samedi 19 janvier 2013

"j't'avais dit de te préparer"

me disait-il en s'activant sur moi. Ruddy à été d'une endurance à toute épreuve, infatiguable, et je n'en voyais plus le bout. Je m'attendais de toute façon à une rencontre un peu hors du commun...

Avec ses cheveux tressés comme Snoop Dog époque "What's my name", ses piercings alignés sous les lèvres, et ses yeux explosés par les pétards, son bon côté racaillou fait de lui l'Antillais le plus original que j'ai rencontré cette semaine.

Pourtant, arrivé chez lui aux Abymes, et après quelques bavardages il me montre la vidéo de son job. Il est transformiste. Au carnaval comme dans les fêtes, il devient ce genre de mec black qui se métamorphose en Beyonce hyper manièrée, se déhanchant plus qu'elle encore.

Son corps l'aide : ses longs cils et sa taille marquée sur des abdos fins très dessinés, son petit cul très rond légèrement surdimensionné monté sur des jambes interminables toutes féminines, il était le passif par excellence. 

Erreur encore une fois ! Il me balançait en fond un film de cul assez violent où des blacks surmembrés se défoncaient sans ménagement les uns les autres, puis il passait à l'acte à son tour, avec une inspiration évidente. C'est quand je me suis allongé sur lui tout en l'embrassant et en enlevant le bas qu'il m'a prévenu qu'il fallait que je me prépare.

Mais tout à coup son mobile sonne. Il regarde, doit répondre. Il me fait signe de ne pas faire de bruit. Au bout du fil un mec qu'il a laissé le matin même en Martinique. Encore dressé, il s'avance pour me faire comprendre de le sucer. Il Continue à parler, et je comprends que le mec à qui il parle est une sorte de petit copain...

Ruddy dit qu'il lui manque, qu'il pense à lui, qu'il a pleuré dans l'avion qui le ramenait en Guadeloupe, et j'en passe. Simultanément il entame des mouvements de va et vient, et je me dis que ce serait cool qu'il fasse l'amour avec son copain au téléphone pendant qu'on continue.

Leur conversation restera malheureusement plutôt soft, mais truffée de doubles lectures, notamment quand il lui demandera ce qu'il a mangé ce soir  là :
"- des petits pois et des carottes ? (silence) Hmmm... c'est bon ça" lui disait-il en me regardant à l'oeuvre.

Deux jours ont passé, j'ai rencontré un autre guadeloupéen depuis, mais je me dis que Ruddy est le genre de mec que je perds à avoir rencontré si tard. C'est le genre de type insituable et joueur, dont l'inspiration pourrait nourrir bien des nuits...
 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire