jeudi 29 novembre 2012

Bon on oublie

le mec repêché in extremis sur facebook de la soirée de vendredi dernier.
Il va falloir sérieusement que je me décide à appliquer les règles qui ont déjà fait leurs preuves. A force je vais devenir expert dans l'art de répéter mes erreurs.

Il était convenu que je rencontre ce mec, Mathias, dans un bar à Denfert-Rochereau lundi soir. Alors oui ça a été sympa, on a pas mal discuté, c'était intéressant, mais ça en est resté là. Au revoir, au revoir, il prend son bus et terminé. 

Est ce que je ne lui ai finalement pas plu (alors qu'on avait pourtant passé plusieurs heures ensemble à la soirée de vendredi soir) ? Est ce qu'il cherche du sérieux et a senti que j'étais plutôt du genre à vouloir m'amuser ? Peut-être ne couche t-il pas le premier soir ? Avais-je un bout de salade coincé sur une dent ?
Je ne saurai jamais.
Si je l'avais interrogé sur ses intentions et avais obtenu une réponse claire suite à son allusion sexuelle, je ne serais pas sous l'emprise du doute actuellement.

Ne plus hésiter à clarifier la situation d'avance, et à évoquer concrètement le côté pratique, quitte à briser un peu le charme.

La semaine dernière c'était à peu près pareil avec Jean-Michel, ce black de Agen que je m'étais tapé sur la plage du Cap d'Agde, et qui était de passage sur Paris la semaine dernière, comme je le racontais. J'aurais du m'assurer qu'on aurait un endroit où aller s'enfermer, au lieu de traîner dans Paris en faisant semblant de se voir entre potes.
Il faut dire qu'il n'y a pas mis du sien : je l'avais prévenu que je ne pourrai pas le recevoir chez moi, et au lieu de louer une chambre d'hôtel, il réserve dans une auberge de jeunesse, en dortoir...

Le samedi il me proposait bien d'aller au sauna, mais j'ai refusé.
C'est loin d'être le mec du siècle. 
Y aller avec lui, ça aurait été comme manger une pomme dans un magasin de bonbons.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire