lundi 6 janvier 2014

Le sandwich


est donc arrivé sans l'avoir cherché.

C'était à la soirée Underwear (z)onderbroek d'Amsterdam le 27 décembre que ça s'est passé. Club Church, premier étage, sur la mezzanine. J'expliquais que c'est alors que j'étais à la tâche sur un garçon qu'un beau geek brun à lunettes entreprit d'oeuvrer sur moi.

De mon groupe de potes (et je ne parle pas forcément des plus chauds avec lesquels je fais mes "Fuck Tours"), j'étais un des seuls à n'avoir jamais tenté la chose. Vous savez ce que je pense des fantasmes. Il n'ont aucune valeur pour moi lorsqu'on a cherché à les accomplir. Ils doivent s'imposer à nous. Tout juste pouvons nous créer les conditions de leur déclenchement. Jusqu'à lors, l'occasion ne s'était simplement pas présentée.



Alors ? Sauter un mec tout en se faisant sauter ? Les impressions ?
Contrairement à ce que j'avais pu penser, et à ma grande surprise, on a pas le double de plaisir. On en a peut-être un peu plus qu'avec une seul partenaire, mais c'est même pas sûr.
En vérité c'est comme si j'avais eu un commutateur dans le cerveau. On doit se focaliser sur un côté ou l'autre pour ressentir le plaisir.
Je pensais réellement que les plaisirs s'additionneraient, voir se multipliaient, alors que simplement ils s'alternent.

Première impression à confirmer avec d'autres partenaires. Car bien évidemment le fait de faire ça en public ne permet pas un abandon total à ses sensations. En privé, dans un lit, on est bien davantage libre de maîtriser le rythme, de faire comprendre à ses partenaires nos désirs de l'instant. On peut se concentrer sur nos sensations, alors que là, non.

Je découvrais d'autant plus que dans ce type de plan, la longueur des sexes joue un rôle important. Le miens était plus long que celui du partenaire qui était derrière moi, je ne pouvais fournir mon amplitude de mouvements habituelle sans que ça ne pose un problème de... 'guidage' au garçon derrière moi.

J'ai peut être pris davantage de plaisir à savoir que j’étais capable de faire ça en public, qu'à être réellement pris entre deux mecs.

C'est sans doute grâce à ça que l'expérience n'a au final pas été décevante.




5 commentaires:

  1. Pas d'accord : pour moi c'est un des plans préférés qui multiplie les sensations. Comme quoi chacun son truc. Les différences de "configuration" anatomique sont en effet pas évident si il y a trop de différence. De plus c'est plus gérable à mon avis sur un lit que debout ...
    Quant à l'avenir ? Tu feras comme tout le monde : "toujours plus". Mais si, tu verras :-)

    RépondreSupprimer
  2. "On doit se focaliser sur un côté ou l'autre pour ressentir le plaisir." Tout comme le 69 que je n'apprécie pas pour la même raison. Ou tu donnes ou tu reçois.
    RJ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Judicieuse remarque, c'est exactement ça. Positions soit disant ultra chaudes mais aux sensations limitées...

      Supprimer
  3. je te suis depuis longtemps maintenant et j'ai toujours apprécié que tu prônes les rapport safe peut importe les conditions où sont pratiquées les relations sexuelles. je me permet donc de rappeler au lecteur du blog notamment au parisien que tous les vendredi de 17H à 20h au local de aides du 36 rue dussoubs (metro reaumur sebastopol) est effectué une permanence de dépistage rapide , équipe est là pour vous accueillir et répondre à vos questions dans une parole libre et ambiance conviviale, je vus y attend donc ; )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connaissais le 190 mais pas cette permanence là.
      J'essaierai de passer vendredi soir :)

      Supprimer