mercredi 11 septembre 2013

Ah on les avait oubliés

ces mecs intelligents, manipulateurs, mais bien intentionnés, qui vous mettent en condition avec les meilleures intentions du monde. J'en avais parlé  il y a un bon moment et je les ai moins fréquentés, multi-partenariat effréné oblige. Pourtant il sont toujours là, en embuscade, et ne cherchent à t'imposer qu'une seule chose : être l'homme de leur vie.

Et là ça recommence.

J'ai failli commencer ce billet comme le premier que je consacrais à Niklas début mai : "J'dis plus grand chose parce que je vis plein de trucs." Cette fois c'est avec Arnaud, rencontré il y a bientôt dix jours. Ce mec de vingt cinq ans, nerd et hyper sensuel qui paraît cinq ans de moins que son âge. Chaque fois qu'il arrive chez moi je pense à un puceau sorti de chez sa mère. On dort ensemble deux soirs sur trois, et je l'ai déjà présenté à certains de mes potes (rarissime) samedi soir alors qu'on rentrait de la première du show de Mylène Farmer à Bercy (on est pédé ou on l'est pas).

Ajoutez à cela mon pote Willy en galère de logement et qui squatte chez moi jusqu'en octobre, et mon appart devenu bordélique à pris l'allure d'un moulin à minets. 
Je n'ai jamais parlé ici de Willy, à part peut-être sans le nommer lorsque j'évoquais les mains des hommes, mais il s'agit peut-être un des meilleurs baiseurs avec lequel il m'ait été donné de coucher, adepte du tantrisme, à l'aise avec la parole, toujours premier degré, avec ses yeux bleus, son corps parfaitement proportionné, sa voix très efféminée que contrastent des grosses mains d'agriculteur.

Revenons à Arnaud, que je démasque nuit après nuit comme faisant partie de cette insondable catégorie de mecs qui cherchent 'dusérieux'. Depuis une semaine on parle sans arrêt, je ne me suis pas ennuyé une minute. Même longueur d'ondes, même manière de nous exprimer, avec ce mélange d'esprit et de bon sens exagéré, de mauvaise foi aussi, de cynisme et de second degré : on croirait les dialogues de Kaamelott.

Mais pas un mot sur notre relation, jamais. Peut-être un jour m'annoncera t-il que nous sommes en couple, alors que je serai dans l'incapacité manifeste de démentir, contemplant silencieusement l'évidence de toutes ces nuits passées dans les bras l'un de l'autre. 

Ils sont durs ces mecs qui veulent 'dusérieux', sans pitié. La révélation de cet été, donc je n'ai jamais parlé ici tellement la rencontre avait été forte, m'a en outre écrit hier soir. C'était lors de mon séjour au Cap d'Agde, je m'étais absenté une nuit pour le rejoindre dans les alentours de Béziers. 
Bas les masques.




Sans commentaire. Je les garde pour lui.
Arnaud, lui, est là. Ne dit rien. Il vit les moments avec moi, fait mine de ne pas s'en rendre compte, de ne rien planifier. Que ressent-il ? Où veut-il aller ? Au pire ne veut-il pas le dire, au mieux il s'en fout. Moi je me persuade de ne surtout pas vouloir le savoir.
Tout juste m'a t-il dit un soir, alors que je lui proposais de nous voir après un dîner chez des amis :

"Mais essaie de me trouver un meilleur créneau, ça fait trop plan cul les rdv à 2h du matin".

Donc on est plus dans un plan cul. Encore un plan régulier ?... Bon, peu importe.

Ah oui un truc, peut-être le pire, que j'ai fait hier soir : Arnaud a demandé sur son mur facebook de se faire accompagner un jour à Ikéa, et je me suis proposé.
Erreur fatale ?





6 commentaires:

  1. Ah oui, là c'est cuit ! La visite à Ikéa à deux, c'est au moins aussi compromettant que la bague au doigt !
    Mais je vois pas où est le problème, si on admet l'idée qu'on peut être ensemble sans nécessairement renoncer aux autres rencontres occasionnelles. Avec une bonne dose d'intelligence, ça marche très bien !

    RépondreSupprimer
  2. La chute "Ikea" est d'un drôle !!! Mouahahahaah. Et je dis comme le commentateur précédent. C'est une véritable confirmation du sérieux de la relation. \o/

    RépondreSupprimer
  3. Tu dis qu'il fait mine de ne pas se rendre compte des momens intenses passés avec toi, de ne rien planifier. Peut être qu'il préfère laisser les choses évoluer d'elles même, ou alors il attends un signe de ta part...
    Vous vous plaisez mutuellement, vous vous entendez bien, et hors contexte sexuel ça semble coller plus que bien.

    Concernant le truc du "plan cul à 2h du matin", je suis pas sûr qu'il voit votre relation comme ça, peut être que ça ne lui fait juste que penser aux mecs qui passent leur soirée sur Grindr à chasser avant de trouver un plan à des heures pas possibles.

    RépondreSupprimer
  4. Pendant deux minutes, j'ai cru que tu parlais d'un garçon en commun, mais en fait le coup d'Ikea m'a prouvé que ce n'était pas le cas! Merci pour ce détail qui a fait toute la différence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le milieu gay parisien reste un tout petit milieu, je ne doute pas qu'un jour un lecteur reconnaisse ici quelqu'un...

      Supprimer
  5. Arrête de vouloir calculer et laisse toi vivre un peu...

    forensico

    RépondreSupprimer