vendredi 16 novembre 2012

C'était un peu la journée lose

pour ce dernier jour à Nice. Certes un métisse Londonnien m'avait chauffé au sauna Les Bains-Douches dans la salle vidéo en tripotant sa grosse bite devant moi, et nous nous étions mis à nous sucer devant tout le monde sur ces coussins. (oui j'ai moins de mal à faire ce genre de trucs depuis cet été)
Lui gémissait quand je le suçais, ça se branlait tout autour. Visiblement il ne voulait pas aller dans un endroit plus discret et aller plus loin... plus profondément dirons-nous. 
Nous nous étions donc arrêtés là, et je suis allé prendre une douche. Il a immédiatement enchaîné les mecs par la suite, toujours en public, alors que je n'ai retrouvé personne de l'après-midi...

En vérité il avait essayé de me faire éjaculer devant tout le monde alors qu'il faisait tout pour que ça ne lui arrive pas.
Ah ces mecs qui se retiennent d'éjaculer pour maximiser les partenaires durant leur après-midi... 
En règle générale j'essaie d'être dans le ton du partenaire, jouir n'est pas systématique, mais si l'osmose est présente pourquoi s'en priver et s'économiser ? Le reste de l'après-midi n'est pas perdue pour autant, dans un sauna, l'excitation revient relativement vite.

Retour à l'hôtel pour me préparer. Un rendez-vous de longue date (mauvais signe) était prévu pour minuit.

Un sex addict niçois avec lequel je discutais depuis quelques semaines me plantait lamentablement, à mon avis à cause d'une après-midi déjà riche en sexe. Pourtant étaient prévus nombre de trips qui auraient du nous occuper une bonne partie de la nuit.
Et me voilà avec ma soirée devant moi, seul dans mon hôtel tout près de la place Garibaldi.

C'est un peu par hasard sur une appli que j'ai découvert ce mec dont on ne voyait pas le visage. Il s'était pris en photo en serviette dans sa salle de bain, et la buée sur le miroir masquait son visage. Il affichait 25 ans (27 en réalité, de son propre aveu), actif, n'était pas vraiment ce qu'on pourrait appeler mince, il était maigre : 187 cm pour 63 kg. Pourtant il avait un corps très bien proportionné, des épaules carrées, et on devinait difficilement à travers la buée un visage tout aussi mince.


ne jamais préjuger d'un mec qui ne montre pas son visage

Ça s'est fait assez rapidement, je demandais une photo de visage, il me montrait une tête plutôt à mon goût mais de laquelle je ne savais pas trop quoi penser : j'avais énormément de mal à imaginer à quoi il ressemblait en vrai. Il était vingt trois heures, je me suis dit "je sais pas", je lui demande s'il est bien monté (ça peut faire la différence s'il plait moyennement en réel), il répond "pas trop mal", j'ai dis ok, il habitait non loin de l'hôtel, cinq minutes plus tard je suis descendu, il attendait devant l'entrée.

Un garçon magnifique.
Irréel de beauté. 

Vous voyez les mannequins défilant pour Lagerfeld ? Bah tout pareil.
Pas photogénique du tout, mais d'une beauté naturelle à couper le souffle. 

Frisson. 

De plus, ce qu'il avait appelé "pas trop mal" pour son sexe dépassait allègrement les vingt centimètres. Quelques minutes plus tard, à la vision de ce garçon nu aussi mince avec un sexe aussi large et long, je me disais que la nature faisait vraiment des merveilles.
A y réfléchir, sans doute la plus belle bombasses qu'il m'est arrivé d’obtenir.

Garçon modeste, souriant, connaissant ses atouts (certes difficiles à ignorer) mais avec peu "d'amour propre" comme il dit. Phil est un garçon qui souffre énormément des quelques râteaux qu'il lui arrive d'essuyer, et se focalise sur leurs causes supposées.
Il se voit trop maigre, ne montre pas son visage sur les sites car ses collègues y traînent, ne fait jamais le premier pas de peur d'être refoulé, a eu une fois une réflexion sur sa queue d'un mec qui voulait du ttbm puis l'avait remballé, et depuis n'ose plus dire qu'il est bien monté, et pour finir foire nombre de ses plans : il est habitué aux mecs qui n'arrivent pas à bander, et ne comprend pas pourquoi.


"- La cause est pourtant évidente" lui disais-je : trop beau. J'ai d'ailleurs eu peur de bloquer et de ne pouvoir passer outre sa beauté, il m'a fallu me concentrer sur d'autres parties de son corps... Si sa photo avait été plus fidèle, j'aurais stressé. Un max. S'il l'avait affichée sur son profil je ne serais probablement même pas allé lui parler.
Les mecs trop beaux m'intéressent peu, et je me rends compte que je suis loin d'être le seul dans ce cas :


J'ai souvent l'impression d'être laid dans leurs bras, de passer après mille autres beaucoup plus beaux que moi, et cette sensation est loin d'être agréable. 
Résultat, pour compenser, on s'applique trois fois plus pour se rendre inoubliable, et on donne tout ce qu'on a. C'est valable pour moi quand je couche avec des trophées de chasse comme lui, et c'est valable pour les moins beaux que moi, lorsque je couche avec eux.

Et alors que je n'éprouve pas énormément de plaisir avec les tops models, sa simplicité et son regard sur moi m'ont rassuré.
Inespéré : il me relance par sms depuis pour savoir quand je compte redescendre sur Nice. Très tentant.


Se faire courir après par un trophée de chasse n'a décidément pas de prix. 
Il m'a remercié par sms d'avoir rehaussé son amour propre, si je me laissais aller je pourrais lui écrire que je lui suis reconnaissant pour la même raison.





15 commentaires:

  1. C'est beau cette histoire...et super triste à la foi...Ca sent la détresse des deux cotés..
    Vous voyez pas que vous vous faites du mal en pensant que c'est en cumulant les plans que vous vous sentirez mieux?
    Ce mec, il n'a sans doute pas d'amis pour penser ainsi... car des amis vrai lui diraient clairement où sont les problèmes et il cesserait ses plans à la chaine...en comprenant que le probléme c'est pas lui.
    Puis bon, des plans tt le monde en fait même les gros thons qui se pensent BG... ça prouve pas que t'es mieux ou autre...c'est pour ça que personne se sent jamais mieux sur le long terme aprés des plans.Au fond tu sais, comme les mecs avec qui tu baises que t'es pas plus beau ou mieux dans ta peau grace à une giclé en toi...tu restes le même.
    Ce qui rassure c'est la vrai conquéte... être désiré pour ce qu'on est dedans... et ça c'est un défis... mais au final c'est le seul truc qui fait du bien .Le reste, c'est risqué niveau santé et niveau psy aussi...
    Tu connais toi des mecs qui sont heureux au fond d'eux même et continuent pourtant de cumuler les baises n'importe quand avec n'importe qui?

    RépondreSupprimer
  2. L'histoire est jolie. Et me rappelle plein d'endroits connus. Nice, Garibaldi, l'hôtel Kyriad, les Bains-douche... Nice a été LA ville de la débauche pour moi, la ville où comme dit Marco je faisais ça parce que je n'étais pas bien du tout et que j'avais besoin de me "salir", de me perdre dans la multiplication de plans que je ne désirais même pas.
    A la lecture de ce blog je ne pense pas que ce soit le cas de Quentin.
    Au contraire, il est très lucide et a beaucoup de recul sur lui et ce qu'il fait (sans doute ce blog l'y aide-t-il) et il semble ne vouloir être guidé que par le Plaisir. Une quête sans fin...
    AmicalementVotre;)



    RépondreSupprimer
  3. Comme c'est... touchant. C'est fou parce-que certains de tes messages me semblent tellement familiers que je me demande si nous ne sommes pas amenés à ressentir parfois les mêmes choses.
    Combien de plans ou de rencontres j'ai annulé également par peur d'être tout simplement, trop moche, ou trop mince, ou pas assez "bien monté". Je me reconnais dans les deux cas qui finalement se rejoignent. Ce garçon à mon avis devait être d'un charme déroutant, aussi sensible que généreux. Ces garçons là sont rares.
    Enfin bref, tout ça pour dire que ce message m'a particulièrement touché, plu et surtout parlé. :)

    LP

    RépondreSupprimer
  4. @Marco : Comme tu peux lire il n'est question sur le blog que de vie sexuelle, la vie sentimentale existe par ailleurs, elle est bien réelle, même si elle reste difficilement compatible c'est vrai.
    Si je parle toujours de sexe, c'est que je trouve impudique de parle d'amour. (bon la phrase n'est pas de moi, mais de Woody Allen). Et à ta dernière phrase "Tu connais toi des mecs qui sont heureux au fond d'eux même et continuent pourtant de cumuler les baises n'importe quand avec n'importe qui?", j'ai eu envie de répondre : moi. Même si je viens de loin.

    @"Anonyme" : Ce blog m'y aide c'est vrai. C'est aussi parce que j'ai peu de mémoire, et que je pense que le souvenir de toutes ces expériences vécues m'apaiseront la vieillesse venue.

    @Lucas : à mon avis nous sommes loin d'être les seuls à ressentir ça.
    PS: Bonne chance pour ton blog ;)

    RépondreSupprimer
  5. un bel article qui m'a rappelé des souvenirs de plans semblables. Bravo

    RépondreSupprimer
  6. Ah t es sérieux t es heureux ? Bon ben tant mieux mais tes propos transpire la tristesse, aucune sémantique autour de la joie le bien être le bonheur la légèreté la douceur l'affection, un peu d humour de temps en temps mais ça se marre pas franchement le gueule enfin so far... J aime d ailleurs quand c est sombre et triste du coup ch ui un peu déçu...Donc on peut être heureux en baisant à tout va...moi qui suis malheureux en étant super sage faudrait que je pense à changer mon fusil d épaule. Faut dire que tu as le
    le cul bordé de nouilles à peine un plan te plante que tu tombes sur mieux, j imagine que c est la liberté des blogers aussi on vous demande d être passionnant par forcément exacte. Sinon je te fais une pub folle en mettant partout sur les réseaux sociaux "tu connais Quentin Mallet 😀". Thomas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis heureux, ça dépend des périodes comme tout le monde et des épreuves traversées, mais en général ça va. L'impression de tristesse vient peut-être du fait que j'analyse en longueur tous les questionnements par rapport a la séduction et aux hommes, et du fait que je ne parle ici de mes expériences qui sortent du commun, en passant sous silence toutes les autres qui me rendent simplement épanoui..
      Merci pour la pub en tout cas ^^

      Supprimer
  7. Ahah M. Mallet le bloger qui poste la
    Moindre onomatopée de ses lecteurs. Test: un jour j avais fin je suis passé devant une boulangerie et j me suis tapé un pain au chocolat poils aux bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai dit je n'efface aucun commentaire. Si tu ne veux pas qu'ils soient publiés faut pas les écrire... ^^

      Supprimer
  8. Comme je descendais des fleuves impassibles je ne me senti plus guidé pas les haleurs des peaux rouges les avaient pris pour cible les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.
    De mémoire c ptet pas exacte
    Sinon c est écrit ou cette règle ? Hum ? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://quentinmallet.blogspot.fr/2013/03/il-me-faut-moderer-les-commentaires.html
      Sinon, merci pour ce moment de poésie.

      Supprimer
  9. Sinon si tu kiffes les comments tu devrais être le premier bloger au monde à accepter des commentaires audio (10''). Y a bien un geek bontonneux pour te trouver un algorithme. T imagines en plus de la presse que ça ferait les centaines de milliards de lecteurs à travers la galaxie? Sérieux entendre une réaction (courte) du lecteur je kifferais. Bon courage pour l algorithme. ( je viens encore de balancer une idée de start up à 400 millions d euros mais bon j ai la flemme de toute façon je retourne me coucher pour bien savourer ma déprime de la journée).Thomas

    RépondreSupprimer