dimanche 4 novembre 2012

Avec tous ces mecs rencontrés

je croyais avoir mille fois l'occasion de connaître un garçon avec lequel ça colle particulièrement. Et je ne parle pas de sexe.
Un garçon duquel je me sente proche, qui me touche.

Avec ce paquet de mecs obtenus (je n'ose ici avancer un nombre), rien. Ou presque. Certains d'entre eux sont devenus des potes, même pas qu'un seul. Mais pas de coup de foudre. Ni, au moins un petit coup de coeur qui aurait pu laisser entrevoir une liaison continue.

Je ne le regrette pas, je ne suis à la recherche de rien, et ne veux surtout pas m'encombrer. Je perds déjà assez de temps comme ça.
Je le remarque, c'est tout.

C'est finalement par mon métier, que j'ai rencontré une des après-midi de cette semaine un couturier dont le regard, les silences, la discrétion, et la sensibilité, m'ont touché.

Alors pourquoi là, alors que mon métier apporte bien moins de nouvelles personnes dans ma vie que mon activité sexuelle ?

Peut-être est-ce le fait de se voir pour coucher ensemble, évacuant toute magie possible de la rencontre, tout empêchement donc toute frustration, qui ôte l'hypothétique connexion cérébrale ?...

Après tout, peut-être en amour la frustration est-elle nécessaire.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire