mardi 3 septembre 2013

En fait j'ai juste baisé

davantage en deux jours qu'entre 15 et 21 ans. Pourtant rien de spécial, je suis chez moi, c'est semaine de rentrée, je n'ai pas de libido conjoncturellement surélevée (quoique ces périodes de surconsommation sexuelle crée une émulation certaine), les bombasses font juste que s'enchaîner les unes les autres. Une sorte de feu sacré.

J'ai appris par le passé que ces périodes
1 : sont rares
2 : ne durent pas.

Donc j'ai dis ok à tous ces mecs sans trop réfléchir, et sans peur d'avoir les yeux plus gros que le ventre.

Parmi ceux là Arnaud, hier après-midi, minet geek de vingt cinq ans (et en plus il en paraît cinq de moins) qui m'accostait sur Hornet de manière assez pressante. J'ai senti que si je disais "non plus tard" c'était mort, comme souvent. Moi-même j'aurais plus envie. Alors j'ai laissé tomber mon taf et je lui dis : "ok, passe."

Il s'est passé la même chose qu'avec Niklas il y a quatre mois. Fous du corps l'un de l'autre, étreinte hyper charnelle, l'odeur de la peau comme une ivresse tout ça. Très jeune, très vif, comme à la découverte de ses sens et de ses zones érogènes. Autre point commun : dès sa photo j'ai su que j'en serais dingue.
Tête de lycéen intello, lunettes à montures fines, mais fesses hyper moulées dans un jean indécent. Magie du contraste.

Comme ça arrive parfois dans ce genre de connexion, le sexe dure des heures, et seul l'épuisement clôt l'étreinte. 

Il part, on s'écrit, évidemment on en restera pas là :



Bon du coup la nuit tombée j'étais chaud comme la braise. Porte Dorée, Route de la Croix Rouge, trois blacks, dont un jeune avec un casque de moto sur la tête. Sucer Daft Punk. Deux autres enchaînent, montent d'un cran. Un carnage, une honte Quentin, une honte. 

Je me suis rappelé "Jeune et Jolie", le dernier film de François Ozon vu la veille, où une jeune fille de dix sept ans s'ennuie en se faisant sauter par son amourette de vacances, mais s'éclate et s'affirme en se prostituant. 
Comment trouver son épanouissement dans ce que d'autres appellent la perversion, et gérer les conséquences de son affranchissement : Admirable démonstration.

Je rentrais à une heure trente, crevé. Petit check des messages sur Hornet avant le dodo. Arnaud me crame. Il passait dans mon quartier et zieutait si j'étais connecté.



Premier jour dans la vie l'un de l'autre, première nuit ensemble. Peu dormi, évidemment. 
Bien dommage, le lendemain j'avais rendez-vous à quatorze heures avec Kevin, ses dix neuf ans, son excitation à écouter les répétitions du prochain concert de Mylène Farmer à Bercy à travers les vitres, sa tête de top model et son insistance à "prendre un verre" avec moi, et à dix sept heures trente avec James, un Brésilien inconnu mais tout aussi jeune qui m'a étrangement "poké" sur facebook...

Et je note que les goûts et les tolérances en matière de physique se modifient avec la beauté des garçons obtenus. Après avoir couché avec ces garçons jeunes et beaux, embrassé ces lèvres roses et lisses, effleuré ces paupières intactes cachant des yeux vulnérables à l'amour qui passe, je m'imaginerais difficilement recoucher avec certains que j'ai obtenu ces dernières semaines.

Belle passade. Je me lasserai vite des yeux vides, des regards sans passé, de ces minets étrangement tous attirés par moi en ce début de mois de septembre (je n'en ai accosté aucun moi-même), et n'ai définitivement pas de propension à chasser du minet comme ces apprentis pédophiles qui ne jurent que par les moins de vingt cinq ans.

On a quand même beau vouloir se concentrer sur d'autres choses (sur son travail notamment), mettre la pédale douce, éventuellement se poser, lorsque des occasions telles pleuvent on va quand même pas dire non.

Jeune et jolie, quoi.




3 commentaires:

  1. Ton commentaire plein de jugement sur les "apprentis pédophiles" sent l'aigreur...c'est étonnant de toi. Si eux sont apprentis pédophile, comment te qualifie tu alors?... Etrange élasticité des jugements...

    Pour les minets, rien d'exceptionnel,c'est toujours ça en septembre. Ca débarque, ca arrive, ca rentre de vacances, ca découvre Paris...Dans quelques mois ils ne te regarderont plus, ils auront vu qu'il y a beaucoup de choix à Paris et de nombreuses qualités différentes sur le "marché".

    RépondreSupprimer
  2. Ce soir à la croix rouge, c'était chaud aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce moment c'est dingue le monde qu'il y a. Davantage qu'au caroussel du Louvre. C'est peut-être en train de devenir le premier lieu de drague gay en extérieur sur Paris

      Supprimer