mercredi 15 janvier 2014

Les chemins du désir

restent toujours aussi mystérieux. Qu'est ce qui fait que je me retrouve à respirer fougueusement le torse d'un mec, à m’enivrer de l'odeur de sa peau et de la texture de ses lèvres, alors que quelques minutes auparavant je faisais encore tout pour l'éviter en lui montrant ostensiblement mon désintérêt ?

C'est au sauna Boiler de Berlin lundi 30 décembre que ça s'est passé encore une fois. J'avais faussé compagnie à ma petite troupe pour me faire cette soirée sauna en solo. Oui on partage des sex parties mais le sauna est toujours la sortie un peu polémique, à cause de la compétition.  
On ne peut jamais savoir à l'avance si à tel moment un sauna va être bien fréquenté,  ça dépend d'un tas de critères.  Météo, jour de la semaine, vacances scolaires, événements extérieurs, et d'autres variations qui échappent à tout le monde. Et comme il est toujours possible qu'une seule bombasse soit présente dans l'établissement, on préfère jouer la sécurité et y aller seul pour l'avoir.

Le Boiler est très fréquenté et c'est normal. Spacieux, très propre, ses revêtements de bois, ses larges couloirs et ses saunas secs aux baies vitrées créent une excellente atmosphère.  La prochaine fois que vous venez à Berlin, allez y faire un tour, même si vous n'avez pas d'intentions sexuelles. C'est le contraire d'un endroit glauque.  Je dirais même qu'il est classe, que le restaurant fait de très bons plats qu'on aime digérer en arpentant ses nombreux escaliers.




Depuis dix sept heures je papillonnais, de partouzes dans le hammam ou dans les couloirs en face to face, aucune étreinte ne durait assez longtemps pour avoir raison de mon endurance. Et depuis plusieurs heures un petit mec musclé me suivait, puis me souriait, puis me suppliait du regard à chaque fois qu'on se croisait. Il ne faisait de sexe avec personne, et s'éloignait immédiatement lorsque j'entreprenais d'en faire publiquement avec d'autres.

Côté recherches,  j'étais resté dans le même trip depuis Amsterdam : grands mecs hyper fins à la peau claire et aux lèvres roses, visages tout en longueur, joues creuses et mentons triangulaires. Yeux clairs si possible. Ici en Allemagne c'est pas ce qui manque, et je voulais continuer d'en profiter. C'est pas tous les jours qu'on visite le royaume des mecs de nos rêves.

Autant dire que le petit brun tatoué et bodybuildé c’était pas mon kif du jour. Mais c'est lorsque je me suis retrouvé à me doucher à côté de lui que j'ai vraiment réalisé qu'il était à bloc. Les yeux rivés sur mon sexe, je me penchai en sa direction pour me servir au distributeur de savon. Ne sachant pas que je le regardais à ce moment là,  il serra les dents en marquant un geste nerveux avec son poignet, qui trahissait une immense frustration. C'est bien ça,  il focalisait littéralement sur moi.

Ça a tourné dans ma tête... un moment. J'étais adossé contre un mur des cabines et il vint se poser encore une fois à peu près face à moi, à environ deux mètre.  Je papillonnais depuis cinq bonnes heures (oui je suis resté un sacré moment...) dans les bras de mecs de passages qui me délaissaient tous pour papillonner à leur tour, et j'avais face à moi celui qui ne me laisserait pas en plan à trente secondes de l'orgasme.

J'ai pensé à la situation, à ses muscles,  à lui entrain de s'entraîner en salle, en me disant que si ce mec là faisait ça, c'était justement pour séduire des mecs comme moi. Ça m'a excité petit à petit, j'ai décidé de ne pas faire les choses à moitié.

J'ai remis en place ma serviette pour lui faire croire que je voulais lui cacher mon érection, ce qui avait justement pour effet de la lui faire remarquer, puis j'ai tourné la tête dans la direction opposée à la sienne et ne l'ai plus regardé pendant deux minutes. 
Et d'un coup, demi-tour : je suis parti en regardant droit devant comme si j'allais lui passer devant en l'ignorant, et au dernier moment j'ai pivoté en penchant la tête pour l'embrasser tandis que ma main droite se posa sur sa nuque et ma main gauche sur une de ses fesses. Puis je menai la suite avec la même fougue qu'avec les bombasses qui le précédèrent.

Ce ne fut pas un mauvais calcul, en y allant cash comme ça il fut surpris de se sentir en fait tant désiré, et se surpassa.

Depuis je me questionne sur cette habitude de céder aux mecs insistants. Suis je le seul que ça excite ?... Je dois bien finir par l'admettre : un mec qui me désire grandement change la perception que j'ai de lui. 
Et j'aurai peut-être l'occasion de le (re)vérifier ce week end. 


Pourquoi ?
Parce que de mercredi à dimanche les enfants vous ne prévoyez rien ! C'est LE moment d'allumer votre grindr, de faire chauffer votre hornet, et de préparer votre serviette pour le Sun City. Ça ne se produit qu'une seule fois par an et c'est aujourd'hui mercredi que ça commence :





Et oui, la Fashion Week Homme pardi ! Autrement dit la nuit du trophée de chasse ! 
Et ne faites semblant d'apprendre que les petits mannequins (anglais pour la plupart) et autres fashionistas qui sortiront de défilé vers vingt et une heures au plus tard auront envie de se faire déglinguer par du local... Non, ne faites pas les étonnés, je vous en parlais voilà un an presque jour pour jour.






2 commentaires: