dimanche 6 avril 2014

J'en ai mis du temps,

non pas pour poster à nouveau ici (ma vie professionnelle occupe 95% de mes journées désormais, et quand j'ai lu un commentaire bienveillant posté mercredi je me suis décidé à vous réécrire un peu), mais pour répondre à la question d'un lecteur qui date maintenant de plus de deux ans.

A l'article nommé "J'ai bien failli coucher avec Ben", ce lecteur nommé XII me posait le 29 décembre 2012 : 
Tu n'as jamais couché avec un pote ? Pour quelle raison préfères-tu ne pas coucher avec Ben ?
Après une semaine de réflexion, j'y avais répondu le 7 janvier 2013 :
Je réfléchis à la question et j'en fais un billet ;)
Et me voilà deux ans après avec mes certitudes, nourries par l'expérience. Car je ne répéterai jamais assez que le multipartenariat tel que je l'ai pratiqué m'en a appris bien davantage sur moi et mon rapport aux autres que n'importe quelle pseudo réflexion para-psychologique.

On pourrait en vérité s'en tenir au bon sens, et se dire que ne pas coucher avec ses potes préserve la nature de la relation que l'on entretient avec eux. Après avoir couché ensemble que se passe t-il ?
On va se revoir mais est-ce pour coucher ensemble ? On craint alors de se revoir de peur qu'il ne se passe quelquechose... ou pas...

Bien sûr ça m'est arrivé, avec d'autres que Ben, et si je devais observer un changement de comportement après avec couché avec eux, je dirais que je les ai fuis.

Ce qui est excitant à l'idée de coucher avec un pote, c'est la première fois, la transgression d'un statut uniquement amical qui interdit de facto le sexe. Ensuite il n'y a pas de bonne solution. Soit on redevient potes mais l'ombre du désir planera sans cesse en non dit, soit on remet ça, et on sera forcément déçu. 

Une fois la relation platonique explosée à grand coups de reins et de pelles langoureuses, on ne peut rien reconstruire d'aussi violemment iconoclaste. Sauf exceptions rarissimes.

Dans ce domaine plus que dans n'importe quel autre, la deuxième fois, c'est déjà une habitude.






3 commentaires:

  1. sinon le 7/01/13 ca fait un an et 3 mois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, article rédigé dans un grand moment de fatigue...

      Supprimer
  2. Est-ce que le statut amical interdit vraiment le sexe ? Je trouve que non même si dans la pratique j'ai rarement transgressé, mais plus parce que c'est une posture de société. A contrario il y a les amants devenus amis avec lesquels selon les états la tendresse peut facilement glisser vers un corps à corps plus ou moins appuyé...

    RépondreSupprimer