vendredi 28 février 2014

Il doit vraiment y avoir un truc qui cloche

c'est pas possible. Voilà bientôt un mois que je n'ai couché avec personne, et que je n'en ai pas envie.
En fait ça fait deux mois que je n'en ai pas envie, mais disons qu'en janvier j'avais un peu continué sur ma lancée hein... J'avais pas fait grand chose mais c'était plus les occasions qui avaient fait le larron. 

Lorsque j'ai écrit ici même cette phrase :
"J'étais en train de me faire sucer dans le hammam du Boiler à Berlin par un mec a genoux​,​ devant quatre ​autres mecs qui se branlaient autour ​(normal quoi) et j'ai fait signe au ​pompeur de se relever. J'avais plus envie. Et du reste de la soirée et des jours qui ont suivi, les mecs m'ont dégoûté."
je ne me doutais pas qu'une telle période d'absence de libido s'engagerait. Pourtant la veille et l'avant veille c'était encore la fête du slip.
Est-ce définitif ? Je ne sais pas. En tout cas quelquechose a bel et bien changé radicalement. Preuve en est qu'en visionnant il y a quelques jour le film l'Inconnu du lac, le ridicule des situations de drague m'a davantage sauté aux yeux qu'auparavant.

Comme je l'expliquais à ma pote Pauline mardi soir, c'est comme si j'avais été dans un immense parc d'attraction et que j'avais fait tous les grands huit. Non seulement j'ai la sensation qu'il ne me reste plus rien à découvrir, mais en plus j'ai un peu le tournis. Le dégoût guette même...
L'envie peut revenir, mais à ce point, je vois mal comment tout pourrait revenir comme avant.

Je commence vraiment à me demander ce qui se passe. Je vais à Saint-Antoine faire des tests de dépistage. Je fais gaffe mais on sait jamais, d'autant plus que certains posts sur facebook commencent sérieusement à me faire flipper.
C'était marqué dans la notice dans la salle d'attente : "A la remise des résultats, en cas d'infection au VIH, le patient sera immédiatement reçu par un médecin."

Lundi dix neuf heures, je vais chercher mes résultats. L’infirmière sort une enveloppe kraft, la pose sur son comptoir, me dit d'aller m'asseoir.
Un médecin arrive deux minutes après, prend l'enveloppe, me fait entrer dans son bureau. Aïe.

Je m’assois, il ressort immédiatement.
Je me dis qu'il faut prendre une photos des derniers instants où je me sais bien portant :



Bon résultat il revient et me dit que tout va bien. 

A croire que j'adore me faire flipper.





2 commentaires:

  1. Ca m'est arrivé une fois ce genre de situation. Je vais au labo chercher mes résultats que je savais bons à 99,9%.
    Je m'adresse à la jeune fille de l'accueil, donne mon nom et m'entend dire : "Ah oui... Monsieur Machin... Asseyez-vous un moment, le docteur va vous recevoir..." A sa tête et son ton, je me voyais déjà entre 4 planches... J'ai flippé comme un dingue pendant 10 minutes avant d'être enfin reçu et ressortir sans problème.
    C'était dans les années 80, ou l'espoir était bien moindre qu'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  2. La facon dont tu l'as écris... on s'attendait presque à ce que tu annonces une mauvaise nouvelle...
    T'aimes faire flipper tes lecteurs aussi, mais content pour toi que tu sois sain :-)

    Pour ce qui est de ta (non) libido: Ca reviendra probablement... peut être pas aussi déjanté que jusqu'avant, mais je ne doute pas que ca revienne ;)

    RépondreSupprimer