi moulant, à part pour chercher le contact, les frottements (on est en juin et même ses manches longues moulent ses avant-bras). Pourquoi laisser libre sous un pantalon en simple coton mince un sexe aux dimensions considérables ? Lorsqu'il est assis on ne le devine même plus, il est quasiment moulé sur toute sa longueur !
Je me dis que non, c'est impossible de s'habiller comme ça sans être obsédé sexuel et vouloir être tripoté de toutes parts.

De temps à autre, il soulève avec deux doigts ce bout de tissu pour moins mouler ces considérables attributs, mais je n'arrive pas à voir s'il s'exhibe plus que d'habitude pour moi ou s'il est dans son état hyper sexué normal. En tout cas il bouge beaucoup, et il se passe quelque chose de non-dit. Je ne parviendrai pas à savoir quoi, malheureusement.

Arrivée à Bourgoin-Jallieu. La laideur, comme toujours. Les immeubles sans style, les pavillons jaunes aux toits rouges. Je cherche son court-métrage, que je trouve sans mal.
Je le savais beau, je découvre sa photogénie.
Et aussi le fait qu'il se sappe comme ça tous les jours...

Il faut donc lui écrire... Je décide de faire court, plutôt neutre, et laisse passer surtout une idée sur la fin, à peine codée.






 On ne sait jamais, suivi du 06, ça peut éventuellement lui servir lors d'une nuit de solitude dans Paris.







8 commentaires:

  1. Effectivement belle rencontre et beau jeune homme. Et ton message ne laisse aucun doute sur tes intentions ;) Mais dans le milieux du spectacle l'habit ne fait pas le moine même si c'est un monde plutôt ouvert d'esprit. Par contre une question pourquoi nous montrer qui il est et ne pas garder cette part de mystère et d'intimité pour toi ? Je ne te donnerai pas de leçon mais comme blogueur depuis de nombreuses années, j'ai aussi toujours respecté l'anonymat de mes rencontres. De plus si tu veux vraiment le revoir, le fait d'être mis en avant comme cela risque justement de le faire fuir non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais t'as raison, j'ai enlevé la vidéo.
      Même si ce post ne disait rien de privé sur lui, ni sur ses intentions éventuelles.

      Supprimer
    2. ah bah non moi je cherchais justement une photo de cet homme vu que d'hab tu montre .... pour le coup je suis frustré là de pas savoir comment il est

      Le Petit Stéphanois

      Supprimer
  2. Bien aimé le parfum de tendresse de ce post.

    RépondreSupprimer
  3. Bon je crois que je peux oublier...

    "Hey Quentin,
    Content que tu es pu visiter ma page et vraiment regarder le clip.
    Merci encore.
    J'espère que tu es bien arrivé chez ta mère.
    J'espère que tu vas bientôt faire l'Inde car c'est 1 voyage "utile".
    Au plaisir aussi
    Humainement
    Jason
    Ce message a été envoyé depuis un terminal BlackBerry de Bouygues Telecom

    RépondreSupprimer
  4. Pff ridicule le mec te dis qu'il a une femme et toi tu continu d'espérer et de lui laisser ton num pourquoi ? Peut être car dans ton esprit d'homo parisien il fais parti de ces rebeu bi qui se font sucer le soir au jardin des tuileries ou bien pour toi un mec de cité trop poli avec toi veut forcément te baiser et bien sûr si il c'est habillé comme ça c'est forcément pour te faire bander enfin il serai peut être tant de revoir tes stéréotypes et ton comportement semble t'il déplacer pour lui tu risque de rester cette tapette qui la dragué une nouvelle fois alors que tu aura pu être ce mec cool compagnon de galère de la scnf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'a été ce "mec cool compagnon de galère de la scnf", ça n'empêche pas. Quand aux autres rencontres totalement non-intéressées et sans enjeu aucun, elles existent, mais je n'en parle pas ici, c'est la seule différence.

      Supprimer
  5. Ça alors, il se passe encore quelque chose aux Tuileries le soir? Il faudrait que je vérifie dans le dernier guide Gai Pied. Il doit même y avoir une version mise à jour sur Minitel.

    RépondreSupprimer