lundi 11 février 2013

Les chassés croisés du week end

étaient plutôt fun. Je faisais une grosse soirée chez moi vendredi soir où j'invitais un peu tout le monde. Le mec du soir c'était Jean-Baptiste, qui bloque sur moi (et vient de me proposer un dîner jeudi soir, c'est à dire le jour de la Saint-Valentin, carrément!) et que je comptais exhiber toute la soirée. Seulement il avait plutôt décidé de papillonner... J'ai donc bien fait de me prévoir un mec de rechange au cas où.

Clément était là aussi, pour la première fois. Il avait la gentillesse de m'inviter à la fête qu'il faisait le lendemain chez lui, et j'en étais honoré. Clément c'est le mec sur lequel je tripais au Cap d'Agde l'été dernier mais qui ne voulait pas de moi.

Et sur lequel je bloque.

On me dira c'est normal : tu bloques justement parce qu'il ne veut pas de toi. C'est possible, très possible même. En plus Clément se détruit. Par l'alcool. Je l'aime encore plus. Ce mec au visage parfait et à la peau d'une clarté virginale est dans l'autodestruction plusieurs fois par semaine. Au Bataclan samedi soir, après sa soirée, il continuait en commandant 6 vodka-redbull (54€ quand même).
Alors j'en prends soin, je lui propose de dormir chez moi pour ne pas le laisser rentrer seul, et cela sans aucune arrière pensée. Non seulement je ramène un autre mec de la boîte, mais sincèrement j'ai laissé tomber l'idée de coucher avec lui, je pense même qu'il a raison, ce serait nul. Le voir danser, me sourire, devenir ivre au fil des heures puis s'accrocher à moi pour ne pas tomber, m'accorder de plus en plus de confiance, demander à me revoir, pourrait me combler.

Ce mec qui s'est refusé à moi cet été me fait me sentir valorisé à présent, sans pour autant être revenu sur sa décision initiale.

Mais je prenais grand soin de montrer à Clément que je n'avais pas besoin de lui. Vendredi, proche au début de Jean-Baptise avant de me rabattre sur Dylan devant ses yeux , un acteur porno venu à ma soirée, et terminant la nuit avec lui alors que Clément dormait au salon; puis samedi, partant de la boite au bras de Nicolas et en le laissant seul sans espoir de trouver de mec (après 6 vodka-redbull faut pas rêver). 
Lui montrer que je me remettais très bien de son râteau estival. Alors que non, je cours après le moindre signe qu'il pourrait m'adresser.

Pourtant à ma soirée de vendredi les couples se formaient, sans pour autant virer à la partouze. Mon ami Ben (que j'ai vraiment l'impression de pousser au vice) poussait la porte de la chambre avec son pied pour y baiser Xavier, un autre de mes plan du Cap d'Agde, et Adrien, le seul hétéro présent, dépucelait ma voisine de palier de dix-neuf ans à peine. (le secret d'une soirée réussie : Exiger que chacun apporte une bouteille d'alcool fort).

Au milieu de tout ça Clément divaguait, ses yeux délavés dans le vide, effondré dans mon canapé quand les invités finissaient de partir.
Lui porter une couverture et éteindre la lumière sur lui.
Inaccessible.




2 commentaires:

  1. C'est une idée ou toi et tes potes passez votre temps à baiser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu regardes, sur le 19 invités de ma fête, 5 d'entre nous ont fini par baiser (on compte pas ma voisine de palier, elle passait là par hasard), on est loin de la partouze...

      Mais j'avoue j'ai tout fait pour que ça se marie. De l'alcool fort exigé à l'entrée au lit mis en évidence, avec des réflexions comme "-vous gênez pas de toute façon je dois changer les draps"

      Et pour répondre directement à ta question, oui on passe notre temps à baiser.

      Supprimer