jeudi 8 août 2013

Je l'ai fait.

J'ai trouvé l'angle d'attaque alors que nous étions allongés sur la plage en fin d'après-midi. Après quarante huit heures à désirer Julien  je lui parlais de mon fantasme à assouvir cette année. Je lui racontais l'étreinte charnelle de l'année dernière avec un Australien au milieu des dunes, en lui disant que mon but était de faire pareil en plein milieu de la plage, avec les gens autour, en plein soleil, là à trois mètres de l'eau, avec de la passion, en faisant vraiment l'amour quoi. Il ne me laissa pas développer, il avait compris.

Sa première phrase fut exactement celle que j'espérais :
"- Hé bien si tu veux le faire avec moi, ça me dit bien"
Cinq minutes après il s'allongeait sur moi et commençait à m'embrasser la nuque. Contrairement à l'année dernière je fut passif, il avait heureusement emporté avec lui un de ses préservatifs king size

Julien est un sex addict je crois, il est arrivé au Cap avec deux coffret de cent quarante quatre préservatifs chacun ! 



"- Ça c'est des King size pour moi ou pour mon partenaire s'il est ttbm et veut être actif, ça c'est pour mon partenaire lorsqu'il a une bite normale." 

Il sait qu'il ne les utilisera pas tous, ils les commande en gros pour une question de coût, et avait décidé d'apporter l'intégralité des coffrets probablement pour la déconne.

Celui que j'avais vu joueur et un peu je-m'en-foutiste depuis mon arrivée, ce petit jeune de vingt-deux ans avec son coup de soleil à droite de sa poitrine, tripotant sa grosse bite en permanence en parlant du concert de Green Day, était d'un coup d'une délicatesse et d'une attention incroyables. Il avait tout à fait compris mon trip et s'y prêtait comme s'il attendait qu'on le lui propose enfin.

Nicolas était a côté, il nous matait et avait commencé à bander. Sans qu'on lui dise, il avait compris qu'on ne désirait pas être rejoins. Il s'occupait même de repousser les mecs qui désiraient se joindre à nous. L'un d'eux s'occupa de lui et c'était désormais un double show que nous offrions aux aoutiens présents.

Les gens approchaient de plus en plus nombreux, les touristes qui passaient pour rejoindre à pied la plage de Marseillan regardaient sans s'arrêter. Les femmes regardaient beaucoup, étrangement, et souriaient quelquefois.

La pluie commençait à tomber, sans nous arrêter. Nous nous embrassions, je caressais la peau de sa joue avec mon pouce et lui me regardait dans les yeux. Julien ejacula alors qu'il était à l'intérieur, trop rapidement à son goût. Il restait excité et continua.
Puis nous sommes partis nous baigner sous la pluie, collés l'un à l'autre sous les vagues, ses bras autour de ma taille, les miens autour de son cou.
La tempête se déchaîna, les gens se sont mis à courir sur la plage, Julien m'a sourit et un éclair est passé derrière lui. 

"- T'es trop beau" lui ai-je lancé, "Trop trop beau." C'était vrai. 

Les maîtres nageurs ont couru le long du sable avec leurs sifflets pour faire sortir les derniers tandis qu'un autre hissait un drapeau rouge.
Nous courrions main dans la main, hilares, en direction du sable, à la recherche de nos serviettes déjà trempées.
Nos regards se croisent avant que ces instants magiques prennent fin. Alors qu'il court, le ciel de traîne défile derrière son visage lumineux. Nous serons bientôt à l'abri.

Il pourra se passer n'importe quoi dans ce camp durant les jours qui viennent, je sais que ces vacances au Cap d'Agde telles qu'elles me resteront en mémoire sont déjà terminées. Je me suis fabriqué l'unique souvenir que j'en aurai. Le reste ne sera que la quête de la reproduction de ces quelques instants.

Ses tâches de rousseur sous mes doigts,
Son souffle dans mon oreille,
La lumière partout,
Le bruit des vagues,
La pluie sur son dos,
L'orage sur la mer,
Le sable dans nos cheveux,
C'était tellement les vacances. <3




2 commentaires:

  1. C'est du Quentin tout craché ça. Raconter une partie de baise à la perversion maximale comme un expérience de midinette avec les yeux qui brillent comme Candy Neige. :D

    RépondreSupprimer