dimanche 15 septembre 2013

Je n'aime pas cette sensation,

et pourtant je ne cherche pas le prince charmant, je n'attends de personne qu'il me passe la bague au doigt, je tiens à mon indépendance et à ma liberté plus que tout, je ne ressens pas de besoin particulier d'attachement... mais ça fait chier quand même.

On dormait pratiquement tous les soirs dans les bras l'un de l'autre avec Arnaud, et malgré tout ce que je viens d'énumérer, on ne peut s'empêcher d'espérer, même inconsciemment, un avenir un peu différent, l'aventure, je veux dire la vraie aventure, celle de la relation, qu'elle qu'elle soit, celle qui ne s'évapore pas en tout cas sitôt l'acte consommé.

Bref j'avais cru qu'il se passait quelquechose d'assez différent, même si nous n'en parlions pas. Geek assumé, il est en train de surcroît de clore un mémoire donc il était stressé ces derniers jours, assez débordé, et nous ne nous sommes pas vus. C'est pas faute de lui avoir fait comprendre qu'il était le bienvenu.

Jeudi soir j'ai retenté vers vingt heures de lui demander s'il voulait dormir avec moi. Réponse tardive, tergiversations, jusqu'à ce qu'à vingt trois heures il décrète qu'il était trop tard.

Vendredi matin grande question : Stan me propose un week end dans la résidence secondaire de ses parents à Fontainbleau avec ses potes. On sera au moins une dizaine. Au programme : footing, balade, grosses bouffes et soirées au coin du feu. Et abstinence, évidemment.

J'étais tiraillé entre plusieurs volontés : Amener Arnaud avec moi au week end (inconvénient : il y aura Ariel qui est très branché minets et on ne sait jamais), ne pas y aller et rester sous la couette avec lui chez moi pendant 2 jours, ou l'oublier et rejoindre Stan seul.

J'ai voulu clarifier la situation, j'ai écrit à Arnaud (lui en bleu) :


"Ok". 
C'est tout ce qu'il y a à répondre dans un cas pareil. 
C'est déjà foutu et ça se lit : "On s'est beaucoup vus en très peu de temps". 
Et alors ? Si ça pose un problème, c'est qu'on s'est trop vus, et si on s'est trop vus, c'est que tu en as déjà marre.

Donc "Ok", et passons à la suite, entre potes à Fontainbleau.




16 commentaires:

  1. Quand on lit ça on se demande si tu as dans le fond, les couilles pour la vrai aventure.
    Dans ton blog tu présentes souvent les conquêtes faciles comme des défis..mais visiblement tu sais au fond que ce ne sont que des illusions et que le vrai défis il est ailleurs...Et là, tu coince.
    Tu n'assumes pas vis a vis des autres, ce qui, a force d'entretenir un lâche flou, les éloigne probablement...si bien que l'idée même que...passe avant d'avoir éclos.
    Ensuite, tu abandonnes facilement. Soit parceque tu as peur de toi même si tu laissais parler tes envies , soit parceque tu as peur des réponses... là c'est a toi de faire le point.
    Dans tout les cas on a confirmation de ce qui transparait depuis le début, tu as peur de la profondeur dans une relation et des conséquences ... Pour justifier ces craintes tu t'es auto persuadé que c'est une "perte de liberté" .Sans doute n'as tu pas encore vécu à ton âge de relation épanouissante ou l'autre est juste un enrichissement.
    Au final tu n'assumes même pas ce que tu ressent et que tu as si bien enfuit au fond de toi pour n'avoir plus a rien sacrifier ou a souffrir, sous 6 pieds de plans culs qui eux mêmes n'ont pas été facile a accepter... Mais lâche prise, assumes toi, ce que tu es, sois toi même et non pas l'image de toi que tu t'es bâti ni celle que ta carapace renvoie... Tu risques quoi? D'être en paix, heureux quelques temps? épanouie simplement et du coup d'avoir du temps libre gagné sur ta quête effréné de sexe sans lendemain? Et aprés? De quoi as tu peur? de te retrouver face a un toi qui ne transparait pas ici et que tu veux fuir en comblant chaque instant?
    Et sinon, tu as peur de souffrir d'un rejet? Et aprés? tes amis sont là, tu n'es pas seul...des gens te consoleront, tu plancutera a nouveau et t'en remettra trés bien.Comme tout le monde...
    Donc lâches toi et assumes toi , tu verras tu te poseras moins de questions et tu auras des réponses... en plus la vie sera plus simple et tu n'auras pas a espérer des échappées bourgeoises pour fuir la réalité.

    RépondreSupprimer
  2. NON, définitivement non, "on s'est beaucoup vu en très peu de temps" ne signifie pas "j'en ai marre de te voir". Il faut laisser le temps au temps. Le gentil Arnaud a aussi besoin de voir clair, il a peut-être aussi la nostalgie de sa liberté, il a peut-être aussi peur de s'engager etc... Il parait que c'est dans l'air du temps !

    RépondreSupprimer
  3. Sérieux, je pense qu'il serait temps que vous discutiez ouvertement de ce que vous ressentez pour l'autre et de ce que vous voudriez. Ça éviterais ce genre de situation....

    RépondreSupprimer
  4. Le "Ok" fait très mal, et ferait je pense encore plus mal avec un point à la fin

    Vous avez peut-être un blocage commun ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé au point, mais ça voulait dire pensée définitive. Or ce n'était ça, en mettant un ok finalement assez neutre, j'attendais qu'il développe. Ce qu'il n'a pas fait.

      Supprimer
  5. Bonsoir Quentin, on ne se connait pas mais je suis régulièrement tes brides de vie sur to, blog... et j'adorerai te rencontrer. On a le même age et également de Paris. Bref, si tu as envie qu'on discute d'avantage, n'hesite pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi t'aurais envie de me rencontrer, en fait ?

      Supprimer
    2. Oui, car c'est agréable de te lire et j'aimerai mettre un visage sur ces mots je le confesse :)

      Supprimer
  6. Je sais pas ce qui déconne chez toi mais tes interprétations des situations sont souvent foireuses... Tu flippes en fait, mais c'est vraiment dommage de vouloir zapper ca si ca se passe bien a la première micro frustration...

    forensico

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu le principe de fonctionnement d'un blog j'ai l'impression. Tu écris tes doutes, décris tes échecs, tes pensées non achevées, ta réflexion, tes hésitations, et t'as toujours un connard qui t'attaquera là dessus précisément.
      Tous ceux qui écrivent sur le net sont un peu logés à la même enseigne...

      Supprimer
    2. Voilà t'es un peu mon connard... mais c'est bon,je me suis habitué.

      Supprimer
    3. C'est quoi l'attaque? mon commentaire même après relecture me semblait bienveillant, tu nous ferais un petit délire de persécution? Allez, on va le prendre comme un "connard" affectueux ;)

      forensico

      Supprimer
    4. "Je sais pas ce qui déconne chez toi" : Ouais quand ça commence comme ça c'est toujours bienveillant

      Supprimer
    5. C'est bien ce que je dis y'a un problème d'interprétation. .. tu donnes bcp trop d'importance a la forme vs le fond. Ya bien des gens / potes / collegues qui te parlent pas comme a une princesse sans être malveillants pour autant non? Forensico

      Supprimer
  7. Bonjour à toi.

    Il n'y a évidemment pas de chemin unique. Pour ce qui me concerne, j'ai l'impression, en définitive, que ce qui donne force et confiance, c'est le fait d'être aimé d'une personne - que l'on estime - pour d'autres raisons que ses prouesses sexuelles. Faire vivre cette relation est, plus tard, une autre source de sérénité.

    Peut-être est-ce que reflète ton post, même si ta biche freine des quatre fers pour le reconnaître (le "on ne peut s'empêcher d'espèrer" plutôt que "j'aimerais" me paraît assez révélateur). N'y aurait-il pas chez toit quelque chose comme une peur du rejet ? Tu as l'air d'avoir assez d'introspection pour surmonter ça.

    D'ailleurs, la phrase d'Arnaud n'avait rien de définitif.

    Oiseau lunaire

    RépondreSupprimer