mardi 27 novembre 2012

Facebook est un bon plan,

et je n'aurai jamais assez de louanges pour vanter ses mérites lors des lendemains des soirées.

Pourtant je revenais de loin ce week end après ma soirée de vendredi soir chez Stan qui s'annonçait sympa en rencontre mais se révélait riche en frustration.

Suite à la soirée je retrouvais sur facebook un de ses participants, assez bourgeois, très intelligent, peut-être trop pour que j'espère qu'il s'intéresse à moi, ancien élève du lycée Henri IV, beau avec ses yeux bleus et ses taches de rousseur. Vu de dos, ses formes excitantes tranchaient véritablement avec cette esthétique exquise et asexuelle.

Il était parti assez tôt de la soirée, mais a accepté immédiatement ma demande d'amitié sur facebook le lendemain. Passons. Il like dans la foulée une photo de moi en maillot de bain sur la plage. Ah bon ? Je like une photo de lui en tenue de sport dans un délai de cinq minutes. Han han... A 19h49 il m'envoie un message : (lui est en noir, moi en bleu)



On discute quelques minutes, je ne sais pas trop quoi penser et comment lui montrer davantage mon intérêt sans pour autant lui faire penser que je suis un garçon sérieux. On en vient à parler de nos amis communs sur facebook, et on évoque Johnny, un pote de mon ex que je ne fréquente plus. Il me dit qu'il n'a pas couché avec lui, et alors que je suis en train d'en faire de même :



J'ai mis un peu de temps à saisir la proposition contenue dans sa phrase "ok je suis pas un pote de Lubin", puis j'ai eu un frisson en comprenant.
Si je fais tout ça, si j'aime la nouveauté plutôt que les réguliers, c'est pour cet instant de frisson, où on sait qu'on est désiré, où on sait que ça va se passer. J'entre alors dans un monde qui est plus grand que moi.

Je repense alors à ce que m'avait dit Patrice, un pote. Il se sert peu des sites et applications de drague, mais fait un usage immodéré de la fonction poke de facebook, vers des bombasses qui ne sont pas dans ses amis (et que pour la plupart il n'a même jamais croisés). 

Fonction que je vais apprendre à manier, tant les rencontres qu'elle offre comporte des saveurs d'approche bien plus exquises -et bien plus excitantes- que celles de grindr...




2 commentaires:

  1. En relisant tes posts, je me suis dit "il cherche un chéri" vu les stratagèmes élaborés pour essayer de draguer et de plaire. Or que nenni ! j'ai l'impression que tu as un manque de confiance et tu te lances des défis pour attirer un mec afin de tester ton pouvoir de séduction.

    En tout cas, je suis plutot admiratif de ton coté dragueur en réel et non sur les sites ou applications. Moi je ne drague pas en réel de peur de me taper un rateau. C'est plus facile sur les sites mais bon on tombe sur tout et n'importe quoi. Alors que la drague en live apporte cette sensation d'excitation.

    biz
    fareed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté dragueur en réel j'ai d'énormes progrès à faire, parce que c'est loin d'être encore ça. Mais tu as raison, la dose d'excitation est tellement supérieure à celle des sites, que ça vaut la peine de se forcer.

      Supprimer