lundi 3 juin 2013

Ça planait depuis un petit moment,

je n'étais plus vraiment dans mon élément. 

Ça a commencé en février je crois, quand je me suis surpris moi-même à m'énamourer superficiellement d'un pote inaccessible, Clément.

Et puis je me suis mis à poster des appels étranges sur facebook, à m'avouer que j'avais des besoins précis et disons-le : un manque. Parallèlement à ça,  un drame : réaliser pour la première fois de ma vie, que physiquement je ne pourrai plus m'améliorer, et qu'à partir de mon âge je ne pourrai désormais que régresser.

Ensuite il y a eu le coup de flip de mon médecin qui m'a fait diminuer le nombre de mes partenaires. Alors il y a eu une première tentative de mini-relation avec une bombasse, mais qui n'a rien donné, et puis avec Guillaume, dont je me suis vite désintéressé.

Et puis j'ai été rejeté une première fois, ce qui ne m'arrive quasiment jamais, avant que Nicklas, après trois semaines extatiques, réveille un cœur endormi puis le replonge aussitôt dans le coma.

Bref, l'équilibre que je maîtrisais, le dosage que je connaissais, étaient bouleversés.

Depuis j'ai papillonné, une nuit au sauna, et ces dernières heures dans un lit avec un mec très entreprenant qui fête ses dix-neuf ans (putain dix-neuf ans enfin... Quentin...)



J'entre à nouveau dans ma période "j'emmerde la terre entière" (ça faisait des années que ça ne m'était pas arrivé), alors que je me replonge dans mes vieux romans tous surlignés de Guillaume Dustan (Nicolas Pages, Génie Divin...) avec son détachement et sa liberté de pensée, et que je me repasse ses apparitions télévisées où il distillait sous des perruques fluorescentes sa culture et ses thèses avec une limpidité qui a toujours forcé mon admiration.

Et de mon côté, puisque le temps a un peu passé depuis le départ de Nicklas, je peux y voir un peu plus clair, et je sais depuis ce garçon que deux critères, et seulement deux, sont primordiaux pour trouver quelqu'un avec qui partir en aventure :
- Il faut qu'on soit sur la même longueur d'onde, c'est à dire qu'il n'y ait pas besoin d'expliquer un quart d'heure ce qu'on a dans la tête pour faire passer une idée,
- et être aimanté par son corps.

Ce sont deux critères tout simples, qui peuvent correspondre pour moi à n'importe quel genre de mec, de n'importe quel âge, de n'importe quel milieu social

...à condition d'être réellement disposé à faire de nouvelles rencontres
ce qui n'est pas encore mon cas.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire