dimanche 16 décembre 2012

Il était hors de question de faire quoi que ce soit

avec lui quand je l'ai croisé.
C'était cet été au mois d’août, il y a plus de quatre mois. Nous étions au Cap d'Agde pour nos vacances dites "échangistes", la fin d'après-midi approchait et j'errais dans les dunes en quête d'un partenaire. 

Quelques minutes avant de rencontrer celui avec lequel je m’exhiberai finalement, je voyais au loin, à peu près à une cinquantaine de mètres, un mec mince, visiblement métisse, et très bien monté. Après trente minutes à tourner, je pensais enfin avoir trouvé celui qu'il me fallait. En marchant la cinquantaine de mètres qui me séparait de lui je sentais l’excitation monter. 
Dans ces cas là j'essaie de la contenir pour ne pas trop me taper l'affiche, en pensant à un truc pas sexy du tout, par exemple un match de foot ou un entretien avec mes anciens patrons.

Or, en arrivant devant lui, je me rends compte qu'il s'agit d'un sexagénaire, et qu'il n'était pas métisse du tout (il était plus cramé par le soleil). J'ai eu un peu l'air d'un con : J'avais commencé à bander légèrement et là où il était placé il était évident que j'étais venu dans sa direction et qu'on pouvait croire que j'étais vraiment intéressé.

Je ne peux pas lui en vouloir de s'être approché alors que j'essayais de l'éviter discrètement. Il était normal aussi qu'il m'adresse la parole pour me demander directement si je voulais faire un truc avec lui, là maintenant. Il était face à moi, souriait. Il était très ridé, encore plus mince que quand je l'avais vu de loin, et son sexe pendant paraissait plus gros encore. 
J'ai donc décliné dans un sourire, sûrement gêné. Est-ce que je dois lui en vouloir d'avoir insisté en saisissant mon sexe avec sa main un bref instant ? je ne sais pas, mais en tout cas le temps que je marque un pas de recul pour que sa main arrive à l'extrémité de mon sexe et le lâche, j'ai eu un gros afflux d'hormones qui m'a rendu instantanément dur. J'avais encore plus bien l'air d'un con en partant tout en disant que j'étais pas dans mon jour, alors que tout le monde pouvait me voir au milieu des dunes, nu avec ma serviette sur l'épaule, dressé en totale érection.

Le vieux mec m'a regardé partir en souriant, et a vite tourné la tête pour se mettre en chasse d'un nouveau jeune mec. 

J'ai donc trouvé plus tard l'Australien avec lequel je m'étais livré au grand show public de mes vacances. Aucun regret donc, et le vieux type serait vite oublié.


Seulement voilà, ça fait quatre moi que je repense sans cesse à ces quelques fractions de secondes de sexe et que je regrette de ne pas être allé plus loin avec lui. Ça aurait donné une scène un peu alternative, à côté de mes potes qui ne chassent que des petits jeunes. 
Et je me serais alors senti l'acteur de ce genre de BD où des vieux chauffent à mort des petits jeunes récalcitrants, et finissent par les sauter lorsque ceux çi n'en peuvent plus.







Le show que nous aurions donné ce jour là aurait été bien plus original que celui auquel je me suis adonné, et je suis certain qu'il aurait été encore plus excitant pour nos spectateurs. Et pour moi, sans doute.
Pour mes potes présents surement pas, ils auraient pu tomber sur nous, et j'aurais pu être la risée du groupe jusqu'à la fin des vacances...

Que voulez-vous, il est des fantasmes qu'il faut accepter de vouloir vivre.



6 commentaires:

  1. de mon coté; il m'est arivé de coucher avec de mecs de plus de 40 ans, voire 50 ou 60. A partir du moment ou le mec est sexy et bien physiquement, l'age n'a pas trop d'importance. J'aime beaucoup les mecs matures moi, et très peu les jeunes de moins de 28 ans… les gouts et les couleurs.

    biz
    Fareed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là il ne s'agit même pas de goût, car il n'était pas particulièrement bien conservé. Il s'agit davantage de fantasme, mais de quel ordre ? et qui cache quoi ? Ça je n'en sais rien

      Supprimer
    2. Se montrer qu'on suscite de l'envie et du désir et qu'on a donc un certain pouvoir sur une image d'un pére mal aimant peut être... Enfin j'dis ça...

      Supprimer
  2. Et si un fantasme était fait pour rester un fantasme? Si le réaliser n'apportait rien sauf une déception au mieux? C'est plus puissant ainsi, comme un érotisme suggéré plutôt que de la pornographie d'emblée. Sinon si c'est réalisé ce n'est plus un fantasme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grosse question : Faut-il réaliser ses fantasmes ?
      Ne pas le faire est peut-être plus puissant mais surtout plus frustrant..

      Supprimer