jeudi 21 novembre 2013

Ce qui s'est passé lundi soir

aurait pu être l'assouvissement d'un fantasme longtemps repoussé. Ça ne s'est pas passé comme prévu, et du coup la réalisation de cette idée est devenue une nécessité.

Mais je raconterai cet épisode survenu lundi soir plus tard.

Ce genre de fantasme traîne dans mon esprit depuis un ancien voyage avec Cyprien et Ariel, à Cologne où nous faisons escale avant de rejoindre l'Ukraine. D'après mes agendas il s'agit du soir du 6 mars 2009.

Nous étions dans un sauna, c'était la fin de soirée, et je poursuivais une jeune bombasse mince dans le hammam. Et pour ceux qui connaissent les hammams allemands, lorsqu'on y entre tout le monde laisse sa serviette à l'entrée, et déambule dans le plus simple appareil.
J'avais perdu le mec de vue, j'étais super excité par cette course poursuite dans la vapeur et je tentais de cacher tant bien que mal ma franche  érection avec mes mains.

Là, un mec d'une bonne cinquantaine d'années est passé devant moi, m'a observé quelques secondes à travers la fumée, et s'est approché. Aucun sourire, presque inexpressif, l’œil un peu sévère, même.

Comme une évidence, sans hésitation aucune il a retiré mes mains et s'est mis à me masturber franchement, en maintenant une pression certaine avec sa main sur mon manche.
Ça a dû durer environ cinq secondes avant que je ne commence à haleter, chaleur moite aidant, que je ne gémisse, et que quelques secondes plus tard je n'éjacule en expirant bruyamment sans qu'il arrête pour autant de me masturber. Je venais de prendre un plaisir intense, inespéré dans de telles circonstances et avec un tel partenaire.

Si ça avait été un autre garçon, voir même la petite bombasse que je convoitais, je pense que je n'aurais pas aussi vite flanché. C'est précisément parce qu'il avait plusieurs dizaines d'années de plus que moi qui j'ai succombé aussi vite. Tout était dans cette situation, dans laquelle je ne me suis plus jamais retrouvé depuis ce jour.

Et d'après ce que je me souviens, j'ai remis ça quelques quarts d'heure plus tard avec un homme à peine plus jeune dans une alcôve du sauna, en prenant le même plaisir à me laisser séduire.

Le souvenir de ce moment m'excite maintenant depuis quatre ans, et je ne cesse d'y repenser.

Jusqu'à quand ?...
En tout cas pas jusqu'à lundi dernier.





4 commentaires:

  1. Allons bon, voilà notre Quentin devenu gérontophile.... Non, je plaisante !
    Il n'empêche, avec ton histoire tu vas redonner des espérances à tous les cinquantenaires de la gay-planète qui passent leur temps à se faire rabrouer par tous les petits jeunes qu'ils convoitent avec lubricité. Et crois-moi, ça fait du monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. que certains vieux regardent les petits jeunes avec lubricité certes.. je peux aussi t'affirmer que beaucoup de petits jeunes (et pas que des moches) aiment les mecs plus âgés! (à condition, peut être, de ne pas ^tre franchement bouffi, bedonnant...)

      Bon.. Quentin : quand tu veux!

      Supprimer
  2. A Cologne, je n'en suis pas étonné. En Allemagne le culte de l'apparence physique est moindre qu'en France et l'éducation dispensée depuis 1945 insiste sur la lutte contre les discriminations. Ce qui permet aux plus âgés de ne pas se mettre en tête qu'ils n'ont plus leur place dans les lieux gais et aux plus jeunes, en voyant leurs aînés dans les mêmes endroits qu'eux, de croire que leur jeunesse est éternelle. Olivier

    RépondreSupprimer