lundi 20 mai 2013

Ne soyez pas en retard,

le monde n'attend pas.
Cette phrase est sur la feuille qui sort de mon imprimante, et m'encourage à penser que la fuite est cette nuit la seule issue possible.

Juste après m'avoir quitté, je réalisais que sans doute je ne reverrai plus jamais Nicklas. La sensation habituelle de ce genre de situation, millénaire, celle que que personne n'arrivera plus à te donner le plaisir que tu ressentais avec lui, et l'impossibilité de retrouver cette complémentarité dans l'immédiat. 

Je ne peux plus coucher avec personne d'autre que lui.

J'étais dans ces états d'âme, trois quarts d'heure après la rupture définitive, lorsque Nicklas m'envoya un sms. J'aurais du y voir un signe de culpabilité de sa part, mais non. Un autre sentiment étrange me prenait la tête. Pourquoi m'écrivait-il ça, si vite, en précisant bien comme pour enfoncer le clou, qu'il était parti car je ne lui "plais plus".


Oui, j'ai répondu ça. Pour lui montrer que je lui étais finalement reconnaissant d'avoir été aussi clair ce soir là, de ne plus me laisser dans le doute.

C'est là où ça va devenir pathétique.

Suite à ma réponse, il va m'envoyer des messages et des messages. 
Il vient de découvrir sur mon mur facebook ce que j'avais posté mardi après-midi, en précision de notre sortie au Spyce :



Il m'envoie une capture de ce qu'il vient de découvrir, me dit que s'il avait su il ne se serait pas comporté comme ça. 
Il m'impose des doutes que pourtant je n'avais plus, et confirme sms après sms la vilaine impression que j'avais eu au départ : 
ce n'est pas un clou qu'il enfonce, mais un couteau qu'il remue.




Je me demande si c'est bien ça.
Si lui est bien en train de faire ça, comme je le pense.
Est-ce-qu'il me torture par sms ? Est-ce que j'ai à faire à un pervers narcissique ? Est-ce moi qui suis perdu ? Une connaissance me dira : 
"-Tu es la cible idéale pour qu'il puisse se branler sur lui-même."


Et puis plus rien. Le silence complet. Je m'étais trompé. Il ne veut pas me torturer. Juste, il s'en fout. Moi j'ai un choix : Je peux me laisser aller et faire comme Pauline, fondre sur le pot de Nutella. Mais je décide de me torturer

Samedi, première journée entière sans aucun contact entre nous depuis trois semaines. Je me tue au sport. Après avoir soulevé des altères pendant une demi-heure je cours d'une traite, musique à fond dans les oreilles, comme pour me saouler, jusqu'au château de Vincennes. Cinq heures de sport. Je m'effondre à 14h30 sur mon lit jusqu'à 18h00.

Aujourd'hui dimanche, deuxième journée sans lui. Il devrait s'éloigner peu à peu. Pourtant il plane, il est partout. Il est dans chaque sonnerie de sms, dans chaque scooter garé sur mon trottoir. 

Je ne dors guère plus que je ne mange. Le pathétique augmente alors que ma vigilance diminue. Je voudrais me raccrocher à quelqu'un mais n'avoir à faire à personne. Je me mets à relancer des plans qui voulaient autrefois tisser une histoire avec moi, et que j'avais éconduis, et avec qui pourtant ça aurait pu fonctionner quelques temps. Ils le savaient, je ne voulais pas le savoir.


Pathétique. 
Je regarde aussi les nombreux commentaires de ce blog. Il n'y en a jamais eu autant. De visiteurs non plus, il n'y en a jamais eu autant. Il faut croire que les peines de mon coeur plaisent plus que les joies de mon sexe. 


Alors que le nombre de visiteurs uniques par jour tournait autour de 90, le nombre s'envole à 130 en pleine rupture.

Je tourne en rond, attend que ça passe, puisque ça va passer.

Et puis mon pote Ben revient. Il était à New-York depuis deux semaines.
Ça a duré une heure tout au plus. On a regardé le prix de divers destinations, on a vu du soleil, un billet pas cher, ce petit hôtel avec vue sur le port, la plage pas loin, les églises abandonnées.
On a décidé de partir, en vérité j'ai décidé de fuir.

Lorsque vendredi je reviendrai, j'espère simplement que Nicklas sera loin.









10 commentaires:

  1. Niklas ne sait pas ou il a mal... Il fait comme si, mais il ne sait pas.
    Excellente initiative que ce voyage :-)

    forensico

    RépondreSupprimer
  2. Excellent coup de tête, oui !
    Bon voyage et reviens frais :)

    Amic

    RépondreSupprimer
  3. Ah la belle vie du Pd parisien dans toute sa splendeur.. Ce jet setter qui oublis a coup de billets ce qu'il se payait a coup de billket également et qui a mal tourné.
    Il y a quelquechose de fonciérement pathétique dans cette consommation à tout va... on fuit...
    On fuit sa solitude et surtout ses raisons a coup de consommation humaine,
    on fuit ensuite ce qu'on est et les leçons à tirer des choses à coup de jet....
    Je comprends mieux les réactions de mes amis étrangers confrontés au milieux parisien....(et me demande encore plus pourquoi ces mêmes pd votent a gauche en vivant comme des ultras libéraux)
    Bref
    Pour en revenir à toi, tu fuit...tu le sais, et tu le fait quand même... conclusion, tu n'apprendras pas et cela recommencera...
    Tout cela aura donc été vain? ce mois de ta vie n'aura donc servit a rien qu'a être passé?
    C'est triste...
    Enfin, arrêtes de croire que les gens se délectent de tes peines plus que de ton cul... car je doute que beaucoups de lecteurs te pensent vraiment heureux en lisant tes aventures sexuelles habituelles....et je pense plutot que les gens veulent te montrer un minimum de solidarité en cas de soucis... D'où te vient cette idée que le monde est forcément méchant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais lol
      Jet setter moi ? "je me payais quoi a coup de billets exactement ? Comme beaucoup tu peux dire ici des trucs sensés mais c'est noyé dans la haine et la frustration.

      Je ne pense pas que les gens "se délectent plus de mes peines que de mon cul", je pense qu'ils s'identifient plus à la rupture sentimentale que je vis qu'à mes plans sans lendemain.

      Oui son image hante mon quotidien et non appart, et j'ai envie de fuir ça pour revenir avec du recul. Qui n'a jamais ressenti ça ? Quoi de plus universel ? Tout le monde apprend de ses peines de cœur et moi pas moins qu'un autre. J'ai la chance de pouvoir partir quelques jours cette semaine (120€ l'aller/retour, whouaa quel jet-serrer je fais!) et alors ? Rester à me torturer comme ces trois derniers jours m'aiderait davantage à surmonter ça que les glaces au Baccio et la plage d'Addaura ?

      Je ne pense pas que les gens sont mechants, je pense juste qu'ils ne me connaissent pas.

      Supprimer
  4. Il n'y a ni haine ni frustration... En tt cas pas de ma part.
    Je suis peut être moins fan d'indulgence et de laisser aller que toi.

    En revanche evidemment que ton départ est compréhensible. Mais est ce que tout ce qui est facile et compréhensible est bon? N'y a t il pas parfois du bon a prendre y compris dans la gifle qu'on se prend et qu'on a sans doute mérité?
    Tu te donnes un bonbon pour oublier ton tracas... est ce vraiment ce qui est souhaitable? certes, c'est plus facile mais vas tu vraiment apprendre là bas sous le soleil? Je pense vraiment que si c'est pour revenir dans une semaine et faire comme si cela n'etait qu'un mauvais souvenir ou pire, jamais arrivé, ces quelques jours auront de peine auront été vains... et tu auras perdu un mois de ta vie... Aller reposer un corps et un esprit meurtri pour mieux reflechir loin de la surdose de ressentit qui peut poluer notre esprit ok, mais fuir pour oublier et se priver ainsi de la chance de retenir les leçons et de faire une introspection vrai, ça, ce serait nul.

    Quand aux gens qui ne te connaissent pas, faute à qui? Tu sais si on se donne la peine de poster ici, de lire tes aventures, c'est que quelquepart on veut connaitre un peu de toi... et ne présumes pas de l'absence d'empathie des gens...tu serais peut être surpris de certaines clairvoyances...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que tu me dises quelle est cette si grande faute que j'aurais commise, et que j'aurais "méritée" (sic). Je dois faire pénitence et m'en vouloir pour quoi exactement ? Qu'ai je fait pour que ça ne fonctionne pas avec Niklas ? Au point où j'en suis je pense vraiment que le fait que j'ai cessé de lui plaire lui a permis de se comporter avec moi de cette façon. Qu'aurais-je du faire face à cette situation ?

      Aussi, penses tu vraiment que je suis ici léger et débarrassé de tout ? Je suis venu ici justement pour faire le tri dans tout ça, sans la peine de tout ce qui me rappelle son absence.

      Pour finir, je ne réclame pas à être connu de mes lecteurs, encore une fois : je n'écris pas pour eux. J'ai même poste ici les six premiers mois sans avoir de visiteurs et sans chercher à en avoir.

      Supprimer
    2. Je rebondis sur les différents posts que j'ai lus.
      Déjà j'espère que tu profites de la plage car à Paris le temps est vraiment abject! T’as bien choisi le moment, tu pourras remercier Niklas au moins là-dessus ;)

      Je pense que l'idée est maladroitement exprimée ou interprétée en insinuant que tu aurais mérité une claque face à une mauvaise action. (Après je n’en suis ni l’auteur ni le destinataire)

      Je t'ai déjà clashé sur certains articles mais ai toujours dit que personne ne peut te reprocher sur ton mode de vie et tes choix de vie notamment sexuels, c’est ta liberté. Là où je te clashais c'est quand tes propos pouvaient avoir des répercussions sur les autres plutôt innocents ou qui n'avaient rien demandé et je m'étais indigné sur certaines de tes incitations ou propos très péremptoires et caricaturaux (volontairement provocateurs je pense… lol on commence un peu à cerner la bête ;) ) bref mais j’avouais être curieux et intrigué par ce vécu et ce qui te motive au fond (même si parfois on passe sa vie sans le savoir consciemment)

      Si tu ne mérites pas de souffrir, je pense que ce sont tes choix qui malgré toi amènent de fait ces situations qui ne peuvent être ni pérennes, ni sereines. (Peut-être car tu as besoin d’intensité aussi au fond.)
      Car tu t'es trop habitué et accoutumé aux plans à tout va. Et je pense que c'est malheureusement plus difficile qu'on ne le pense de se sevrer et il faut donc accepter (ou à défaut, endurer) certaines conséquences qui vont avec.

      En la matière, peut-être t’es-tu surestimé ou peut-être il y a un petit manque de discernement.

      Je pense que n'importe qui aurait souhaité que tu vives ce qu'il y aurait eu de mieux pour toi avec Niklas (à tes dires, un couple libre où l'un préserve l'autre, même si cela peut paraître paradoxal.)

      Mais moi je pense qu'au fil de toutes tes expériences tu ne pourras malheureusement qu'être attiré la plupart du temps (pas tout le temps, espérons, soyons optimistes) que par des personnes avec qui il ne sera pas possible d'avoir ce que tu veux et où l’intensité recherchée amènera des souffrances. Tu cherches sans doute à éviter des « passions amoureuses » mais au final c’est une intensité proche de la passion que tu sembles récolter, étant entendu qu’à l’origine, la passion, c’est la souffrance.

      Tu as été amené à faire la connaissance de Niklas directement par ton mode de vie et il t'a attiré pour des raisons précises, sans doute par ses qualités propres mais aussi son propre mode de vie, le fait qu'il soit "libéré" et avec qui tu sentais pouvoir à la fois y trouver ton compte et à la fois préserver des marges de manœuvre qui te conviendraient, (ne pas te frustrer sexuellement avec d'autres si besoin etc.) il est pas culcul, peut être la dose qu’il faut de « badboy », tu sentais le degré de domination ou soumission qui te satisfaisait etc. bref quoiqu’il en soit t’es attiré.

      Au final, il me semble que tu as admis ne même pas vouloir coucher avec d’autres en ce moment suite à ces histoires, ce qui je pense est légitime et que là est « la fidélité naturelle » dans sa forme pure, on est tellement attiré par qqn qu’on ne pense plus aux autres… après, oui, ça ne dure pas forcément….

      L'ironie de la vie t'a malheureusement rattrapée. Et le fait que ça ne soit pas possible forcément ça t'attire d'autant plus, donc te frustre encore d'autant plus. Il disait que tu lui plaisais au début peut-être quand il ne sentait pas autant de sentiments de ta part... C'est toujours pareil... ou pas.

      forensico 1/2

      Supprimer
    3. Je pense aussi que ton mode de vie a amené inexorablement ces situations impossibles, inconciliables, car il y a trop de mélange au final et tu aspires a une situation qui je pense n'est pas viable dans le cadre des rapports humains et le déterminisme qui y est associé la plupart du temps.
      Trop de critères complexifient d’autant plus l’équation déjà complexe à la base et ton souhait de mode de vie rajoute des inconnues et ne fait que réduire les chances d’avoir qqch qui te satisfasse pleinement j’ai l’impression.

      Ça reste sans doute pas impossible mais les probabilités de trouver ce qui te satisfera pleinement (je parle pas que de plans) semble réduite par toutes ces années où « tu as brûlé la vie par les deux bouts » et te fera te lasser de quoique ce soit sans doute beaucoup plus vite que la normale pour le reste de ton existence. Si tu penses, sans doute à juste titre, que ca te préserve de certaines frustrations pour le moment, en revanche ces frustrations seront exponentiellement démultipliées, décuplées au fur et à mesure de la prise d’âge.

      Il vaut peut-être mieux lisser le « capital frustration » sur toute une vie qui sait ^^ (là je ne suis pas forcément sérieux)
      Je pense que c'est pour cela que les modèles de stabilité existent et même quand ils sont là pour préserver une relation, bien souvent aujourd'hui ça ne dure pas non plus... C'est tellement complexe… et donc je pense que tout ton vécu ne fera que complexifier davantage.
      En l’occurrence, ça débouche sur la souffrance que tu endures à l'heure actuelle.

      Après c’est pas qqch de mérité, mais j’ai l’impression que c’est une réalité implacable de la vie malheureusement… un état de fait…
      Je dis ca car je pense de mon côté être dans le même cas de figure d’un côté de par mes aspirations sans doute insatisfaisables, même si moi ce ne sont pas les plans à tout va et l'hypersexualité qui amènent ca, mais d’autres choses, d’autres types d’attentes.

      Donc je pense que c'est un peu ce que j'ai déjà dit qui pourrait te préserver de ce type de souffrance, trouver qqn avec qui une fidélité sera possible mais tu seras frustré d’après ce que tu dis (et sans doute que l'inclinaison de l’autre à la fidélité ne t'attirera pas, ou même si tu penses qu'il va voir ailleurs et que tu t'y résoudras, le fait de se cantonner à ce modèle et le manque de communication volontaire portera préjudice au bout d’un moment… )

      Et dans l'autre cas de figure où tout est communiqué et transparent... bah c'est plus ou moins ce qu'il se passe avec Niklas, puisque communiquer et être transparent là-dessus (ce qu’il a été) te fait également souffrir ( et ça t’aurait fait souffrir, même si tu lui avais vraiment plu je pense … ouais à mon avis tu en souffrirais quand même de ce modèle de « couple », ce n’est pas que le fait qu’il dise que tu lui plaise pas assez qui est générateur de souffrance, en tout cas pas seulement je pense)

      C'est vraiment pas simple, après ce n'est que MA vision, MA perception des choses et je ne te connais pas non plus assez mais à travers ce que j'ai déjà lu, c'est mon ressenti, peut-être ca t'aidera, j'espère, mon but n'est pas de t'agacer en tout cas, sache le, là c'est un avis que je livre brut de fonderie, c'est censé rendre service mais encore une fois il est possible que ça ne vale rien! Au moins j'aurais pris la peine de l'exprimer pour toi, si la vérité est la somme de toutes les interprétations d’une situation, ca en est une partie lol

      Forensico 2/2





      Supprimer
    4. Je souscrit dans l'ensemble à ce que tu as écrit, je pense que le fait d'être sans cesse ramené à ses plans alors que moi il mettait devenu impensable d'en faire à contribué à ma peine. Mais s'il ne s'était s'agit que de ça tout aurait pu s'arranger pour le dialogue. Je désirais quelqu'un qui ne me désirait plus, et on aura beau tourner la chose dans tous les sens on en reviendra toujours là. S'il m'avait un aimé ou pense que ça viendrait, il m'aurait protégé.

      Je suis juste moins pessimiste que toi , je pense que le type de relation que je cherche existe, même si je suis d'accord qu'elle est un peu plus dure à trouver qu' une autre.
      La relation idéale est celle avec Wilfrid (dont j'ai parlé ici mais relativement peu), mais son départ a laissé un vide qu'il me faut momentanément combler.
      Or il est parti voilà quelques mois

      Supprimer
  5. Courage, tu l'oublieras vite !
    Je te recommande l'Auvergne pour te vider la tête avec les volcans et montagnes.
    Bonne chance.

    marco Spaghetti (Brest)

    RépondreSupprimer