vendredi 22 février 2013

La cabine en verre

que j'avais remarquée dès mon arrivée était toujours vide. Seul Cyprien y avait traîné de force un minet vers vingt trois heures et s'était fait baiser devant tout le sauna qui matait à travers les vitres.
C'était notre dernière soirée aux Pays-Bas, ce samedi soir. Même si on avait déjà bien donné la veille, Cyprien n'avait organisé ce séjour que pour cette party bimestrielle "Wild & Wet love foam edition" dans ce sauna Steamworks à Arnhem.

Je n'avais peut-être jamais vu telle concentration de beaux mecs dans un sauna. Ils viennent d'Allemagne, de Belgique, exprès pour cette soirée célébrissime. Une surface gigantesque, une piscine, l'espace central rempli de mousse, un DJ surdoué, du bon son, des lasers, une ambiance lumineuse savamment étudiée... ça mate, ça danse et ça baise jusqu'à six heures du matin.

source:  http://www.sbsarchitectuur.nl/steamworks.html


Certes j'avais envie de baiser mais je n'avais comme objectif que cette cabine en verre, dans laquelle je m'imaginais m'exhiber avec un partenaire doué. Elle était là, au centre du troisième étage, au milieu du passage (photo introuvable sur le net), suréclairée par rapport au reste de la surface. Elle n'attendait que mon désir de me surpasser.

On avait l'embarras du choix ce samedi en matière de mecs, et si je commençais à faire du sexe avec un garçon, au moment de lui proposer de continuer dans la cabine en verre, il déclinait sans recours possible.
À ces quatre garçons, les uns après les autres, je leur ai dit en substance : 

"- C'est la cabine en verre ou rien." 

Suite à quoi ils s'en allaient chercher quelqu'un d'autre. Beaucoup étaient des locaux et avaient peur d'être vus par leur pote. Et moi, je me surprends de leurs peurs alors que je nourrissais les mêmes il y a encore quelques mois, alors qu'il était inimaginable pour moi de faire l'amour sous les yeux d'un tiers. En peu de temps, celà m'a paru naturel. Peut-être à terme n'aurai-je de relation extra-conjugales que pour des trips exhib de la sorte... tant la simple idée de faire du sexe avec un inconnu dans une cabine opaque m'a paru fade ce week end.

Baiser dans la cabine en verre me paraissait si naturel samedi soir que je préférais me priver de sexe pour rester disponible pour celui qui accepterait enfin de m'accompagner dans "l'aquarium", comme ils l'appellent là bas.

C'est arrivé à la fin de la soirée, vers cinq heures, alors que j'estimais le combat perdu. 

Je l'ai proposé à un grand local, blond, néerlandais comme on peut se l'imaginer, avec un accessoire qui apporte un petit plus (une casquette sur le côté) avec lequel je m'adonnais aux préliminaires dans un couloir depuis un bon quart d'heure devant ceux qui passaient. Il a tout de suite accepté, naturellement, comme si je lui proposais une cabine normale. Le show fut grand, il gardait sa casquette quelles qu'aient été les positions, il embrassait sans cesse, pincant ma lèvre inférieur dans les siennes, suait à grosses gouttes (effet aquarium oblige). Nous multiplions les positions et les angles de vue à offrir à notre public, assis sur lui j'exagerais mouvements de la taille et prenait appui sur la vitre, basculais la tête en arrière.
Les garçons qui avaient refusé de m'accompagner passaient parfois devant les vitres, et certains d'entre eux m'adressaient clins d'oeil ou pouces dressés, visiblement pas vexés que j'ai pu enfin trouver un compagnon de jeu à ma démesure du moment.
Je prenais vraiment mon pied. Couché sur le dos il continuait à m'embrasser en accélérant les mouvements de va-et-vient, laissait échapper des râles qui répondaient aux miens. Le public s'amassait, je jetais un oeil discret par moment et reconnaissais certains garçons qui n'avaient pas voulu de moi se toucher en nous regardant.
Cambré, je ne faisais toucher le sol que par mes épaules et reins, puis ramenait ma jambe droite sur le sol pour faire profiter les mateurs de mon éjaculation finale. 
Essayé d’éjaculer sur la vitre, sans être parvenu à l'atteindre. Show (presque) complet.

Le deuxième effet kiss cool de l'exhib est là, juste après, lorsqu'on profite de l'effet "échantillon". Ceux qui vous ont vu baiser, donner tout ce que vous aviez, en veulent aussi leur part, et quels qu'aient été leur rapports avec toi auparavant, leur comportement change. Certains te regardent avec respect, d'autres font mine de t'ignorer, et les derniers te suivent partout, même à la douche. 
Ce fut le cas ici d'un couple de français qui s'étaient mis à baiser en plein couloir en me regardant, juste après ma douche, et à un métisse qui m'avait refusé la cabine de verre en début de soirée.

On a finit tous les quatre dans une cabine dont on ne ferma même pas la porte (comme quoi la pudeur de certains...), alors que je m’étonnais de trouver les forces de rebander convenablement seulement cinq minutes après la longue cession de la cage en verre. Normal : tout est dans la situation. Enchaîner un corps à corps hyper chaud en public avec un plan à quatre improvisé en deux minutes, il y a de quoi se remotiver, à cinq minutes seulement de la fermeture du sauna.

Lancés comme ça on se nourrit de son propre appétit, on se surprend soit même, on ne se connait plus de limite, et on part au quart de tour au moindre regard dans un couloir.

Le sauna fermant ses portes, on regagnait avec Cyprien notre hôtel près de la gare. Il ma parlait des prochaines soirées prévues dans ce sauna, et notamment le concept de celle du 14 septembre prochain : 
Tous nus ou en serviette, on se prend à l'entrée des gros coups de peintures phosphorescentes multicolores le long du corps, et on nous lâche dans le sauna plongé dans la lumière noire. C'est pas du concept ça ?

Je réservais déjà ma soirée, et en nous racontant mutuellement notre nuit passée et nos dernières rondes pour trouver d'ultimes partenaires de jeu, il me lâcha cette phrase très cypriennesque qui résumait bien la chasse inépuisée de cette fin de soirée :

"- Ah ça, on a bien raclé."





4 commentaires:

  1. On peut pas dire que t'y soit allé pour rien ^^
    Ceci dit j'ai toujours trouvé curieuse cette recherche constante de nouveaux partenaires ...

    RépondreSupprimer
  2. Comme quoi la majorité des gens dans sa médiocrité, est jalouse des belles choses toutes neuves du voisin mais n'a d'autre aspiration que d'utiliser des choses usagés ,déjà passés entre milles mains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je dis que les règles dans la vente s'appliquent dans la drague... On a beaucoup plus confiance dans un produit qui a déjà été testé et approuvé.

      Supprimer