jeudi 20 février 2014

Pas moyen de me souvenir qui c'était

lorsque je l'ai vu connecté à Skype cette nuit là.
J'y vais jamais sur Skype, alors que j'y ai une bonne douzaine de contacts hyper chauds. Quand t'es seul mais qu'il est trop tard pour bouger, que t'as envie de dialer vraiment, je veux dire que t'as besoin d'interagir, éventuellement que t'es pas fermé à l'idée de basculer en cam, c'est pas mal.


Bref. J'avais attribué aux autres contacts le pseudo qu'ils avaient sur le site de rencontre où je les avais trouvés, et je les remettais à peu près. Sauf qu'il n'y en avait qu'un seul de connecté cette nuit là, et que son pseudo ne me disait rien, mais alors rien du tout. Et pour cause, son nickname c'était -- --


Bon ok avec tout ce que j'ai tartiné comme mec je peux pas tous les avoir en tête, ça va.

Il me donne quelques indices et ça me dit vaguement quelquechose. Pas assez en revanche, pour me souvenir à quoi il ressemblait, et si c'était bien.

Et c'est là, c'est là, que ce blog m'est utile ! Je copie les quelques indices dans le moteur de recherche qui se trouve dans la colonne à votre droite, et je tombe sur ça. Un article daté du 7 mars 2013. Un mec dominateur péché vite fait en dernier recours un soir d'auto-flagellation. 

S'il est des gars dont je pense bien ne jamais réentendre parler c'est bien ces mecs là.

J'ai rien d'autre à foutre, je remets les choses en place :


Evidemment je lui dis mon truc. Perdu pour perdu, alors que de plus en plus de gens dans mon entourage l'ont découvert, je me dis que ce blog n'est finalement pas autre chose que moi-même. Soit on l'accepte, soit on m'accepte pas. J'ai passé l'âge où on dissimule quoi que ce soit.
Donc, bien évidemment, il file vite voir sur mon site la page indiquée

Et là, pour la première fois, je découvre les conséquences que peut avoir la lecture d'un article par un partenaire que j'ai autrefois décri par le menu.






1 commentaire: