mardi 13 août 2013

Du côté de Marseillan

les gens sont prévenus, pourtant. Ils savent dans quoi ils s'engagent. C'est d'ailleurs pour ça qu'on cite le texte de loi, davantage pour les prévenir que pour les empêcher de faire de même :

photo prise à 8h00, et ça drague déjà dans les dunes...

Les élus locaux, eux, profitent des gains en faisant mine de s'offenser de l'image de marque que cette fameuse plage renvoie. 


Notre pays est un pays de tolérance, et, pas plus que vous je ne condamnerai le droit à chacun d’entre nous, exhibitionniste ou libertin, de pratiquer librement l’activité de son choix dans le respect de celle de son prochain. Les dérives sont par contre à condamner, et à condamner fermement ! Si le libertinage, l’exhibitionnisme et l’échangisme à;l'intérieur d'établissements clos ne me choque pas, je suis par contre consternée qu’une partie du domaine public maritime de notre pays agathois soit aujourd’hui plus connue internationalement que le Fort BRESCOU, la Plage Richelieu ou la Grande Conque. La plage publique  de ce quartier agathois appelée « La baie des cochons  » est devenue pour une clientèle spécialisée aussi célèbre que ne le sont PATAYA, PATPONG ou le BOIS DE BOULOGNE pour la prostitution.


Hier les gendarmes ratissaient les dunes à cheval et criaient 
"- Allez-vous en, vous n'avez rien à foutre ici".

Dans cette zone de non-droit où la loi est écrite et appliquée par les naturistes eux-même, ça ne badine pas. Montés à une bonne centaine à la limite de la dune, rejoins par les autres, c'était l’événement de la journée sur la plage. Les cris fusaient en direction des femmes-gendarmes :
"- A poil !A poil !"

Que faire devant la foule, lorsqu'on sait ce qui arrive à ceux qui ne se dévêtissent pas immédiatement ? Fuir évidemment, ce que firent les gendarmes, sans avoir bien évidemment verbalisé quiconque, pas même ceux qui furent surpris en pleins ébats entre les dunes.

Ils ont pu mettre tous les panneaux qu'ils ont voulu, créer toutes les réserves naturelles possibles, menacer d'infliger des amendes, ce lieu où on fait du sexe sur la plage au vu et au su de tout le monde a perduré. Ce qui se passe ici tous les soirs pendant deux mois est introuvable ailleurs (j'ai pas mal voyagé et j'ai jamais vu ça).


Alors que je considérais la débauche en plan large, du sommet de la dune, un mec me tapa sur l'épaule et écarta ses bras en direction de la foule en érection et lança : "- Ah Cap d'Agde, formidable !..."

Le type vient de Philadelphie et se fade douze mille kilomètres chaque année rien que pour cette plage un peu particulière, appelée même aux Etats Unis "Bay of Pigs", "La Baie des Cochons". Cet endroit unique au monde de deux kilomètres carrés à peine, capitale mondiale du libertinage, où les limites du bon goût sont abolies.





8 commentaires:

  1. Ça fait quand même un peu peur cette zone de "non droit" où les naturistes font eux même la loi...

    RépondreSupprimer
  2. t'a l'air d'en parler comme une fierté national or ça dois en aucun l'être et ça contribue à la mauvaise image qu'on les gens des gays en pensant qu'ils sont tous libertins, je genre d'endroit devrais être interdis rien que pour des raisons sanitaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une fierté, c'est ni bien ni mal c'est comme ça. Je te précise que 90% de la plage est hétéro, je parle la plupart du temps de celle que je fréquente le plus, la plage gay, qui ne fait que quelques dizaines de mètres de large.
      Raisons sanitaires ? Quel danger pour la santé publique ? Ou si c'est plutôt pour des raisons morales, assume-le...

      Supprimer
    2. C'est assez étrange cette sorte de néo pudibonderie...
      Les gens comme toi jugent tout et n'importe qui sans chercher a comprendre " le "racisme" c'est mal"(j'ai mis racisme ente guillemet en reference a ce qui n'en est souvent pas et qui est stygmatisé comme tel par les bien pensants ) "la morale c'est mal" "les moralistes vivent dans le passé " "les limites c'est ringard" et autres poncifs post soixante huitards, mais dés qu'il s'agit de sexe, surtout,ne pas juger " ce n'est ni bien ni mal"...Surtout ne pas juger les gens sur leurs pratiques sexuelles (je parle de juger pas de condamner hein), ne pas les analyser, ne pas émettre de critique trop marqué...
      C'est assez intéressant je trouve ce paradoxe...

      Supprimer
    3. Si tu m'as bien lu, tu as compris que je ne condamne pas la morale, mais le fait de la faire passer cette morale pour un remède de santé publique. J'attends juste que celui qui est mû par la morale l'assume et accepte d'en débattre comme telle.

      Supprimer
  3. Bonjour Quentin,

    Je suis journaliste et cherche à vous contacter.

    Pourriez-vous me laisser un message à [...] avec vos coordonnées pour que je puisse vous rappeler ? Je suis actuellement au Cap d'Agde.

    Merci

    L

    RépondreSupprimer
  4. C'est comme pour la dinde et les chocolats de Noël, l'abondance finit par lasser, mais pour un temps seulement. Quentin est gavé mais dans moins d'une semaine il se remettra à l'ouvrage. C'est pas encore à son âge qu'on attrape des crises de foie. Heureusement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui m'a lassé c'est le type de sexe tel qu'on le pratique au Cap, totalement ouvert et sans pudeur aucune. La séduction, la drague, donc l'attente, l'incertitude, ça a son charme aussi.

      Supprimer