vendredi 5 avril 2013

Il m'a bien fallu 48 heures

pour récupérer de ces cinq nuits à Londres avec Cyprien et Xavier. Ce voyage là il était hard. On dormait quatre ou cinq heures, grignotait en marchant entre l'hôtel et la bouche de métro, retournait au sauna où nous avions pris un pass à la semaine pour des "encas", on en sortait, allait en boite à la G-A-Y Late, revenait. Ça allait et venait dans la chambre d'hôtel. Ça s'effondrait de fatigue.

Les images s'entrechoquent, je me souviens de ces mecs qui se touchent les uns les autres au Sweatbox devant un film de cul improbable réalisé par Chichi Larue où des mecs bodybuildés s'engueulent avant que l'un d'eux ne prenne un homme-sirène dans ses bras pour aller dans la mer pour le relâcher avant de s'enfuir à la nage avec lui, pendant que celui qu'on imagine être son petit copain lui crie sur la plage :
"- John ! Reviens ! Reviens !"

Ces images de Cyprien et Xavier qui s'engueulent en plein milieu de la nuit (donc vers quatorze heures) parce que l'un d'eux (je sais plus lequel) tire toute la couverture à lui, et moi qui gueule pour les faire taire, ce qui réduit d'autant nos maigres nuits de sommeil.

Cette image de Xavier à la soirée "Porn Idol" au G-A-Y du Heaven qui postule pour concourir au strip-tease intégral sur scène, et se désappe en étant collé à la barre et sort son steack devant huit cents personne sur Starships de Nicki Minaj, et qui finit sous nos hurlements par se faire déchirer par le jury composé de deux folasses et d'une trans qui l'attaquent sur le reste de son physique :
"- Cheri la teub est bien mais le reste c'est pas possible, t'es le type même du mec à glory hole, désolé !"


L'entrée en scène de Xavier à la soirée "Porn Idol"


Cette image de cet espagnol, ce malien, ce vietnamien, et bien sûr ces anglais qui me sont passés dans les mains dans la ville la plus cosmopolite qu'il me soit donné de visiter.

L'image de ce jeune mec sous la douche, très mince, d'un visage basique de minet, mais avec un sexe gigantesque qui lui arrivait à mi-cuisse, papillonnait dans les couloirs d'un sauna d'un mec à l'autre en étant suivi d'une quinzaine de mecs les yeux rivés sur son sexe, sans jamais rien faire car il était aussitôt assailli par ses poursuivants qui tentaient frénétiquement de prendre leur part.

L'image de ce groupe de Siciliens qui entre dans la pièce miroirs du Sweatbox où j'étais en train d'embrasser un gallois qui venait, comme moi, de baiser plusieurs fois et qui décident de réchauffer tout ça. Un des italiens plus jeune que les autres (il était visiblement tout juste majeur) restant à l'écart, se masturbant, et finissant par se jouir dessus en voyant son pote à l'oeuvre avec moi. C'est tous deux sous la douche qu'il me traduisait les paroles que son pote prononçait (rien de bien trash, plutôt des paroles assez flatteuses me concernant heureusement!), m'expliquait que c'était la première fois qu'il sortait dans un endroit de drague, et qu'il n'arrivait pas à contenir son excitation devant ces situations.

En cinq nuits j'ai l'impression d'avoir vécu deux semaines.
"Une" vraie vie quoi.
Billets pour le Cap d'Agde en août pris hier, à suivre.



10 commentaires:

  1. Une vrai vie???
    Mon pauvre, au moment de ta mort, qu'elle soit lié a ce mode de vie ou pas, tu te rendras compte que tu t'es trompé...
    En plus tu es quand même super prétentieux de dire que c'est ça la "vrai" vie...
    Bref, cours faire des tests, c'est le sidaction... et revient pleurer ensuite...
    Tu devrais te relire parfois... on dirait vraiment que tu as un cerveaux d'huitre et la memoire plus courte que ta queue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ?
      Alors c'est quoi la vraie vie si c'est pas danser et baiser ? Dis-moi stp parce que t'as l'air vachement au courant

      Supprimer
  2. La vrai vie d'un Humain, c'est d'être humain.
    D'avoir des rapports humains avec d'autres humains. Pas juste des rapports de bêtes, de bonobos.
    C'est nouer (et en être donc capable) des liens d'echange, d'affection, de passions partagés, de culture, avec les gens qu'on rencontre.C'est construire humainement quelquechose, s'endormir le soir en se disant qu'on est moins bête car on s'est enrichi de ce que les autres nous apportent (autre que le sperme), qu'on est moins seul car on a échanger avec de nouvelles personnes.
    C'est aussi construire quelquechose professionnellement. C'est passer du bon temps avec ses amis sans avoir besoin d'une substance psychotrope, que ce soit alcool ou autre. C'est se faire des souvenirs dont on n'aura pas a rougir un jour, c'est donner autant qu'on prends (et je ne parle encore une foi pas que de sperme). C'est faire l'amour autant qu'on le veut et qu'on en a besoin et pas juste purger un surplus de sperme dans l'assouvissement d'une névrose mal assumé (de soit ou de son partenaire). C'est Savoir qu'avant de danser toute la nuit juste pour partager , sans obsession d'un égo a satisfaire donc,on peut aussi etre a plusieurs autour d'une table et juste rire sans avoir non plus besoin de psychotropes, c'est aussi être juste calme mais bien avec d'autres car on sait qu'humainement on n'est pas seul.
    Vivre c'est faire les choses humainement, pas juste pour soit mais aussi avec les autres profondément. C'est savoir échanger autrement qu'en superficie, c'est faire de chaque jour un enrichissement a tout niveau par rapport au jour d'avant. Vivre c'est comprendre que le vrai bonheur c'est d'être heureux aussi d'en apporter aux autres. C'est aussi simplement vivre sans se mentir, sans jouer un rôle, être content des petits bonheurs quotidien comme faire les courses et trouver son gateau favoris en promo ,sans avoir a se mentir sur ses craintes profonde de maladies et autres...
    Bref, tant de choses dont j'ai l'impression que sincérement elles te dépassent...
    Et réponds encore une de tes tirades pseudo indigné si tu veux, tente encore de jouer les cassants (tu essaies dure mais le resultat n'est pas toujours là, car pour répondre juste il faut du fond ) , le fait est que te lire ces derniers temps a vraiment dénoté une grande instabilité, on se croirait sur des montagnes russe et c'est toujours la paresse d'esprit qui l'emporte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que là je m'incline devant la hauteur d'esprit ! Woaw quand même.

      Moi quoi qui n'ai pas d'amis mais que des réguliers, moi qui ne fais jamais de dîner entre amis qui ne se terminent pas en partouze, ne fréquente pas de filles car je n'aurais rien à en tirer, moi qui ne ressent de toute façon jamais d'affection pour quiconque, qui fuit toute idée du culture comme la peste, refuse sans cesse d'apprendre quoique ce soit de n'importe qui, qui ne fous jamais les pieds dans un musée, n'ai pas fait d'études et surtout pas pris de plaisir à en faire, n'ai jamais travaillé, passe mes journées à rien foutre si ce n'est à chercher où je pourrais encore trouver de la drogue ou de l'alcool, ou des putes, tiens. Moi qui ne fait jamais mes courses et déteste forcément ça, moi dont le seul loisir est le sexe, bref, moi qui n'ai comme monnaie d'échange que le sperme dans tous mes rapports humains et pour toutes mes transactions, j'aurais enfin peut-être trouvé la voie, et découvert grâce à ton commentaire qu'il n'y aurait, paraît-il, pas que le sexe et la fête dans la vie. Noooon ?

      Et si je me mets à faire tout ce que tu as dit (et que je fais déjà j'avoue), ce sera forcément incompatible avec danser et baiser le reste du temps ?

      Supprimer
  3. C est au moins une vraie vie par rapport à ceux qui passent le plus clair de leur temps libre devant la teloche ou sur fb, à éjaculer la plupart du temps avec leur ordi devant des films et non avec des être humains, ceux qui sont sortis 3 fois de leur province, qui se couchent à 22h pour pas etre fatigués pour aller bosser, ou qui courent après un des 4 ex qu'ils ont eu dans leur vie et sur qui ils n arrivent pas à faire une croix...
    La libido est naturelle et non une névrose.
    Barrer le sexe d'un trait de plume au nom du reste (dont soit disant il priverait), c'est ça, "vivre en se mentant".
    Enfermer ses pulsions et ses fantasmes dans un placard plutot que d'y faire face... Resultat: un gars qui donne une leçon de vie professorale on traitant l'autre de "prétentieux"... un comble! Le tout assorti d'invectives (cerveau d huitre et le reste): bref, une agressivité gratuite signe d'une evidente frustration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'osais pas l'écrire, mais tu l'as fait ))

      Supprimer
    2. Relire ces commentaires un an et demi après, et constater les ravages des cultures, des religions surtout, et cette immortelle haine du corps.

      Supprimer
  4. Et aussi, respect pour les bonobos !

    RépondreSupprimer
  5. bah ça vole pas bien haut tout ça quand même....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah c'est une boîte et un sauna quoi...
      tu veux que je te raconte mon après-midi au musée ?

      Supprimer