lundi 7 octobre 2013

Que faire

quand on est pas super en forme, que pourtant ça fourmille de propositions toutes plus alléchantes les unes que les autres, et qu'on sait qu'on pourra difficilement assurer. 
Enfin si, on pourrait faire deux ou trois trucs, mais si c'est pour pas être au top c'est pas la peine.
Je me suis toujours dit qu'il fallait que je me donne complètement sinon c'était pas la peine. On pourrait dire que c'est ma notion personnelle du respect envers mon partenaire... et surtout une affaire d'orgueil, en vérité.

Donc je tergiverse, je gagne du temps, en espérant une guérison instantanée qui me permettrait illico d'aller troncher toute l'agglomération puis de rentrer heureux, fatigué, mais guéri. 



et puis je finis par décliner lamentablement, maux de tête à l'appui.

On continue quand même à parler, puisqu'à Bourgoin-Jallieu un samedi soir y'a rien à faire d'autre (le seul événement de la soirée dans cette ville ça doit être Danse avec les Stars sur TF1...). 

Lui va se branler, et moi aussi finalement (pas devant Danse avec les Stars hein, vous avez compris). 
Puis j'ai eu l'idée : proposer un truc soft que je n'ai bizarrement jamais expérimenté, ou alors vite fait dans ma jeunesse avec Julien, un pote collégien hétéro dont j'admirais le membre et qui n'en avait rien à foutre, et me laissait terminer seul.




Ce fut tenté. Cam4, puis quelques vidéos bien choisies, on a déballé chacun de notre côté.

A la vérité c'est pas terrible. On part avec le fantasme de la branle entre potes qui chauffe petit à petit mais j'ai l'impression que ça n'a d'intérêt que si on ne le fait qu'avec un hétéro. Pourquoi ? 
Le challenge justement.

Avec un gay on sait que l'autre a envie de te branler alors ça traîne pas pour le faire, et on finit irrémédiablement, comme c'est le cas ici, à être sucé comme dans n'importe quel plan.

Tandis qu'avec un hétéro (ou bi non assumé comme vous voulez) on est jamais sûr si on va arriver au terme, on épie son regard, devine s'il nous regarde, si ça l'excite, et on attend fébrilement le moment où, n'en pouvant plus et se culpabilisant lui-même de jouir à côté d'un mec qui fait de même, il atteint le plaisir partagé qu'il réservait d'habitude à l'autre sexe.

A présent je saurai. 
Quand je serai davantage en forme, je ferai mieux mon casting.





2 commentaires:

  1. T'es naze!
    C'est cool les plans branles. J'crois qu'c dans ta tête que tu bloque! Moi j'en fais et ça m'éclate a fond.
    t'etais malade c'tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien me masturber c'est pas le problème, mais qu'un autre pédé fasse de même à côté j'ai pas vu la valeur ajoutée...
      Ou alors qu'on m'explique ce qu'il y a de si formidable et à côté de quoi je suis passé...

      Supprimer